C’est le boulanger le plus réputé de mon quartier, tout le monde le surnomme « Johnny ». Non, ce n’est pas un de ses nombreux sosies, juste un fan du célèbre rockeur. Quand je dis « fan », ce n’est pas de la blague : ce boulanger fait partager sa passion à toute sa clientèle. Dans sa boutique nous ne voyons même plus la couleur des murs, recouverts qu’ils sont de photos, posters, pochettes de disques, coupures de journaux… Toute la vie de notre Johnny national est étalée dans sa boutique.

Avec un peu de chance, vous pouvez l’entendre, Johnny le boulanger, chanter derrière son comptoir à tue-tête « que je t’aiiiiiiiiiiiimeeee, que je t’aiiiiiimeeeeeee, que je t’aimeee… » ou une autre chanson du répertoire de son idole. La première fois, c’est assez surprenant mais on s’y habitue vite ! Mon boulanger n’est pas fou mais seulement super fan.

En plus, il fait du pain excellent et ses pâtisseries… Mmmh… Une tuerie ! Rien qu’en pensant à ses pains au raisin, on prend un kilo. Il lui arrive de faire des baguettes avec des formes et des goûts différents : baguette à la tomate, aux olives, au fromage, aux figues… Le plus extraordinaire est pour bientôt : prochainement, la boulangerie vendra des gâteaux avec le portrait de Johnny imprimé en pâte d’amande sur le dessus. Si ça ce n’est pas de l’amour !

Certains doivent penser que mon boulanger est un peu timbré, mais non, il est seulement original. Il fait quelque chose que tous ses confrères ne font pas : quand il lui reste un surplus de pain en fin de journée, il l’offre aux clients. Le vrai Johnny sait-il, du fond de sa convalescence, qu’il a des fans à ce point passionnés, prêts à le soutenir de toutes leurs forces ?

Et si un drame arrivait ? Que deviendrait mon boulanger préféré ? Je n’ose l’imaginer. Alors Johnny, rétablis-toi vite parce que je tiens garder cet artisan boulanger au goût unique. Si certains souhaitent visiter et gouter aux spécialités de mon « Johnny », ne vous gênez pas. Voici l’adresse : Chez Alex, chemin des Huats, 93 000 Bobigny. Vous ne serez pas déçu du voyage.

Sarah Ichou

Sarah Ichou

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022