Il flotte comme un air de dépit dans le grand hall de la gare du Nord. Plus personne ne prête attention à la déco « coupe du monde de rugby ». Tout le monde se prépare pour la grande mêlée dans les transports ce jeudi. Les syndicats annoncent une mobilisation sans précédent depuis 12 ans contre la réforme des régimes spéciaux de retraites, le gouvernement reste droit dans ses bottes, les usagers font contre mauvaise fortune bon cœur. Pressé de prendre le RER B, un usager lâche ces quelques mots : « Cette réforme est le début d’une remise en cause du régime général, avec en ligne de mire la baisse des pensions de tous les salariés, je crains que tout cela ne passe comme une lettre à la poste. » Les images de décembre 95 remontent à la surface.

Le financement des retraites n’est pas assuré pour les générations futures. Tout le monde est d’accord sur ce constat, mais pas sur les solutions de financement. Pas question pour les syndicats de faire payer les salariés. Bonnet beige sur la tête et un Twix à la main, un employé de la RATP consent à donner son sentiment sur cette grève. Il lève les yeux au ciel, avale vite fait son caramel et s’empare du micro pour tacler les députés : ratp.mp3
 

Les escalators débitent des voyageurs en permanence. Devant le kiosque à journaux, des usagers parlent de cette journée de grève. Chacun évoque son système D. Tout y passe : RTT, covoiturage, hôtel pris en charge par l’employeur, matelas chez des amis, Vélib, taxi.  L’anticipation a été de mise pour beaucoup. L’habitude de la galère dans les transports aide à relativiser les prévisions catastrophiques annoncées : temoins.mp3
 

Un peu à l’écart, Sankri lit un journal sur le quai de la ligne 4 du métro. Lui aussi a un souci, il est convoqué à la préfecture pour ses papiers et cette grève tombe vraiment au mauvais moment : rdv.mp3
 

A la gare du Nord, les usagers jugent cette journée avec philosophie et lassitude. Entre les syndicats et le gouvernement, ce jeudi aura valeur de test pour les semaines à venir.

Nordine Nabili

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021