« J’ose laisser mon vélo ici? », demande-je à l’épicière. « A vélo, à Blanqui, on dépasse les taxis… », répond en chantant l’épicier, avec une bonne haleine de pastis. Elle éclate de rire. « Des gosses ont essayé de nous voler un sac de patate ce matin, alors on sait jamais… Mais en réalité, ici, c’est pas si dangereux. On dit que le quartier de Blanqui, ça craint. C’est pas vrai. Bon, il y a les drogues, mais il n’y a eu que trois ou quatre voitures qui ont brûlé. Rien d’autre ». L’épicier veut tout de même ajouter quelque chose. « En juillet dernier, à sept heures du matin, on m’a agressé. J’avais que le fond de caisse, pas plus de 40 euros. Ils m’ont cassé toutes les dents avec le canon de leur flingue et ouvert le crâne avec une barre de fer. » Il me montre la cicatrice sans perdre sa bonne humeur. « Seriez-vous d’accord d’en parler? » Il me répond qu’il est à trois ans de la retraite et qu’il veut finir « tranquille ». Je comprends. Alors bonne soirée et à demain!

 

Par Blaise Hofmann

Blaise Hofmann

Articles liés

  • Des JO et des Juges : les vendeurs à la sauvette dans le viseur

    À l'approche des Jeux Olympiques, consigne a été donnée de nettoyer l'espace public. Une directive qui a forcément des conséquences sur les juridictions. Jusqu'à l'ultime épreuve, le BB chronique le quotidien du tribunal de Bobigny. Dans ce premier numéro, il est question des vendeurs à la sauvette. Poussés par la faim, ils reviennent inlassablement dans la rue malgré les arrestations et les condamnations.

    Par Meline Escrihuela
    Le 27/02/2024
  • Région Île-de-France : les coups de pouce aux lycées privés ne passent pas

    Les révélations en cascade au sujet du lycée Stanislas ont remis sur la table la question du financement des établissements privés par les deniers publics. À l’échelle de la région Île-de-France, les fonds consacrés à cet établissement, et au privé en général, interrogent.

    Par Imane Lbakhar
    Le 26/02/2024
  • Série – Musulman(e)s & Citoyen(ne)s

    Séparatisme, communautarisme… On ne compte plus les anathèmes lancés à la communauté musulmane. Pourtant, de nombreux citoyens, pleinement français et fièrement musulmans, s’engagent quotidiennement pour le « bien commun », mus entre autres par leur foi. Dans cette série, nous mettons en avant quatre jeunes engagé(e)s de confession musulmane. Une série signée Ayoub Simour.

    Par Bondy Blog
    Le 23/02/2024