A l’entrée de la rue Gaston Defferre, en plein cœur de Bondy, trône un panneau : Bienvenue à Paris. Non, on n’anticipe pas le Grand Paris, juste une initiative de la mairie pour signifier aux riverains qu’elle n’a rien à voir, selon elle, avec l’état désastreux de la chaussée. La route est parsemée de trous, des nids d’autruche tellement profonds qu’un corps d’homme de 90 kilos a pu se coucher dedans…

La copropriété que traverse la rue Gaston Defferre est gérée par la SEMIDEP (sociétés d’économie mixte de Paris). Pour la mairie de Bondy, c’est à celle-ci d’entretenir la voirie, la municipalité n’a pas les compétences pour agir sur ce bout de terre parisien. La partie adverse rétorque que cette route est empruntée par tous les Bondynois, le commissariat de la ville y a même élu domicile, c’est donc à la ville de s’occuper de ces monumentaux cratères.

Chacun se renvoie la balle depuis des années, au grand malheur des riverains qui ont pris des abonnements chez les garagistes du coin tout en apprenant à zigzaguer entre les trous pour épargner leurs guimbardes. « Cette route c’est l’Afghanistan.  On a l’impression d’éviter des mines », affirme, mi-excédé, mi-amusé, un riverain. Bondy et sa route afghane, un reportage vidéo de Sarah Ichou et Idir Hocini.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xie793_bondy-road_news[/dailymotion]

Sarah Ichou et Idir Hocini

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021