Dans la nuit de vendredi à samedi, en plein rêve ensoleillé, j’entends un brouhaha violent et répétitif. D’énormes coups assourdissants me font sortir de ce rêve, quand, soudain, je me rends compte qu’il s’agit de la porte de chez moi.  Mon père, à peine réveillé, traverse le couloir  Un bruit de fond  résonne dans le palier. Ce sont les pompiers de Paris qui viennent frapper aux portes pour nous demander si nous n’avons pas de la fumée dans nos appartements. Il est cinq heures du matin, et l’un des trois ascenseurs de mon immeuble est en feu. Bâtiment 18, quartier Paul Eluard à Bobigny. Voilà qu’au moment de sortir de chez moi, je constate les dégâts. Un ascenseur est entièrement carbonisé. Les deux autres ont été mis à l’arrêt. Je pense alors aux prochains jours, aux semaines suivantes, voire aux mois. J’habite au quatrième étage, ce n’est pas vraiment gênant. Mais ma voisine malade ? Tous les habitants des étages supérieurs ? Mon immeuble compte tout de même dix-huit étages !

En même temps, depuis des années maintenant, il est rare d’avoir les trois ascenseurs en état de marche. Bien qu’il y ait eu plusieurs « rénovations », la mécanique n’a jamais été remplacée, seulement les parois intérieures des ascenseurs. Les week-ends sans ascenseurs, on connait bien. Idem en été… Mais cette fois-ci, tous les habitants savent qu’il y en a pour un bon moment. Après avoir éteint l’incendie pendant près de deux heures, l’enquête en cours précise que trois départs de feu on été relevés ainsi que des matelas qui se trouvaient dans les cabines d’ascenseurs. On comprend donc que l’origine de cet incendie est criminelle. Certaines personnes du quartier pensent même que cela a été fait exprès pour pouvoir enfin avoir de nouveaux ascenseurs. Mais, dans l’immédiat, le résultat est une privation d’ascenseurs pour une durée indéterminée.

Du coup, le bailleur de l’immeuble, l’OPH93, a contacté les associations du quartier Alliance et PPVE (Premier Pas Vers l’Emploi) afin de résoudre ce problème. Kanoush, membre de l’association Alliance m’explique : « Dès qu’il a pris connaissance de l’incendie, le bailleur nous a appelé. Nous avons donc décidé de former une équipe de jeunes du quartier, notamment ceux qui sont éloignés du monde du travail, afin d’aider tous les habitants de l’immeuble. Cette semaine, une réunion est prévue afin de savoir combien toucheront ces jeunes présents du matin au soir dans le hall de l’immeuble. Nous sommes mandaté par l’OPH93, une indemnité sera versée à tous ces jeunes qui sont au service des habitants ».

Bien entendu, l’association a fait en sorte de rassembler des jeunes du quartier connus de tous. Ainsi, la confiance règne, les sourires et la bonne humeur sont au rendez-vous.  Porter une poussette jusqu’au dix-huitième étage ? C’est du gâteau ! Dans l’attente de travaux qui semblent très loin, les habitants de la tour 18 ont de quoi se faire des mollets de feu. De quoi préparer son corps pour l’été. En espérant que d’ici là, nous aurons enfin de nouveaux ascenseurs décents.

Inès El laboudy

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021