Le Bondy Blog a pris connaissance du second rapport d’autopsie, un document de plusieurs pages rédigé par deux médecins légistes, ainsi que des photos du corps de Yacine, retrouvé sans vie dans une cave de son immeuble, dans le quartier Savigny à Aulnay-sous-Bois, le 14 septembre dernier, dans des circonstances troubles : face contre terre, pantalon à moitié baissé et barre de fer sous le corps. Plusieurs questions restent en suspens.

Ce rapport, daté et signé du 10 octobre, mettra plus d’un mois à atterrir sur le bureau du juge en charge de l’instruction puisque le cachet indiquant sa réception est daté du 10 novembre 2017. Un délai anormalement long, selon une source proche du dossier, surtout quand on sait que les deux services occupent le même immeuble. Après une mobilisation quasi ininterrompue du collectif  « Vérité pour Yacine » notamment devant le tribunal de Bobigny , les proches avaient fini par obtenir gain de cause le 14 novembre dernier en ayant accès aux informations contenues dans ce rapport par l’intermédiaire de leur nouvel avocat, Me Bouzrou.

De nombreuses lésions sur le corps

Dans le premier rapport d’autopsie en date du 15 septembre, le médecin légiste notait la « présence de lésions superficielles d’appui ou de frottement sans aucune lésion traumatique identifiable ». Le second rapport ne fait plus état de ces lésions pourtant constatées lors de la première autopsie. Or, les photos du corps de Yacine, dont nous avons également pris connaissance, montrent la présence de nombreuses lésions aux bras, au nez, sur le front, le torse et le visage. La famille avait, elle aussi, déjà rapporté la présence de ces lésions sur le corps du jeune homme lorsqu’elle a pu voir le corps à l’Institut médico-légal de Paris.

La cause de la mort n’a toujours pas été établie de manière définitive. Les deux médecins légistes de l’institut médico-légal avancent dans ce second rapport un « décès [qui] serait compatible avec une mort d’origine toxique« , mais on apprend qu’ils réservent leurs « conclusions définitives aux résultats d’une synthèse avec les éléments constatés lors de la première autopsie ». À savoir, notamment les photos prises après la découverte du corps et l’expertise toxicologique. Cette mention laisse entendre que les photos prises et rassemblées lors de la première autopsie au lendemain de la mort de Yacine, par un seul et unique médecin légiste, n’ont pas été prises en compte pour ce second rapport ; d’ailleurs, elles n’y figurent pas.


Les lieux du drame pollués ?

Depuis le début du drame, la famille dénonce une « enquête bâclée ». Selon une source proche du dossier, l’endroit où a été découvert le corps du jeune Aulnaysien n’a pas été traité comme une possible scène de crime. Des mesures de sécurité et de non pollution n’auraient pas été respectées. Par exemple, les policiers intervenus en premier auraient marché sur les lieux du drame sans prendre de précaution. Il semblerait également que des prélèvements n’auraient pas été effectués alors même que du sang présent sur le sol et sur les vêtements du jeune homme aurait été constaté par les autorités présentes sur place lors de la découverte du corps.

C’est au juge d’instruction, saisi dans le cadre d’une information judiciaire pour homicide involontaire, désormais de faire la lumière sur cette affaire.

La famille a enfin pu récupérer le corps de Yacine, deux mois après sa mort. C’est en Tunisie, le pays natal de ses parents que le jeune homme sera inhumé. Contactés à plusieurs reprises, ni le parquet de Bobigny ni Me Bouzrou, n’ont donné suite à nos sollicitations.

Mohammed BENSABER

Articles liés

  • Les hijabeuses sur tous les terrains pour jouer au foot librement

    #BestOfBB Depuis un an les Hijabeuses se battent pour pouvoir jouer en compétition officielle. Alors que la Fifa autorise le voile sur le terrain depuis 2014, la Fédération Française de Football le refuse. Reportage.

    Par Mejdaline Mhiri
    Le 02/08/2021
  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021