Lorsque le mythe Lilian Thuram est de passage à Bondy, il y a foule et, parmi elle, surtout des petits et des ados. Certains enfants présents n’étaient même pas nés en 1998, l’année du sacre de la France au Mondial et de ses deux buts tombés du ciel contre la Croatie en demi-finale, mais quand une star du foot parle, les oreilles des jeunes sont toujours beaucoup plus attentives que pour les dires de n’importe quel politicien. 

Il y a quelques années, évoluant encore sur les terrains, l’ancien défenseur été l’objet d’injures racistes, en particulier à la Juve, dont il porta le maillot de 2001 à 2006, rappelle-t-il. Aujourd’hui, Lilian Thuram est le président de la fondation « Education contre le racisme ». C’est en toute décontraction que, mardi 23 juin, à la bibliothèque Denis Diderot de Bondy, il est venu parler de son engagement dans cette cause.


Lilian Thuram à BONDY
envoyé par Bondy_Blog. – L’info video en direct.

Chou Sin

Chou Sin

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021