Nous avons choisi de publier une lettre de commentateur qui traduit bien les nombreuses réactions envoyées sur le mail du Bondy  Blog.


Depuis quelques temps, nous intervenons régulièrement sur les commentaires.


Nous vous rappelons que nous souhaitons laisser pour des raisons éditoriales et de liberté d’expression des commentaires instantanés et sans filtre mais cela nécessite le respect de certaines règles de votre part.


Les attaques personnelles, les commentaires insultants, racistes, homophobes…sont interdits et peuvent faire l’objet de condamnations  pénales  en direction de ceux qui les postent.


Les commentaires « règlements de compte », les listes de commentaires de deux ou trois mots, les discussions fermées et la multiplication des pseudos nuisent au dialogue.  Il serait dommage de changer  le mode de commentaire à cause de quelques personnes  qui ne respectent pas  le Bondy Blog et ses lecteurs.


Merci de votre compréhension.

                                            ***************************************

Très cher Bondy Blog,
Je t’écris aujourd’hui comme à un ami. C’est vrai, je t’ai vu naître il y a un an grâce à un article du Courrier International qui annonçait ton arrivée, et j’ai eu grand plaisir à lire les journalistes suisses qui se sont succédés semaine après semaine, chacun avec son style et sa sensibilité. Plus tard, j’ai vu les premiers pas des jeunes bondynois qui courageusement ont repris le flambeau, et qui t’ont vaillamment fait grandir. J’ai découvert une mosaïque de vécus, de croyances, d’affectivités, d’orientations politiques à travers les blogueurs mais également les commentateurs, et tout ce petit monde m’est devenu petit à petit familier,
voire sympathique. Je n’ai pas souvent échangé avec toi, je suis par nature
une personne qui écoute plus qu’elle ne parle, mais sache que je ne t’ai jamais quitté des yeux.
 
Cependant aujourd’hui, je suis triste, et tu sais sûrement pourquoi. Depuis quelques semaines, on t’a souillé, tes pages sont devenues un dépotoir criblé d’insultes, un champ de bataille aveugle, un émonctoire à toutes les haines. Je ne crois pas que ce soit de ta faute, mais comprend-moi si je te dis que j’ai moins de plaisir à venir te voir, car cette violence me fait
mal. J’espère vivement que tout celà s’apaise, et que nous retrouvions bien vite
un climat courtois et un dialogue respectueux.
Je te serre sur mon coeur, mon cher BB !

Whisky

Bondy Blog

Articles liés

  • Derrière la hausse des prix, quelle réalité pour les habitants des quartiers ?

    Derrière les chiffres de l'inflation, des hausses de prix toujours plus inquiétantes, quelles sont les personnes qui en souffrent ? Familles nombreuses, jeunes travailleurs et associations de quartiers sont particulièrement pénalisés par un carburant et une alimentation toujours plus coûteux.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 24/06/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • Chlordécone : le combat des Ultramarins continue

    Motivés par un besoin de réparation et de justice, des collectifs et associations ultramarins se battent pour la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français dans l’affaire du chlordécone. C’est le cas de l’association antillaise VIVRE qui en 2019, appuyée par d’autres collectifs, a choisi de mener une action collective. La décision du tribunal administratif sera rendue d'ici la fin du mois de juin.

    Par Clémence Schilder
    Le 14/06/2022