En ces soirs d’automne, des scènes se répètent, ces corps parfumés, dégoulinant de sueur, collés les uns aux les autres. Non, je ne suis pas en train de vous décrire une scène d’amour mais bien les wagons du RER E, aux heures de pointe. Vous n’êtes pas sans savoir qu’en ces jours de grève et de combat social que nous venons de traversés, le populo s’entasse dans les transports publics. Cette hyper-proximité est propice à des rencontres surprenantes, qui égaient notre voyage.

Dans ce méli-mélo humain, il faut savoir être souple et enchaîner les acrobaties. Pas de chance, je bouscule un homme en essayant de laisser passer une jolie dame. Je m’excuse. L’homme me paraît plutôt fringuant, il a l’air sympathique et me répond : « Pas de quoi. » Nous engageons la conversation. Il vient d’une petite ville située à coté de Saint-Louis du Sénégal. « J’y ai passé trois ans, pour le boulot », raconte-t-il. C’est drôle comme un rien peut vous rapprocher d’un inconnu. « Moi aussi, j’ai séjourné à Dakar pendant quelques jours avec ma classe », lui dis-je. Il se souvient avec bonheur de la mentalité des gens avec qui il a vécu là-bas, une mentalité qui consiste à être joyeux, à avoir le sourire, à ne pas stresser pour un rien. « C’est une philosophie de vie qui me manque, j’ai hâte d’y retourner », ajoute-t-il. Je le comprends.

Trouvant le personnage intéressant, je lui pose d’autres questions. « Que faites-vous comme travail ? – Je suis ingénieur. » Ingénieur ? Je regarde cet homme de bas en haut. He bien, vous auriez vu comment il était habillé, comme moi, vous ne l’auriez pas cru, tant il était habillé d’une façon décontractée, à mille lieues du cliché de l’ingénieur en costume, propre sur lui et donnant des ordres. « J’ai fait une filière pro, j’ai travaillé directement, ensuite j’ai été obligé de prendre des cours du soir aux Arts et métiers. J’ai 67 ans, et 40 ans de carrière derrière moi, m’explique-t-il. – Vous ne les faites pas », lui dis-je. « Je suis l’un des derniers ingénieurs pas spécialisés, je suis capable de toucher à tout », dit-il.

Cet homme blanc a une gueule et une voix rauque qu’on ne peut oublier. Ses traits et ses rides n’ont pas les mêmes reflets que ceux des autres personnes de son âge. Le soleil fait du bien au visage, cette personne dégage une certaine sensibilité. Il mâche un chewing-gum.  Il dégage une certaine décontraction. Je sens que la mentalité sénégalaise est entrée en lui.

J’ai vu une lueur de joie et de mélancolie dans l’œil de ce monsieur.

 Amine Benmouhoub

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021