Omar: « Nous, on est la France du bas. « 

Félix: « Arrête, moi, je suis la France du haut. J’habite au huitième. »

Omar: « Ouais. La France du haut… pour mieux sauter! »

 

Sur la « Place des Miracles », au pied du discount Ed, ils font passer le temps, et le joint. L’un, né au Sénégal, 26 ans, n’a plus travaillé depuis le retrait de son permis de conduire pour ivresse. L’autre me propose un témoignage bidon où il serait l’instigateur des révoltes, pour 20 euros. « La télé se fait des couilles en or sur notre misère. Toi, tu dois toucher une prime de risque de ouf pour venir ici. Tiens, on te casse les dents et on partage la prime, ok? »

 

Par Blaise Hofmann

 

 

 

 

 

Blaise Hofmann

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022