« acharnement » alors que plusieurs de ses proches et elle-même ont été auditionnés par les forces de l’ordre durant la journée.

« Ils veulent nous écraser par tous les moyens mais le combat peut durer dix ans, on ne lâchera pas. On ne lâchera jamais« . Assa Traoré ne baisse pas les bras. Ce mardi 28 février, le comité de soutien à la famille d’Adama Traoré organisait une conférence de presse au Centre International de Culture Populaire (CICP), à Paris, pour dénoncer un « acharnement de la part de l’État, des forces de l’ordre et de la justice« .

Déjà condamné en décembre à huit mois de prison ferme et incarcéré à la maison d’arrêt du Val-d’Oise pour des faits d’outrage, de menaces de mort et de violences envers les forces de l’ordre, Bagui, l’un des frères d’Adama – mort le 19 juillet lors de son arrestation par des gendarmes – a été placé en garde à vue, à six heures du matin, dans le cadre d’une enquête de tirs sur des policiers à Beaumont-sur-Oise. Des faits qui auraient eu lieu en juillet dernier. Le parquet a précisé que cette garde à vue portait sur des « faits de tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’ordre publique ».

« Au delà de Bagui, c’est tout une famille, tout un quartier, que l’on met sous pression »

Assa Traoré, qui a elle-même été auditionnée ce mardi 28 février dans le cadre de cette affaire pendant « plus de trois heures« , réfute catégoriquement ces accusations. « Aujourd’hui, on parle de tentative d’assassinat, ce qui voudrait dire que Bagui a prémédité son acte, c’est complètement fou. On a déjà utilisé l’outrage et la violence, qu’est-ce qu’on va lui reprocher demain ? s’interroge-t-elle. Bagui est un témoin clé du meurtre de son frère Adama. On veut fragiliser son témoignage, le discréditer. On veut le détruire psychologiquement« , assure la jeune femme. Samir Bbaloudj, membre du comité de soutien, dénonce lui « une machine judiciaire pour casser la mobilisation« .

La mère d’Assa ainsi qu’un autre de ses frères, Youssouf, ont également été entendus par les forces de l’ordre. « Au delà de Bagui, c’est tout une famille, tout un quartier, que l’on met sous pression. Comment peut-on expliquer qu’une maman de 70 ans ait été auditionnée pendant quatre heures ?« , se désole Samir. « La mère du fils de Bagui est en garde à vue à Toulouse. Les gendarmes ont accompagné le fils à l’école avec la mère menottée« , rapporte Assa.

Assa Traoré appelle à une « révolution ensemble » 

Le comité de soutien a annoncé la tenue d’une manifestation à Beaumont-sur-Oise ce samedi, sans donner plus de détails. Un de ces membres demande une « mobilisation de tous les quartiers populaires« . Assa Traoré, elle, appelle à une « révolution ensemble, et pas seulement des quartiers populaires » pour faire « plier cette mauvaise France, anti-démocratique, qui néglige une partie de sa population« .

Assa Traoré conclut la conférence de presse en réclamant la justice pour Adama, pour Bagui, mais aussi pour Théo, jeune Aulnaysien de 22 ans violé par la police à la suite d’un contrôle.

Kozi PASTAKIA

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • Marche blanche pour Yusufa à Saint-Etienne : « c’est un frère noir qui a été tué »

    Environ 500 personnes sont venues rendre hommage samedi 5 juin à Yusufa, Sénégalo-Gambien de 26 ans, mort après avoir été poignardé à Saint-Etienne la nuit du mercredi 26 mai. La marche, organisée par la famille de la victime et le collectif JIAS (Journée de l’initiative africaine de Saint-Etienne), s’est déroulée dans le calme et le recueillement avec un mot d’ordre : « Justice pour Yusufa ». Reportage

    Par N’namou Sambu
    Le 07/06/2021
  • Choc à Cergy après l’agression négrophobe d’un livreur

    A la suite de l’agression physique d’un livreur à Cergy, dans la nuit du 30 au 31 mai, enregistrée et diffusée sur les réseaux sociaux, un rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le restaurant le Brasco. Une majorité de jeunes ont été présents afin de faire entendre leur indignation, leur colère et leurs différentes revendications, face à une agression à caractère négrophobe. Reportage. 

    Par Amina Lahmar
    Le 01/06/2021