Chawki a 16 ans, Yanis 17 ans. Ce sont deux des petits gars qui ont jeté des insultes, et peut-être un peu plus, à l’équipe de FR3 venue tourner la semaine passée. La présence de L’Hebdo à Bondy les laisse perplexes, pour ne pas dire réticents, de même que l’hospitalité offerte par certains. « Pour l’instant, l’installation de l’Hebdo ici ne nous a rien apporté, explique Chawki. Nous, on espérait quelques petits trucs. »

Quoi?

Yanis et Chawki expliquent alors qu’il leur manque un local, un centre de jeunes dans le quartier. Il y a bien le Centre Georges Brassens, mais c’est loin, et on y trouve aussi les jeunes des autres quartiers. Eux, ils aimeraient quelque chose de plus proche, réservé à leur groupe de cités. Ils ont l’impression qu’aucune offre ne leur est adressée, ils se sentent un peu laissés à eux-mêmes. Si le journaliste le fait savoir « en haut lieu », peut-être servira-t-il enfin à quelque chose.

Il y a chez eux un mélange de naïveté tendre et de rugosité précoce. Pendant les émeutes, ils ont tous deux été arrêtés et placés en garde à vue pendant 24 heures; pour pas grand-chose: ils étaient en bande, près de la gare, quand la police les a coincés avec 15 autres jeunes à coup de balles en caoutchouc et de placage au sol. C’était préventif, avant les émeutes du soir auxquelles un ami qui les accompagne, lui, a participé.

Pourquoi ont-ils jeté des pierres à l’équipe de FR3? « On était révoltés à cause d’un reportage d’Envoyé spécial sur France 2, explique Yanis. On les avait reçus, mais ils ont pas retenu ce qu’on voulait. » Chawki intervient et complète la pensée: « Ils nous ont fait passer pour des gentils, comme si tout allait bien ici. » Comme ils veulent un local, Chawki et Yanis n’ont pas envie de passer pour des gentils, sinon ils estiment qu’on ne les prendra pas au sérieux.

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021