Rangers au pieds et look rocker, Igor et Lizia sont en train de photographier l’une des tombes du Père Lachaise. Cette petite semaine de vacances à Paris – destination des amoureux par excellence – est leur premier voyage ensemble. « On s’est rencontrés il y a environ deux mois », raconte Lizia dans un anglais parfait. Et s’ils ont choisi Paris, ce n’est pas pour son romantisme mais plutôt parce que l’occasion s’y prêtait. « On est venus ici pour retrouver un de mes amis péruvien, avant de retourner tous ensemble en Allemagne », explique pudiquement la jeune fille.

Symbole d’une époque mondialisée, elle reconnaît volontiers avoir « des amitiés internationales ». D’ailleurs, elle poursuit des études de littérature et de culture anglais/français à l’université, dans le but de devenir traductrice.

« Je vis à Paderborn, dans le nord-ouest de l’Allemagne. Je loue un appartement en colocation avec d’autres étudiants, explique-t-elle. J’ai ma propre chambre, et on partage la salle de bain et la cuisine. » Mener une vie estudiantine à 27 ans ne semble pas la déranger. Native d’un « petit village » germanique dont elle préfère taire le nom, Lizia affectionne au contraire son quotidien à Paderborn. « Ce n’est pas une très grande ville, il n’y a pas beaucoup de nature, mais c’est un endroit sympa. On y a passe du bon temps. » De jour comme de nuit.

Eh oui, aux quatre coins du globe, la vie nocturne semble rester un élément incontournable des emplois du temps des étudiants. Et, en dépit de son air réservé, voire franchement timide, Lizia n’échappe pas à la règle. C’est même dans « un club underground » qu’elle et Igor se son rencontrés.

En couple depuis peu, les deux Allemands semblent déjà se ressembler. Peut-être parce que leurs vies sont finalement assez similaires… A 32 ans, Igor est lui aussi étudiant, en philosophie. Cheveux longs et dégaine rebelle, il semble préserver sa part d’adolescence. Et pour cela, rien de tel que la vie en colocation. « J’habite avec un ami dans un petit appartement », raconte-t-il avec hésitation.

Moins à l’aise avec l’anglais que ne l’est sa petite amie, il tient quand même à raconter un peu de lui-même. « En fait je suis Polonais, dit-t-il avec douceur. Je suis arrivé en Allemagne à l’âge de cinq ans. » Une bribe de passé, mais aucune allusion sur son avenir. Qu’espère-t-il devenir ? Comment voit-il son avenir avec Lizia ? Trop tôt pour le dire. Pour l’un comme pour l’autre, l’avenir est encore en chantier.

Aurélia Blanc

Précedents articles de la série :
Aranza-et-Carlos : au-bord-de-la-crise-espagnole
Stacy-et-Ines, les-soeurs-anglaises-du-Père-Lachaise
Kate-Line-et-Upsen,-l-auberge-danoise

Aurélia Blanc

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022