« J’ose laisser mon vélo ici? », demande-je à l’épicière. « A vélo, à Blanqui, on dépasse les taxis… », répond en chantant l’épicier, avec une bonne haleine de pastis. Elle éclate de rire. « Des gosses ont essayé de nous voler un sac de patate ce matin, alors on sait jamais… Mais en réalité, ici, c’est pas si dangereux. On dit que le quartier de Blanqui, ça craint. C’est pas vrai. Bon, il y a les drogues, mais il n’y a eu que trois ou quatre voitures qui ont brûlé. Rien d’autre ». L’épicier veut tout de même ajouter quelque chose. « En juillet dernier, à sept heures du matin, on m’a agressé. J’avais que le fond de caisse, pas plus de 40 euros. Ils m’ont cassé toutes les dents avec le canon de leur flingue et ouvert le crâne avec une barre de fer. » Il me montre la cicatrice sans perdre sa bonne humeur. « Seriez-vous d’accord d’en parler? » Il me répond qu’il est à trois ans de la retraite et qu’il veut finir « tranquille ». Je comprends. Alors bonne soirée et à demain!

 

Par Blaise Hofmann

Blaise Hofmann

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021