Je ne serais pas franc si je vous disais que lorsque je discute des problèmes d’immigration en France j’ai du mal, beaucoup de mal, à faire un quelconque parallèle avec ma propre expérience d’immigrant.

Je suis parti au Canada il y a neuf ans, à la fin de mes études. D’abord Résident Temporaire, mon employeur a bien voulu me sponsoriser afin que le tout puissant Ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration me donne le droit de vivre temporairement au Canada en lien avec mon emploi.

Mis à part le fait que j’ai rapidement appris que pour un Québécois, un Français « c’est prétentieux et ça sent mauvais » (j’exagère à peine), je me suis tout aussi vite rendu compte que le statut de Résident Permanent était nettement préférable à celui de Résident Temporaire : cela donne quasiment les mêmes droits que les Canadiens (à l’exclusion du passeport et du droit de vote) et permet d’accéder à la citoyenneté sous certaines conditions (le terme « Nationalité » n’est pas utilisé dans ce contexte). Bon, c’est vrai aussi que devenir Résident Permanent nécessite de passer par un dossier de sélection. Les frais sont assez élevés (plus de 1000 $ non remboursables) et le délai de traitement relativement long (comptez six à douze mois). Dans ce processus, le dossier de candidature permet de juger du  niveau de connaissance d’au moins une des deux langues officielles du pays (français ou anglais), de mesurer l’intérêt d’une compétence ou d’un savoir-faire recherché au Canada, d’évaluer les moyens financiers à la disposition de l’immigrant et enfin de savoir si la personne possède une famille capable de faciliter son arrivée au Canada. Bref, en analysant la combinaison de ces quatre critères, on évalue votre capacité à vous insérer rapidement dans le tissu social.

Après le délai légal de présence dans le pays (l’équivalent de trois années sur un période de quatre ans), le Canada offre la possibilité aux Résidents Permanents de devenir citoyens. Beaucoup moins onéreux (50 $), le processus requiert cependant de se préparer à un examen de citoyenneté qui nécessite de prendre connaissance de l’Histoire et de la géographie du Canada mais surtout des droits et devoirs du citoyen (devoirs légaux tout autant que moraux). Ayant passé avec succès cet examen, vous êtes présenté à un juge fédéral qui vous fait prêter serment d’allégeance à Elisabeth II, Reine du Canada. A l’occasion le juge ne manquera pas de s’émerveiller de la diversité des origines présentes dans la salle (dans mon cas il y en avait plus de trente), vu que cette diversité est perçue comme un élément de fierté par les autorités Canadiennes.

Bref ! Je ne peux que le constater depuis mon retour en France : autre pays, autre vision des choses…

Cédric Roussel

Cédric Roussel

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022