-- Cliquez pour voir l'image en entier

Dans la nuit du dimanche 12 octobre, huit voitures ont été incendiées à Montfermeil, emportant avec elles les rêves de stars des habitants désabusés. Ces véhicules devaient servir au tournage d’un film de Luc Besson, « From Paris with love ». Apprenant la nouvelle, je me rends aux Bosquets, sur les lieux du « drame ». Accompagnée d’un nouvel acolyte recruté sur le tard, j’entre en terre hostile et ressens une atmosphère beaucoup moins festive que lors de ma dernière visite. Une camionnette évacue les dernières carcasses brûlées tandis que je m’engouffre dans la cité.

Devant un bâtiment en ruine, un jeune homme fume une cigarette, il se fait appeler « Baret des bosquets ». Il se dit « déçu » de ce brûlage de voitures : « Ils (ceux qui leur ont mis le feu) sont vraiment cons, c’est dommage, ils ont raté une belle opportunité, ils auraient pu toucher un bon billet sur ce tournage. Moi, j’ai participé au tournage de Go fast, j’ai touché une belle somme en tant que figurant et tout c’était bien passé. » Sofiane, 21 ans, avait été sélectionné comme figurant : « Franchement, je l’ai mauvaise, j’avais été choisi, et lundi, à 5 heures du matin, on m’appelle pour me dire que finalement, ils n’auront plus besoin de moi, et que le tournage est annulé. »

Personne ne semble au courant de ce qui s’est réellement passé, mais d’ores et déjà circulent des légendes urbaines. « Je sais vraiment pas qui a fait ça, mais j’ai entendu plusieurs versions, il paraît que les mecs qui n’avaient pas été sélectionnés étaient jaloux et donc ne voulaient pas que le tournage ait lieu. Y’en a d’autres qui disent que c’est parce que Besson a promis de l’argent à des mecs pour créer une entreprise de sécurité et qu’il ne le leur a pas donné. J’ai aussi entendu comme quoi ça pouvait être les mecs de Clichy qui ne voulaient pas que le tournage se passe à Montfermeil. J’ai même entendu dire que c’était parce qu’il y avait trop de Noirs à la sécurité et que les autres étaient énervés », m’explique un jeune homme.

Un autre que j’interroge, pense que le tournage aurait dérangé certaines personnes : « Il se passe certaines choses dans l’immeuble où ils étaient censés tourner le film, toutes ces caméras n’étaient donc pas les bienvenues. » En effet, l’immeuble en question, inhabité, semble être devenu un terrain propice à quelques trafics, trop d’attention portée à cet endroit n’aurait pas été bon pour le business. « Les grands ont sûrement ordonné aux petits de faire ça », poursuit mon interlocuteur.

Au final, beaucoup de perdants : « C’était la première fois que des gens s’intéressaient à Montfermeil, ici, même le GPS il t’indique pas la route pour venir à Montfermeil. C’est un autre monde, on est rayés de la carte », affirme Sofiane. Samir, lui, tient un discours beaucoup plus hargneux : « Je suis bien content que le tournage soit annulé, ici, ça nous appartient et Besson, il nous a pas demandé notre avis. C’est soit il prend tout le monde, soit il prend personne. » Eh bien, il semble que ce ne sera personne !

Travolta ira donc swinguer ailleurs : La Courneuve, Aulnay-sous-Bois ou encore Bondy seraient sur les rangs pour accueillir la star. A Montfermeil, 100 euros pour brûler une voiture (la paie que devait toucher les figurants du film), c’est pas suffisant, on préfère les brûler gratuitement.

Widad Kefti

Widad Kefti

Articles liés

  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022