Cet après-midi, Bahdja, la femme de Mohammed me conduit à la Courneuve, au milieu de la fameuse Cité des 4000 pour assister au repas d’une association de lutte contre le sida dans les populations immigrées. Elle est vraiment merveilleuse Bahdja: énergique, intelligente et courageuse. Surtout elle suit ses enfants de près. Hier soir, elle a passé un savon à son garçon de bientôt 17 ans qui n’était pas rentré le soir à l’heure convenue. « Mais que font les familles de ces gamins qui traînent le soir et font de bêtises? C’est leur responsabilité de les surveiller, de leur transmettre la politesse et des valeurs éthiques. »

Dernièrement, elle a vu une bande de jeunes qui volaient sans vergogne des bonnets à une frêle Asiatique qui en vendait à la sauvette: « N’est-ce pas qu’il me va bien? Je crois bien que j’en vais prendre un pour la route », fanfaronnaient les vaux-rien, alors que l’Asiatique terrorisée essayait de les empêcher de partir avec la marchandise. Bahdja se souvient: « J’aurais voulu leur hurler que c’était honteux. Mais je n’ai pas osé. Je ne les connaissais pas et ils auraient pu me battre. »

C’est un peu le problème des cités. Trop souvent, personne n’ose dire quelque chose. Alors les jeunes perdent les repères moraux et font encore plus peur aux autres. Un cercle vicieux. J’entends beaucoup de monde ici mettre la responsabilité du mal-être ambiant sur les familles qui ont négligé leur devoir. Bien plus souvent que la discrimination que subissent les populations immigrées de la part de la population française.

Par Pierre Nebel

Pierre Nebel

Articles liés

  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021