Au début de l’année 2007, un magasin Lidl ouvrira ses portes sur la rue Edouard Vaillant qui longe la ligne de chemin de fer (Bondy sud). Il faut savoir que cette rue était dans les années 60/70, une rue industrielle on l’on retrouvait la plupart des entreprises (Simca, la stad, etc…) qui employaient une bonne partie de la population bondynoise.

Aujourd’hui, cette rue est devenue pavillonnaire avec la construction de nombreux lotissements ces 15 dernières années.

Cette ouverture suscite des réactions très mitigées, mais on est en droit de se demander pourquoi ouvrir un Lidl, alors qu’il y en a déjà un sur Bondy Nord et un autre tout près limite Rosny.

 

L’arrivée de ce magasin de 900m² ne fait pas que des heureux chez les Bondynois. Parmi les partisans, Madame S. pense que c’est une bonne chose : «cela me permettra d’envoyer mon fils acheter ce dont j’ai besoin en payant moins cher». Autres supporters de Lidl, le pizzaïolo ou les boulangers : «il y aura plus de monde, il y aura donc plus de clients potentiels»

 

Du coté des opposants : beaucoup de riverains. Selon Claude, marié père de deux enfants : « le magasin va attirer du monde ce qui va poser problème en terme de stationnement, de bruit et peut-être d’embouteillage dans le quartier ». Pour un autre cela va poser des problèmes de tranquillité. Pour les commerçants, le problème est beaucoup plus grave : ils risquent tout simplement de mettre la clef sous la porte.

Lidl est une enseigne de Hard discount. Les prix y sont moins élevés que ceux des enseignes de la grande distribution sans parler du petit commerce. Khaled, propriétaire de l’épicerie située à 500 mètres du Lidl, craint le pire: « Lidl  vend 50% moins cher que moi, et je ne pourrai pas m’aligner sur le prix». Cette inquiétude est partagée par les autres commerçants : «on ne peut rien faire, et on va tous fermer ».

A-t-on pris en compte les commerces de proximité ?

 

Par Chaouki Aroua

Chaouki Aroua

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021