Idée reçue: à Bondy, on ne trouve que des habitants originaires du Maghreb ou d’Afrique. En réalité, c’est Babel. Les Chinois sont nombreux et, m’ont assuré plusieurs Bondynois, « ils tiennent les kiosques ». Les Pakistanais débarquent, les ressortissants des pays de l’Est fourmillent.

Exemple : Omar, Marin et Silvio travaillent pour le compte de la société Guilbert sur un nettoyage de chantier à Pantin, à quelques kilomètres de Bondy. Leur chef, Carlos, vient du Portugal. Il habite Montfermeil, à côté de Bondy. Les trois employés de son équipe illustrent la diversité des nationalités. De gauche à droite: Omar, 49 ans, est Algérien. Marin, qui doit presque mesurer deux mètres de haut, 45 ans, est né près de Varna, en Bulgarie. Quant à Silvio, 64 ans, il vient du Paraguay.

Roland Rossier

Roland Rossier

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022