Au Petit-Nanterre, l’association Nahda organise des ateliers d’apprentissage de langue française pour les femmes du quartier. Sonia a assisté à l’un d’eux. Reportage.

Le Petit-Nanterre, ce quartier vivant et rempli d’histoire, l’ancrage de la mémoire algérienne, les bidonvilles, ont été remplacés par des barres et des tours en rénovation. J’ai soif de connaître l’évolution de ce lieu où des familles entières vivaient atrocement, ces habitants des bidonvilles que l’on reconnaissait par leurs chaussures pleines de boues. Aujourd’hui, le quartier du Petit-Nanterre a gardé son côté chaleureux, convivial et solidaire, son tissu associatif en témoigne.  La mémoire est toujours dans chacune des personnes que j’ai rencontrées, cependant, les habitants vont de l’avant et nombreux sont ceux qui sont très attachés à leur quartier.

L’association Nahda a pour objectif de maintenir et renforcer le lien social, au travers de permanence et d’accès aux droits. Elle intervient sur le foyer des travailleurs, devenu aujourd’hui le foyer des anciens-travailleurs. Elle les aide administrativement, les accompagne. Sa porte est toujours ouverte pour apporter un soutien à ceux qui n’arrivent pas à surmonter les difficultés liées au choc culturel. Elle apporte une aide de proximité aux habitants dans leurs démarches d’insertion, organise des animations festives et culturelles afin de lutter contre l’illettrisme et développer le lien social. Et, surtout, ce qui retient mon attention, c’est qu’elle propose des ateliers sociolinguistiques.
J’ai assisté à l’un  de ses ateliers sociolinguistique dans une salle municipale du quartier.  J’ai ai rencontré Maria, la professeure ainsi que des habitantes désireuses d’apprendre à lire le français. Ce qui fait la particularité de ce cours, c’est aussi l’apprentissage des codes sociaux, des attentes, des droits, des devoirs de la société française. De l’avis de Maria, « la langue est un moyen de comprendre l’environnement dans lequel on se trouve, ce n’est pas l’objet principal du cours. »

Aussi, l’année dernière elles sont allées découvrir Istanbul et ses monuments, cet atelier proposé par Nahda permet à ces femmes de rompre avec l’isolement.
Nahda qui signifie « renaissance » porte très bien son nom. En effet, les femmes rencontrées lors de l’atelier sont des mères de famille ayant pour la plupart fait passer le bonheur de leurs maris et enfants avant le leur. Avec cet atelier,elles tentent de s’extérioriser et prennent un peu de temps pour elles.

Maria accompagne les femmes dans leur apprentissage, leur propose des activités, des sorties. « Le public n’est pas toujours le même, parfois ce sont des jeunes femmes actives venant avec un but professionnel où des femmes plus âgées qui veulent rompre avec l’isolement et la barrière de la langue. »

Maria propose toujours des astuces pratiques aux femmes, comme lorsqu’elle leur montre le « cheb », la pierre d’Alun, leur explique qu’il se trouve en pharmacie et que c’est le même qu’en Algérie. « Avec l’été on ne peut s’en passer pour vaincre la transpiration ». Elle sait faire le lien entre le cours sur les 5 sens, l’été et le petit plus pratique.

La fin du cours approche.  Elle se clôt par des chansons qu’elles ont apprises et qu’elles veulent me faire écouter : la Marseillaise et Les Champs-Elysées de Joe Dassin.

Sonia Bektou

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021