L’Hebdo se trouve dans un grand bâtiment où l’on entre par le dernier étage. Étrange non ? La rédaction est en plein bouclage de l’édition du jeudi.
Ceux du groupe qui viennent de Blanqui retrouvent tous les journalistes qui se sont relayés sur Bondy et la visite guidée prend vite une allure de retrouvailles.
Dans la salle de conférence commence une première séance de travail sur le blog, ses principes, sur ce que nous comptons y mettre et de quelle manière.
Un premier débat surgit sur l’utilisation des mots.
Nadia préfère que nous n’utilisions pas le mot « banlieues » qui signifie « mis au banc », « banni » et qui est trop connoté.
Radouane n’est pas de cet avis. Il se dit banlieusard et fier de l’être.
Pour lui, c’est une histoire, une attitude, une façon de vivre qu’il ne veut pas renier.
Finalement, nous en venons à la conclusion suivante. Ce mot existe et il sera difficile de l’occulter. Il est certes chargé de sens et significations souvent négatives et notre travail sera, modestement comme l‘a commencé l‘Hebdo par le biais du Bondyblog, de donner une image plus juste de nos quartiers pour rétablir un certain équilibre. Une lourde tâche.

Par Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022