Dans la nuit de vendredi à samedi, en plein rêve ensoleillé, j’entends un brouhaha violent et répétitif. D’énormes coups assourdissants me font sortir de ce rêve, quand, soudain, je me rends compte qu’il s’agit de la porte de chez moi.  Mon père, à peine réveillé, traverse le couloir  Un bruit de fond  résonne dans le palier. Ce sont les pompiers de Paris qui viennent frapper aux portes pour nous demander si nous n’avons pas de la fumée dans nos appartements. Il est cinq heures du matin, et l’un des trois ascenseurs de mon immeuble est en feu. Bâtiment 18, quartier Paul Eluard à Bobigny. Voilà qu’au moment de sortir de chez moi, je constate les dégâts. Un ascenseur est entièrement carbonisé. Les deux autres ont été mis à l’arrêt. Je pense alors aux prochains jours, aux semaines suivantes, voire aux mois. J’habite au quatrième étage, ce n’est pas vraiment gênant. Mais ma voisine malade ? Tous les habitants des étages supérieurs ? Mon immeuble compte tout de même dix-huit étages !

En même temps, depuis des années maintenant, il est rare d’avoir les trois ascenseurs en état de marche. Bien qu’il y ait eu plusieurs « rénovations », la mécanique n’a jamais été remplacée, seulement les parois intérieures des ascenseurs. Les week-ends sans ascenseurs, on connait bien. Idem en été… Mais cette fois-ci, tous les habitants savent qu’il y en a pour un bon moment. Après avoir éteint l’incendie pendant près de deux heures, l’enquête en cours précise que trois départs de feu on été relevés ainsi que des matelas qui se trouvaient dans les cabines d’ascenseurs. On comprend donc que l’origine de cet incendie est criminelle. Certaines personnes du quartier pensent même que cela a été fait exprès pour pouvoir enfin avoir de nouveaux ascenseurs. Mais, dans l’immédiat, le résultat est une privation d’ascenseurs pour une durée indéterminée.

Du coup, le bailleur de l’immeuble, l’OPH93, a contacté les associations du quartier Alliance et PPVE (Premier Pas Vers l’Emploi) afin de résoudre ce problème. Kanoush, membre de l’association Alliance m’explique : « Dès qu’il a pris connaissance de l’incendie, le bailleur nous a appelé. Nous avons donc décidé de former une équipe de jeunes du quartier, notamment ceux qui sont éloignés du monde du travail, afin d’aider tous les habitants de l’immeuble. Cette semaine, une réunion est prévue afin de savoir combien toucheront ces jeunes présents du matin au soir dans le hall de l’immeuble. Nous sommes mandaté par l’OPH93, une indemnité sera versée à tous ces jeunes qui sont au service des habitants ».

Bien entendu, l’association a fait en sorte de rassembler des jeunes du quartier connus de tous. Ainsi, la confiance règne, les sourires et la bonne humeur sont au rendez-vous.  Porter une poussette jusqu’au dix-huitième étage ? C’est du gâteau ! Dans l’attente de travaux qui semblent très loin, les habitants de la tour 18 ont de quoi se faire des mollets de feu. De quoi préparer son corps pour l’été. En espérant que d’ici là, nous aurons enfin de nouveaux ascenseurs décents.

Inès El laboudy

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022