Quand Serge Michel m’a appelé mi-janvier pour me dire « j’aimerais parler des suites que l’on peut donner au blog à Bondy », nous nous étions retrouvés comme la première fois au bistrot du Moulin pour en discuter. Nous avions commencé à dresser le projet idéal. Remettre les clés du blog aux habitants de Bondy mais assurer la transition en formant quelques volontaires in situ, à la rédaction de L’Hebdo. Cette idée pouvait sembler un peu loufoque mais je n’en avais pas pensé moins lorsqu’il m’avait exposé son projet de monter un bureau permanent à Blanqui pour raconter la vie des quartiers. Aujourd’hui, ça y est ! La relève est là, prête partir pour la Suisse. Objectif se former et recevoir des journalistes de l‘Hebdo les rudiments (voir le programme) pour reprendre les clés du blog au début du mois prochain. Récit de voyage.

6h00, Gare de Bondy. Le rendez-vous était fixé très tôt à la gare de Bondy lundi matin pourtant, tout le monde est à l’heure et avec le sourire. Qui dit qu’ici on ne se lève pas tôt pour aller travailler. La petite équipe du Bondyblog se prépare à émigrer pour la Suisse en achetant au point presse les journaux du jour histoire de s’inspirer. Soif de lecture. Quatre filles, quatre garçons prêts à partager cette envie de témoigner et à se lancer dans cette expérience.

7h00, Gare de lyon. Les médias sont du voyage. Il y a François Bringer, un journaliste qui prépare un sujet pour la chaîne anglaise Channel 4 sur le blog à Bondy et sur la passation de pouvoir. France 2 est aussi de la partie avec une équipe de trois personnes qui tournent un sujet pour le 20h. Enfin, il y Antoine Menusier, le correspondant de L’Hebdo qui bloguera de Bondy cette semaine et qui vient nous dire au revoir. Sans lui, la fête n’aurait pas été complète. Du coup notre traversée du quai jusqu’à la voiture en tête de train ne passe pas inaperçue. Les voyageurs collés aux vitres se demandent qui peuvent êtres ces jeunes qui attirent autant l’œil des caméras. Cette fois, elles sont là pour une bonne raison alors on ne va pas jouer les difficiles. Malgré tout, le mot d’ordre : rester concentrer sur notre stage.

7h44, l’heure du départ. Cette fois on ne peut plus reculer et nous laissons la France pour cette escapade d’une semaine. Tout ce petit monde à trouver sa place dans la voiture du TGV. Les discussions s’amorcent tranquillement. C’est le moment pour le groupe de vraiment faire connaissance. Jusque là, nous nous sommes vus seulement deux fois. Pour la session de recrutement relatée par Alain Jeannet dans un précédent post et vendredi dernier pour une rapide réunion d’organisation. Chacun passe de siège en siège, sort de son sac ses petites gourmandises pour les partager avec le groupe. Les journaux passent de mains en mains. L’alchimie est en train de se faire et on se dit que l’on tient ici une bonne petite équipe pour commencer à blogger.

11h30, Lausanne tout le monde descend. A peine le pied sur la terre Suisse, nos amis sont là pour nous accueillir. Ca fait chaud au cœur ! Serge Michel, Michel Beuret et Paolo Woods sont sur le quai pour nous souhaiter la bienvenue et nous servir de guides. Les rôles sont inversés pour cette fois pour notre plus grand plaisir. Tout a l’air réglé comme sur du papier à musique (pour ne pas faire le mauvais jeu de mot de l’horloge) et nous nous laissons guider vers la rédaction de L’Hebdo. Je crois que c’est un bon départ.

Par Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022