Comment s’intégrer dans une nouvelle famille avec une culture complètement différente de la notre. Certains y arrivent et trouvent leur bonheur et cela donne un très beau métissage. D’autres font des choix douloureux pour vivre avec l’âme soeur. 

Dans certaines familles, la mixité culturelle reste encore un très gros problème. Mireille, 27 ans, béninoise d’Aulnay sous bois nous raconte comment son copain est tombé fou amoureux d’elle, alors que sa famille ne veut pas l’accepter à cause de sa couleur de peau. « Je suis avec un français depuis 6 ans. Il s’appelle Ludovic. Nous nous sommes rencontrés lors d’un dîner organisé à l’occasion de son anniversaire. Pendant toute la soirée, Ludo me regardait avec admiration. Il est venu me parler à la fin de la soirée. Nous nous sommes revus quelques temps après pour aller au cinéma. Il m’a tout de suite plu. Il est très attentionné, romantique et à l’écoute. Par contre, il y a un véritable problème avec ses parents. Ils ne m’ont jamais appréciée. Ils n’aiment pas les noirs. Cela a mis une distance entre eux et leur fils, car Ludo ne supporte pas les gens qui jugent sans connaître autrui. Il n’a pas revu ses parents depuis près d’un an. Il allait les voir pendant un moment mais leur point de vue n’a pas changé. Ils étaient absents lors de notre mariage, ils ne sont pas venus voir leur petite fille qui a un an maintenant. Je trouve cala triste, car Ludo est malheureux malgré tout. Il en veut à ses parents de ne pas faire d’effort pour connaître sa femme et sa fille ».

Pour Sylvain, 30 ans, breton de Romainville, tout est différent, sa fiancée fait partie de la famille et il l’aide au mieux pour s’intégrer. « Je suis fiancé à une asiatique depuis deux ans. Nous nous sommes rencontrés en Thaïlande pendant mes vacances. A mon retour en France, c’était vraiment difficile. Je ne pouvais pas rester une journée sans l’avoir en ligne ou par MSN. Elle est venue me rejoindre voilà huit mois. C’est dur pour elle de s’intégrer mais elle fait énormément d’efforts. Elle est trilingue, intelligente et belle. Nous sommes fiancés. Ça se passe très bien avec ma famille. Le mariage est prévu pour l’année prochaine ».

Yolande, 25 ans, Bondynoise, a connu beaucoup de difficultés. A présent, tout va pour le mieux, son copain est fier d’être avec une africaine. « Je vis en couple avec un français depuis bientôt cinq ans. Au début c’était un peu dur pour moi pour m’adapter, car la culture n’est pas la même et il y a aussi les regards des autres. C’était difficile pour moi à supporter. Il est bien intégré dans mon milieu. Il est à l’aise partout où l’on va et adore manger les plats de chez moi. Parfois, j’oublie qu’il est blanc. Nous avons un beau petit garçon de deux ans ».

Ces trois témoignages nous montrent à quel point la différence culturelle est encore source d’obstacles et de préjugés dans notre société. Yolande, Ludovic et Sylvain ont fait des choix, ils les assument au quotidien, au prix parfois, de la rupture avec leur famille. C’est sans doute le passage obligé pour vivre pleinement leur passion amoureuse.

Essi Gnaglom

Essi Gnaglom

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021