On connaissait déjà son goût pour les animaux, particulièrement pour le bétail.

C’est pourquoi nous les usagers des transports en commun sommes souvent entassés dans des trains subitement devenus courts et par dessus le marché (à bestiaux) aux heures de pointe.

Je m’étonne souvent de notre tolérance à tous à supporter celà simplement en ruminant nos chewing-gum « icefresh » sans sucre ou en lisant chacun le même journal gratuit.

Par cette attitude c’est vrai que nous tendons (de veau) sensiblement à ressembler à ces chers et tendres bovins. Et comme eux nous voyageons souvent debout et bien serrés (c’est plus stable) tout en payant pourtant le plein tarif notre pass navigo.

Outre ces revendications très ordinaires, l’affaire qui me préoccupe particulièrement,  c’est la prolifération de rats aux abords de la gare de Bondy.

Le terrain est miné mais à mon avis leurs homonymes n’osent pas s’y aventurer.

Les rats grouillent et s’affairent tout le long de la voie.

Généralement, j’essaie d’arriver (en courant) juste à l’heure du train mais j’ai souvent l’occasion de les observer toutes les fois qu’un train est supprimé.

Il faut dire que depuis que les voies vers Gargan sont en travaux pour le tram train, ils ont de l’espace pour se développer.

Ils sont en outre bien nourris avec tous les déchets que nous leur envoyons.

Enfin pour ce qui est des restes de sandwichs et autre nourriture, faites leur confiance, ils font le nettoyage mais pour les cannettes et bouteilles, là il ne faut pas compter sur eux.

Mais alors, qu’est-ce que fait la SNCF?

Imaginez un instant qu’elle se mette à faire le ménage.

Tous ces petits animaux bien nourris vont alors chercher refuge ailleurs et chez vous bien sûr.

Enfin rassurez-vous, si on ne les attaque pas, ils ne vous feront pas de mal.

Sur ce bonne nuit et faites de beaux rêves.

Isabelle D.

Isabelle D.

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021