SAMEDI. Théorie du complot, le retour. Soyons honnêtes, Dame Nature n’est pas toujours des plus généreuses. Moi-même, j’ai été livrée sans la partie du cerveau qui permet de comprendre les maths. Les équations avec des chiffres et des lettres, c’est pour moi une alliance contre-nature. J’ai renoncé à les comprendre. J’ai aussi une autre faiblesse. Les cheveux. A leur état naturel et en liberté, je ne ressemble à rien. Peut-être à un mouton transgénique qui aurait brouté de l’herbe du côté de Tchernobyl.

Pourtant, une invention technologique, le fer à lisser, a révolutionné la vie capillaire de beaucoup de Diana Ross en puissance. Si Beyoncé a réussi à dompter sa crinière, tout le monde peut y parvenir. C’est un peu fastidieux, certes, mais au moins on n’effraye pas les enfants dans la rue. Et ça, c’est pas mal, car à part pour Halloween, ça ne sert pas à grand-chose de traumatiser les gamins. Même si vous êtes comme moi fâchés avec les maths, vous devez savoir tout de même que l’équation pluie + cheveux fraîchement lissés + pas de parapluie, eh bien, mauvais résultat. Les plus perspicaces d’entre vous auront remarqué que c’est l’automne et qu’il flotte. Quant à la conspiration du parapluie qui s’envole ou se casse, on y reviendra.

DIMANCHE. Comme toujours, le dimanche on n’a rien à faire. Surtout depuis que Jacques Martin nous a lâchement abandonnés. « L’Ecole des fans » avec sa horde de Maman-fait-des frites et de Papa-se-prend-pour-Spielberg-avec-son-caméscope-de-cinq-kilos, c’est fini. Disparues, les têtes à claques – bambins, pardon –, qui massacrent – euh, interprètent – les tubes de Pierre Perret. « Sept sur Sept » avec son générique anxiogène c’est aussi de l’histoire ancienne. Anne Sinclair a définitivement remisé les pulls en mohair, et mène une vie de sous-Hillary Clinton avec son mari volage à Washington.

Tout ça pour dire que Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur et comique-troupier de l’UMP, a, lui, trouvé comment s’occuper le dimanche. Il publie des décrets secrets au Journal officiel. Ceux d’aujourd’hui ? Une réminiscence de feu Edwige, tellement décriée en son temps. Deux fichiers, pudiquement appelés « base de données ». Le premier est axé sur les bandes et les groupuscules. Le second recensera les informations recueillies lors des enquêtes administratives effectuées sur les postulants à un emploi d’un secteur sensible comme la police ou la gendarmerie. Comme il s’agit d’une Edwige reliftée, la mention des origines ethniques est supprimée. Mais l’origine géographique pourra l’être. Si tu es afghan, par exemple, gare à toi. Ironie du calendrier, le Michel Leeb de l’UMP a signé ce décret le jour de la Sainte Edwige, le 16 octobre. Il a vraiment de l’humour, Brice…

LUNDI. Bonne nouvelle, nous sommes un peu rabibochés avec nos cousins d’Amérique. Seul Nicolas Sarkozy ne décolère pas de s’être fait souffler le Prix Nobel de la paix par Super Obama, alors qu’il le méritait tellement plus, dixit le pas du tout flagorneur Jean-François Copé.

Les Américains fascinent toujours. En même temps, on peut le comprendre. Entre Superman, Wonder Woman, Charles Ingalls, l’homme qui coupe le bois plus vite que son ombre, on ne sait plus où donner de la tête. Nous autres Français, on fait pouilleux à côté. Bon d’accord, ils ont eu George W. Bush.

Aujourd’hui j’ai assisté à une rencontre entre des jeunes Américains à Villiers-le-bel et des collégiens français. Alors que les rejetons de l’Oncle Sam se faisaient attendre, les jeunes Français trépignaient littéralement de les rencontrer. Certains, dans le couloir, eux aussi adeptes de la théorie du complot, ont fait part de leur doute quant à la réalité de « l’américanité » de leurs homologues d’outre-Atlantique. D’autres voulaient voir en chair et en os la seule Américaine présente dans la salle, à savoir l’employée de l’ambassade des Etats-Unis en France. Angelina Jolie et Madonna aiment ramener de leurs voyages en Afrique ou en Asie des souvenirs vivants, il faudrait peut-être que la même chose existe version made in USA.

MARDI. Ségolène Royal, elle aussi, a adopté un jour le Hillary Clinton style. L’ex-candidate à la présidentielle, avec la pudeur qui la caractérise, explique dans une émission télé à quel point elle ne supporte pas l’infidélité. Une allusion à peine voilée à son passé de femme bafouée et à l’infidélité de François Hollande. Je n’arrive toujours pas à y croire, à cette histoire de tromperie. Je sais, on ne se moque pas du physique mais quand même, François Hollande, c’est pas comme si c’était l’homme le plus sexy de la terre avec son look de comptable de province. C’est vrai, on ne lui demande d’avoir le look de Ken. Mais s’il avait été beau, peut-être aurait-il mieux réussi. En tout cas, l’émission a fait un bide en termes d’audience. Ça lui apprendra, à Ségolène, à s’épancher à la télé sur ses amours passées.

MERCREDI. Y a pas à dire, la France, c’est vraiment l’Etat-providence. Trois petits veinards viennent d’en faire l’expérience. Alors que les vacances de la Toussaint approchent à grands pas, trois hommes de respectivement 18, 19 et 22 ans n’ont pas eu besoin de se torturer très longtemps pour trouver leur destination de vacances. Eric Besson lui-même s’en est chargé. Non, il ne s’agit pas d’une énième crise de vocation de l’ex-socialiste passé à l’UMP. Le ministre de l’immigration ne s’est pas reconverti en Gentil Organisateur au Club Med. Il a simplement organisé un voyage inoubliable pour de jeunes sans-papiers vers l’Afghanistan.

Comme il sait prendre soin de ses nouveaux amis, le ministre a tout prévu. De vrais touristes VIP. Les services de l’ambassade de France ont été dépêchés à l’aéroport. Ils n’auront même pas de frais d’hébergement à avancer, étant donné que l’Etat leur paye quinze jours d’hôtel. Bonus, nos globe-trotters vont même pouvoir acheter des souvenirs puisque le gouvernement leur a donné 2000 euros d’argent de poche. En revanche, je crois bien qu’il va y avoir un léger problème, nos trois Afghans n’ont pas dû avoir le temps de lire les recommandations du Quai d’Orsay sur leur site Internet : « Il est plus que jamais impérativement recommandé de différer tout projet de voyage en Afghanistan. » Ça m’étonne d’Eric Besson, une telle bourde de sa part, ce n’est pas dans ses habitudes. Il n’est pas du genre à trahir ses amis et à les mettre dans l’embarras.

JEUDI. En France, c’est la classe, dans notre panthéon de stars, on a le Petit Nicolas et le Petit Grégory. Heureusement que l’actualité nous rappelle à intervalles réguliers que la chef de file des mères indignes n’est pas Véronique Courjault. On oublie que la première à avoir fait les frais du lynchage médiatique, c’est Christine Villemin, la maman du Petit Grégory. Pour les amnésiques, Grégory, c’est le petit enfant joufflu, qu’on a retrouvé il y’a 25 ans, pieds et poings liés, flottant dans la Vologne.

Toute la famille Villemin a plus au moins été soupçonnée. Muriel Bolle, la belle-sœur adolescente de Bernard Laroche, a accusé ce dernier, cousin de Jean-Marie Villemin, lui-même père du petit Grégory, du meurtre. Laquelle s’est ensuite rétractée. Jean-Marie Villemin a quand même voulu se venger et a abattu son cousin, également soupçonné d’être le corbeau qui le harcelait lui et le grand-père Villemin depuis trois ans. C’est aussi limpide qu’un épisode des « Feux de l’amour », mais en gros, voilà l’histoire. Ça me fait aussi penser au jeu Cluedo. Moi, je parie que le coupable est le Colonel Moutarde avec le chandelier dans la salle de bain.

Blague à part, les parents attendent depuis des années que le meurtrier de leur fils soit arrêté et jugé. Pour résoudre ce mystère, les experts de Lépanges-en-Vologne ont été appelés. Deux empreintes ADN exploitables ont été isolées. La suite au prochain épisode. Ce rebondissement aura au moins le mérite de permettre aux comiques d’écouler leur stock de blagues vaseuses sur la noyade.

VENDREDI. L’AFP annonce que le corps d’un ouvrier bâillonné et ligoté a été retrouvé. Si j’osais l’humour noir, je prendrais ça pour un hommage au petit Grégory. Mais bon, celui qui nous occupe aujourd’hui est plutôt Petit Jean. Le fils du Petit Nicolas de l’Elysée. Ça y est, Junior jette l’éponge, il ne briguera pas la présidence du célèbre établissement public en charge de l’aménagement de la Défense. « Je ne veux pas d’une victoire qui porte le poids d’un tel soupçon », a-t-il déclaré. Première nouvelle, il se voyait déjà président. Normalement, lorsqu’on est pistonné ou lorsqu’on triche, on sauve les apparences. Même pendant la galette des Rois. L’un des tirages les plus trafiqués au monde. Les enfants ont toujours la fève mais tout le monde fait comme s’ils l’avaient trouvée par un heureux hasard. En tout cas, s’il faut vraiment « un fils de/une fille de » pour diriger l’Epad, pourquoi ne pas demander à Marie Bové ? Je crois juste qu’elle est trop âgée pour le poste. Elle a 34 ans.

Faïza Zerouala

Faïza Zerouala

Articles liés

  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021