Je suis le président des blogueurs et aussi des commentateurs (qui peuvent, s’ils le souhaitent, pendant que je ne suis pas encore trop connu, entrer en communication avec le futur président de la République, après il sera trop tard) et justement je voudrais parler aujourd’hui d’un commencement de conversation que j’ai eu avec deux commentateurs de notre cher BB, sur un sujet que je laisserai au général de Gaulle le soin de résumer : « C’est parce que nous ne sommes plus une grande puissance qu’il nous faut une grande politique, parce que, si nous n’avons pas de grande politique, comme nous ne sommes plus une grande puissance, nous ne serons plus rien. » Or, sommes-nous quelques chose ? Il me semble que c’est de cela que parlait GremlinZ64-1, le premier commentateur, et Muslim, le second.

L’autre jour je me suis immiscé dans leur échange viril, fermement résolu à pénétrer le lard de leur discussion animée, entre l’un Français de souche et l’autre musulman. La conversation du français de souche et du musulman est une bonne part des passionnants débats qui font vivre ce blog. Ça se passait sur le post de Nadia Méhouri, j’ai reconnu de nouveau cette controverse pour savoir si nous, Français de souche, de langue, de terroir, de culture, de fichier administratif, d’idéal ou ce que vous voulez, si nous, nous sommes quelque que chose, quelque chose plutôt que rien.

En gros, pardonnez-moi Nadia de le dire sans nuance, vous vouliez faire dire à Ali, un jeune de votre quartier, qu’il en a marre de voir que dans les médias son visage est trop différent du visage d’Albert alors que fondamentalement, son visage est le même, c’est un visage humain. Je le sais, parce que vous me l’avez confié au téléphone. Or là-dessus, GremlinZ64-1, qu’il me pardonne de le dire sans nuance, est venu nous parler de tout autre chose, ce qui est son droit le plus strict. Il est venu nous dire qu’Ali n’avait qu’à prendre des distances avec ses origines. Selon lui, ceux qui s’accrochent à ce point obscur de leur patrimoine sous-développé, sont des gens « fiers de leur culture, culture ayant conduit leurs pays de provenance dans les affres que l’on connaît, ils ne veulent pas se défaire de leur identité » (que les Français de souche rejettent majoritairement, même si seulement une minorité de ces Français ose l’exprimer, l’autre étant la majorité silencieuse mais qui n’en pense pas moins).

A quoi Muslim répond, qu’il me pardonne de le dire sans nuance, que la culture française n’est globalement qu’un mélange de sionisme et d’anglais, et localement qu’un bariolage de corse, breton, basque, ce qui l’autorise à compter les Français de souche comme une communauté parmi les autres. Au sentiment de posséder le trousseau d’exception de la supériorité culturelle, il oppose l’idée que l’Occident n’est qu’une soupe indifférenciée, un rien obscène. Etre ou ne pas être français, mais qu’est-ce que c’est que la culture française, telle qu’elle se distinguerait absolument de celle des ancêtre d’Ali ?

Au risque d’envenimer le débat électoral et de nous rendre intelligents, ce qui est très mauvais pour gagner des élections, Monsieur Sarkozy incarne cette vérité, je voudrais proposer un petit cadre pour un petit bout de réflexion à ce sujet. Libre à mes lectrices de s’y coucher à plat ventre, à mes lecteurs d’y sauter à pieds joints. GremlinZ64-1 est un pseudo qui se réfère à une bestiole de film fantastique, méchante, qui a la vertu de proliférer au contact de l’eau comme les jouets chinois au contact des populations gavées de marchandises. Et aussi comme la violence. C’est sans doute le nec plus ultra de ce qu’il a en vue quand il parle de culture de souche. Comme on parlerait de souche cellulaire virulente. D’ailleurs Muslim reconnaît son existence, disant que c’est la culture d’une communauté comme les autres. Ce n’est donc pas rien.

C’est ici que je m’interpose, moi qui prétends vous rassembler tous en 2012. Vous, Français de souche, de Navarre et de Samarcande. Je m’interpose, car je suis la voie du milieu qu’empruntèrent aussi bien Papi GremlinZ64-1 et Papi Muslim, nés avant la télé et la culture mondiale. Car en effet, quand l’Otan se dressera contre l’Iran on se demandera face au carnage ce que le Maroc de Papi Muslim et la France de Papi GremlinZ64-1 ont à voir là-dedans. Et moi, je vais vous le dire. C’est simple comme bonjour. C’est la voisine.

Je le dis sans faiblir et ce sera mon cheval de bataille électoral. Au risque de me prendre, à l’heure blême, une mandale dans la figure, ou de jouer le rôle ridicule du philosophe, je resterai garant de ce que vous, Muslim et GremlinZ64-1, avez culturellement en commun, la recherche de la paix. La frayeur des proliférations violentes, des gremlinz de la convoitise. Il est impossible que cette aspiration commune à éviter les sources de conflits soit une différence fondamentale. Non, c’est tout le contraire. La culture qui demande aux femmes de se voiler est guidée par la même intention que celle qui dit qu’il vaut mieux s’arracher les yeux que de convoiter la femme du voisin. C’est autant que possible, éviter la bagarre générale, le crêpage de chignon international, c’est-à -dire la catastrophe, ou le suicide collectif.

C’est sans doute pourquoi le général de Gaulle comptait tellement sur les ménagères pour le maintien de l’ordre public auquel on sait, de source sûre, qu’il était aussi attaché qu’un religieux arabe. Alors les Français, je ne sais pas si c’est quelque chose, mais les voisines, oui, ce n’est pas rien, d’où qu’on vienne dans le monde, la culture a le même problème parce que c’est la même.

Dilgo

Dilgo

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021