Plusieurs joueurs de l’équipe de Montpellier ont parié sur une défaite de leur propre équipe en mai dernier. Parmi eux on compte notamment le champion olympique récemment titré, Nikola Karabatic et son frère. Si, même au niveau professionnel, on a du mal à se faire un point de vue, au niveau amateur on ne sait quoi en penser.

Après une longue pause sportive, reprendre l’entraînement fait du bien. On retrouve les coéquipières et le coach, on parle vacances, et balle à la main, on s’amuse de cette affaire. Si personnellement, je trouve que cette affaire prend une ampleur trop importante, le plus célèbre des gardiens de Paris 7, lui, reste sur sa réserve. En effet, Samba, 23 ans s’exprime sur le sujet : « essayons toutes et tous de se retenir un peu avant de juger ces gens, vu que l’enquête n’est pas terminée. Et puis ce n’est pas notre rôle de toute façon. Il y a des gens plus compétents que nous. On pourra réellement juger après le verdict… Je dis juste que si par malheur, certains joueurs ou leurs proches ont parié sur la défaite de leur propre équipe et bien c’est vraiment con. Mais comme je l’ai dit précédemment attendons le jugement pour voir la fin de cette histoire. »

Il a raison, nous ne sommes pas dans une bonne position pour juger, mais avec ce que les journaux débitent sur cette affaire, il faut avouer qu’il est facile de détester nos handballeurs. L’image qui a fait le tour des journaux télévisés, avec Nikola Karabatic se faisant embarquer à la fin du match PSG-Montpellier à Coubertin il y a quelques jours a accentué la gravité du geste des sportifs. Si encore une fois on compare cette affaire à l’affaire Zahia, aucune caméra n’a filmé l’arrestation de Karim Benzema ou Franck Ribéry. Cela ternit malheureusement l’image de ce sport encore peu médiatisé. De l’avis de Samba, « les policiers auraient pu attendre que les joueurs reviennent à Montpellier pour les auditionner… Là ils les « attrapent » à la sortie d’un match, à la vue de tout le monde, il manquait plus que les menottes. Ils n’allaient pas s’enfuir à l’étranger quand même ! Et justement le grand public, celui qui ne connaît pas forcément le handball, peut comparer tous les handballeurs à des voyous . Je pense que sur le court terme ça peut faire mal au handball dans sa globalité. Sur le long terme je sais pas trop. »

Même Laurent, le coach, donne son point de vue. Quand je lui demande ce qu’il en pense il, me répond clairement : « Je penses qu’ils ont parié, ça je ne le nie pas, mais je ne suis pas sûr qu’ils aient fait exprès de perdre, c’est dommage pour nos champions olympiques et pour l’image du hand ». Si au total dans l’affaire, 16 personnes ont été entendues, le nom qui ressort le plus souvent est celui de Nikola Karabatic, grosse personnalité du club de Montpellier et l’un des joueurs les plus connus de l’équipe de France de handball. « Concernant Karabatic c’est un joueur que j’adore sur le terrain et avant cette histoire j’avais une très bonne image de lui. Mais je pense qu’il va traîner cette histoire toute sa carrière, même s’il n’a rien à se reprocher. Des proches à lui sont concernés et les gens, la vox populi, peut faire l’amalgame » dit Samba.

Toute cette affaire a remué le monde du handball, il n’y a pas de doute. Et même Patrice Canayer, l’entraîneur de Montpellier parle du « deuil » de son équipe. Il estime que son équipe se positionne en victime face à ces petits bruits de couloir. Alors, si tout comme Samba, je pense que c’est avec la victoire que viendra le salut de du handball, c’est tout de même dommage pour ce magnifique sport qui a réussi à trouver sa place dans le paysage sportif français lors des JO 2012.

Jessica Fiscal

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021