Les rongeurs ont à nouveau envahi la tour dans laquelle vit Ines et du sous-sol, où les cadavres n’ont pas été ramassés, l’odeur monte par les canalisations. Au grand dam des habitants et au bonheur des mouches.

Comme vous vous souvenez peut-être, depuis un article de mai 2009, les rats à Bobigny sont nos voisins quotidiens. Ils sont tout aussi balbyniens que moi. Mais, plus les constructions de nouveaux immeubles dans la ville avancent, plus ils sont nombreux et ont donc besoin de trouver refuge. Les pieds de nos tours étant de gros nids à ordures, ils y trouvent tout leur bonheur bien sûr. Mais depuis un bon moment, ils ont réussi à pénétrer dans les tours.

Ce que je vais vous décrire n’est pas une fiction de Stephen King. Non ! C’est tout simplement le quotidien de nous autres, les habitants de la tour 18. Inutile de vous rappeler que nos problèmes d’ascenseurs ne sont toujours pas résolus mais en plus de cela, aujourd’hui nous avons droit à pire.

Selon les dires, l’ancien gardien de mon immeuble a été renvoyé. Du coup, c’est celui de la tour d’à côté, qui a pris en charge l’immeuble. Et quand on entend ce qu’il raconte discrètement à des habitants amis, ça fait froid dans le dos… Le sous-sol de l’immeuble, plus communément appelé le -2, est le niveau où se trouve les évacuations des vide-ordures qui se trouvent dans chacun des appartements. C’est aussi le niveau où l’on dépose nos gros déchets qui ne passent pas dans le vide-ordures. Mais depuis près de deux ans, les rats s’y sont infiltrés et multipliés.

En reprenant mon immeuble, le gardien d’à côté a donc procédé à une dératisation qui n’avait pas été faite depuis je ne sais combien de temps. Plus de deux-cents rats se trouvent désormais dans le vide-ordures, morts. Mais il faut croire que ces rongeurs n’ont pas été évacués, du moins leurs cadavres. Le mot se balade d’un étage à l’autre, d’une porte à l’autre. Les rats se décomposent dans les sous-sols, ces mêmes sous-sols qui abritent une partie des conduits d’aération de nos étages.

Du coup, chaque étage est infesté par une odeur horrible ressortant de ces grilles d’aération. Le jour de l’Aïd, en sortant de l’ascenseur au 5ème étage, j’ai cru un instant qu’un des voisins avait apporté un mouton et la ferme qui allait avec. L’odeur de crotte mélangée à celle du foin était tellement prononcée que j’en ai eu la nausée. Après enquête auprès des voisins, aucun d’eux n’avait apporté un mouton vivant et ses déjections chez lui, seulement des pièces découpées à la ferme directement. Pendant plusieurs mois, ma mère a même cru qu’il y avait un cadavre dans le compteur électrique de notre étage, le 4ème.

BBInesrats1 BBInesrats2Le -2 où l’on dépose donc, les gros encombrants dans des bennes, est accessible par nos ascenseurs. Régulièrement, on peut y apercevoir un énorme rat passer rapidement devant nous, une fois les portes de l’ascenseur ouvertes. Mais ce n’est pas tout ! Nous faisons face à une invasion de moucherons, vous savez ces minis insectes qui survolent les cadavres d’animaux. Et bien mes voisins en sont envahis. Ils se baladent dans les appartements, se pose sur vous, vos fruits, vos meubles, au plafond et il est impossible de s’en débarrasser totalement. Dieu merci, chez moi ce n’est pas le cas. Ma mère a fini par comprendre que cette odeur de cadavre se dégageait de cette grille située à côté de ma porte. Nous avons donc pris la décision de la recouvrir de papier journal et sac poubelle scotché de toutes parts. Je n’ai pas fini.

Les canalisations rejettent des odeurs horribles. Verser de l’eau de javel, du Destop ou autre produit d’entretien n’y change rien! Du coup, obligé de mettre un bouchon dés que nous n’utilisons plus les lavabos ou la baignoire. Mais les fuites se multiplient dans les appartements et les plafonds sont devenus marron à causes de l’infiltration de l’eau aussi.

Je tiens à préciser qu’un projet de rénovation a démarré dans mon quartier mais ce sont les façades qui sont recouvertes de plaques en acier et je ne sais quelle autre matière, pour l’isolation. Mais comment dire que cela, on s’en contre fiche au bâtiment 18. Notre priorité est la rénovation de nos intérieurs, des parties communes et de ces fichus ascenseurs. Les courriers d’excuses de la Maire, de l’OPH etc. pour ces pannes et ces odeurs sont fréquents mais il faudrait plutôt agir à présent. En revanche, si l’intérieur est sujet à une rénovation, c’est très bien. Mais s’il s’agit seulement de l’extérieur alors cette « rénovation » ne sera qu’un cache-misère.

Je n’ai pas fini la description de mon quartier. Prochainement, je vous parlerai du bitume et surtout de notre parking sous-terrain.

Ines el Laboudi

Articles liés

  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021