La joie, l’amusement et la compétition étaient présents durant ce week-end footeux. Les rires, les cris et les pleurs également. Pour la 28e édition du Tournoi international Anastasio Gomez qui s’est tenu à Bobigny. Seize équipes de 12-13ans étaient en lice. Le Mali, la Turquie, l’Angleterre, l’Italie, la Martinique ainsi que de nombreuses villes de France comme Rennes, Amiens, Sevran, Paris ou encore Bondy et Bobigny se sont affrontés durant des matchs de vingt minutes. Ces jeunes voulaient montrer de quoi ils étaient capables tout en s’amusant. Certains ont tapé dans l’oeil des entraîneurs.

Pour Tom, un jeune Anglais de 12 ans qui joue au foot en club depuis l’âge de deux ans, ce tournoi fut « très enrichissant et amusant. L’ambiance était agréable et le foot pro c’est ce à quoi j’aspire. Derby Country (club du centre de l’île) m’a proposé un contrat en Angleterre mais le niveau était plus faible que dans mon équipe, Nottingham Forest (ville voisine). » Pour Volkan, Turc de 13 ans, ce fut la même satisfaction. Le foot fait partie de sa vie depuis sept ans et il regrette certaines erreurs d’arbitrage qui selon lui ont empêché son équipe d’accéder à la troisième place du podium. Johan, un Parisien de onze ans surclassé, la tristesse se lisait sur son visage, suite à la défaite de son équipe face à Amiens. Mais il reste tout de même fier de son équipe.

Mario, Italien de treize ans, rêve de jouer à la Juventus. Il ne tape dans le ballon que depuis deux ans et a tout de même un bon niveau : « C’était une belle expérience et il y avait des équipes très fortes ! Un bon divertissement ! » Rennes est arrivé 3e du tournoi, Bobigny 1 deuxième et le Mali premier. Maharafa, Malien de 12ans, ne vit que pour le football ! Au centre de formation Salif Keita il s’entraine du lundi au vendredi et dispute des matchs les samedis et dimanches : « Je fais du foot depuis huit ans maintenant et je suis très heureux d’avoir remporté ce tournoi avec mes amis. Nous sommes une fraternité. » « Au Mali vous savez, c’est comme une grande famille, ajoute son entraîneur, et cette victoire est une belle récompense ! »

Si ce tournoi fut une réussite, côté organisation comme côté ambiance. On le doit à Alexandre Diatta, 20 ans et licencié de l’AC Bobigny. Avec un budget honnête, des sponsors institutionnels et une marquesde boisson, ces trois jours furent du bonheur pour ces jeunes. Certains d’entre eux sont rentrés avec la larme à l’œil. Bien que la Martinique ait terminé dernière au classement et le Mali premier, l’amitié est née très vite entres les joueurs des deux formations et jusqu’à leur départ, ils étaient ensemble dans leurs chambres d’hôtel à s’amuser. La prochaine édition est vivement attendue, les organisateurs espèrent pouvoir faire revenir des équipes d’un aussi bon niveau.

Inès El Laboudy


Tournoi International Anastasio Gomez
envoyé par Bondy_Blog. – Découvrez les dernières vidéos de sport.

Inès El laboudy

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022