Voyez Jean, le fils du général Alcazar, qui reprendra la République quand son père la laissera dans vingt ans et dans quel état, au train moderne où vont les choses à grande vitesse, comme au Gabon. C’est pour ça que j’ai préféré être le fils de l’ancien président de la Cour d’Appel de Paris, Chazal de Mauriac. De Mauriac, c’est quand même un nom qui crache plus que ce nom polono-juif que m’a collé mon père.

L’objet de cet article, c’est vous prouver qu’à la justice, c’est la même chose : en fonction du nom, on a plus de chance de se retrouver à la barre des accusés qu’à celle des ministres – quoiqu’en France, les ex-ministres, quand ça leur tombe dessus, ça rigole pas, sauf qu’avant de ne plus rigoler, ça a rigolé longtemps. Vous le prouver donc, sans chiffres à l’appui bien entendu, sinon ce serait trop facile pour ceux qui savent bien que le Bondy Blog, contrairement au Figaro, a du parti pris.

Croyez mon expérience. Le terrain. De temps à autre, moi, ce n’est pas comme Jean-Jacques Rousseau qui allait balader sa parano dans les bois au pas de l’homme et des oiseaux. Qu’il fasse beau, qu’il fasse laid, j’aime traîner dans les palais de justice. L’autre jour, tiens, je passe devant le Tribunal moderne de Montpellier, salle René Cassin, les jugements correctionnels, c’est fou ce qu’il y a comme Arabes à chaque fois dans cet endroit. Il y en a plus, tenez, qu’à La Paillade, qui n’est pas seulement une équipe de foot et le repaire du mangeur de petites tarlouzes, mais aussi un quartier de Montpellier où on dit qu’il y aura bientôt un Bondy blog – selon le On-dit Blog, qui est plus ou moins bien intentionné et soumis au général Alcazar.

Et j’entends crier certains lecteurs : où sont les chiffres ? Pas de chiffres, mon affirmation est basée sur de la pure génétique spéculatrice vécue, parce que les chats ne font pas des chiens, comme l’autre, qui s’appelle en l’occurrence Thierry Solère, celui qui affirmait à France Info que : «Il serait tout à fait normal que le fils de Zinedine Zidane, forcément génétiquement doué pour le football, devienne capitaine de l’équipe de France.»

Eh bien, pour voler les sacs à main des vieilles, c’est la même chose. Je vois pas pourquoi subitement on aurait besoin de chiffres pour dire des conneries sous prétexte que l’avenir de France Info est largement moins prometteur que celui du Bondy Blog : il serait tout-à-fait normal que le fils de Zinedine Zidane, forcément génétiquement doué pour se retrouver en correctionnelle, prenne rapidement en main la barre du tribunal de Montpellier. Eh bien, ça marche, c’est ce qu’il fait.

Cela dit, pour bien montrer que je suis impartial, je ne vais même pas me forcer pour dire que j’ai trouvé, ce jour-là, le juge plutôt sympa. Ceux qui me connaissent vous diront que c’est vraiment un signe de neutralité comme il faut de ma part. Pour vous dire, quand mon portable que j’avais oublié d’éteindre a lâché sa sonnerie fumeuse, « Thriller » de Mikael Jackson, le juge n’a même pas froncé les sourcils. Ce qui est la moindre des choses quand on est en train de juger un homme.

Car oui, tous ceux que j’ai vu, pendant le spectacle (gratuit je le précise), c’était des hommes. Ça aussi, ça doit être à cause du football et de la génétique. Il serait tout à fait normal que le fils de Zinedine Zidane, génétiquement doué pour le foot, ait tout ce qu’il faut dans le pantalon pour marquer plus de buts que sa femme. Et il y a que ceux qui ne font rien qui ne font pas de bêtises, dirait ma mère.

Ça avait commencé avec le monsieur français qui avait donné une baffe à sa fille, si on nous aurait dit que ce crime était passible de vous conduire devant le juge en 1939, on aurait peut-être sûrement évité Hiroshima, et le Royaume de Dieu serait sûrement déjà sur nous. Mais le type était énervé, il ne supportait plus de voir sa fille colporter les mensonges d’une mère avec laquelle il est en conflit depuis quinze ans, il a craqué, il en a collé une. Il regrette. Votre enfant n’a rien avoir dans tout ça. Si votre femme se comporte avec vous comme une imbécile, vous devez être deux fois plus patients que les autres, vous devez le faire pour votre enfant. A pleurer je vous dis.

Afrique du Nord-Irlande du Sud, victoire des Irlandais. C’est une rixe sur la place publique entre des Arabes et des Irlandais, et c’est les Arabes qui sont arrêtés et conduits devant le juge. Les Irlandais, eux, ne sont pas là. Ils se sont volatilisés. A croire qu’ils n’ont même pas joué le match. Le juge a quand même dit aux jeunes « Africains du nord » : quand on s’appelle comme vous, on doit faire plus attention que les autres, il y a des gens racistes et ça pose un problème alors, vous devez faire encore plus attention que les autres et c’est pas en vous comportant comme ça (comme quoi?) que vous vous en sortirez. Un grand homme, ce juge. Comment il s’appelle, déjà? Je n’ai même pas demandé…

Et puis, il y a celui qui se torche la figure (encore un Français !), se retrouve sans permis, continue de conduire parce qu’il faut bien se déplacer pour survivre sans arrêter de boire je ne sais pas pourquoi. C’est un homme costaud dont les joues sont rougies par l’habitude d’animer ses soirées à l’alcool. Je l’imagine dans son camping mal chauffé au gaz comme beaucoup de ceux qui profitent que les prix sont bradés l’hiver, au bord de ce côté de la Méditerranée. Le vin et la télé, voir le haschisch ad libitum. Alors le juge: qu’est-ce que je peux faire monsieur pour que vous arrêtiez de boire, vous croyez qu’on va vous préférer encore longtemps à la société ? C’est trop, ce type est plus juste que la justice, c’est une offense aux préjugés du Bondy Blog, des chiffres, des chiffres !

Enfin il y a celui (un Français, bien sûr) qui avait la curiosité internet mal placée, qui a tellement surfé sur le côté obscur de la force qu’il a fini par avoir un enfant de dix ans en fond d’écran. Un jeune universitaire promis à de hautes et prometteuses fonctions au CNRS, peut-être même au Massachussetts Institute of Technologie. Ce jeune et brillant cerveau est effondré, tout cela est évidemment une méprise, trop de curiosité et un clic malencontreux, voilà ce qui arrive. On se demande comment l’affaire est arrivée devant les tribunaux. A vous, on vous pardonnera moins qu’à un autre, ceux qui font commerce des enfants ne doivent pas survivre, et vous leur permettez de survivre par votre curiosité. Il faut vous ressaisir.

Ce juge, décidément, à force d’être bon comme la romaine, il commence à m’énerver. Peut-être, comme le public des arènes de Néron, j’aimerais plus d’action, de hauts et de bas. Un qui me donne envie de m’appeler Dilgo de Mauriac et qui me fasse haïr le nom de mon père. C’est fini, la messe est dite pour aujourd’hui. D’ailleurs c’est l’heure de mon rendez-vous avec un vieux copain, ça suffit comme ça. Finalement, aujourd’hui, je n’ai pas tellement vu d’Arabes. Seulement des gens avec des noms qui doivent faire deux fois plus attention que les autres et d’autres qui, avec une carrière devant eux comme ça, ont deux fois moins droit à l’erreur que les autres. Et entre les deux ? Des Irlandais, des pères violents, des ivrognes.

Dilgo

Articles liés

  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021