Cet après-midi, Bahdja, la femme de Mohammed me conduit à la Courneuve, au milieu de la fameuse Cité des 4000 pour assister au repas d’une association de lutte contre le sida dans les populations immigrées. Elle est vraiment merveilleuse Bahdja: énergique, intelligente et courageuse. Surtout elle suit ses enfants de près. Hier soir, elle a passé un savon à son garçon de bientôt 17 ans qui n’était pas rentré le soir à l’heure convenue. « Mais que font les familles de ces gamins qui traînent le soir et font de bêtises? C’est leur responsabilité de les surveiller, de leur transmettre la politesse et des valeurs éthiques. »

Dernièrement, elle a vu une bande de jeunes qui volaient sans vergogne des bonnets à une frêle Asiatique qui en vendait à la sauvette: « N’est-ce pas qu’il me va bien? Je crois bien que j’en vais prendre un pour la route », fanfaronnaient les vaux-rien, alors que l’Asiatique terrorisée essayait de les empêcher de partir avec la marchandise. Bahdja se souvient: « J’aurais voulu leur hurler que c’était honteux. Mais je n’ai pas osé. Je ne les connaissais pas et ils auraient pu me battre. »

C’est un peu le problème des cités. Trop souvent, personne n’ose dire quelque chose. Alors les jeunes perdent les repères moraux et font encore plus peur aux autres. Un cercle vicieux. J’entends beaucoup de monde ici mettre la responsabilité du mal-être ambiant sur les familles qui ont négligé leur devoir. Bien plus souvent que la discrimination que subissent les populations immigrées de la part de la population française.

Par Pierre Nebel

Pierre Nebel

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022