BB : Quelle est la situation pandémique actuelle à Stains ? 

Azzedine Taïbi : La situation est quasiment identique à celle de la Seine-Saint-Denis dans son ensemble ( où le taux d’incidence est de 779 pour 100000 habitants). Notre taux d’incidence augmente fortement, il doit dépasser 700 pour 100 000 habitants. La crise sanitaire est explosive, les jours qui vont arriver sont importants. Plus on avance et plus il y a urgence de trouver des solutions pour la vaccination.

Je ne lâcherai rien pour avoir un centre de vaccination à Stains.

Cela va faire bientôt deux mois que la ville de Stains attend l’ouverture d’un centre de vaccination de proximité. Elle fait partie des 20 villes de la Seine-Saint-Denis qui ne possèdent pas encore de centre de vaccination… Est ce que vous avez le sentiment d’être délaissé face à cette pandémie ?

J’en ai fait la demande officielle auprès du préfet de la Seine-Saint-Denis courant Janvier. J’ai reçu une réponse positive de la part de la sous-préfète, le centre de vaccination devait ouvrir dès le premier février avec des professionnels de santé pour être au plus près de la population stanoise. Mais depuis il n’y a aucun centre qui a ouvert. Je ne lâcherai rien pour avoir un centre à Stains.

J’ai le sentiment que les territoires de la Seine-Saint-Denis subissent une inégalité autre que celle de territoire, l’inégalité sanitaire. En matière de vaccins la Seine-Saint-Denis est sous dotée.

Avez-vous obtenu une réponse concrète de la part de l’ARS ou du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis face à cette absence de centre ?

A ce jour je n’ai pas eu de réponses claires auprès du préfet. Je ne peux même pas vous dire s’il m’a dit clairement ‘Non’. Malgré les relances je n’ai aucune information.

Il y a des personnes âgées dont le fait de se déplacer est délicat. C’est pour cela que je milite pour des centres de vaccination à Stains.

Sans centre de vaccination dans la commune , comment se passe la vaccination pour vos administrés, notamment les plus âgés, quelles solutions ont pu être mis en place ? 

On a mis en place un système de navette avec des cars à disposition pour acheminer les patients vers les centres de vaccinations des communes avoisinantes, comme celui de Pierrefitte-sur-Seine. Il y a des personnes âgées dont le fait de se déplacer est délicat. C’est pour cela que je milite pour des centres de vaccination à Stains pour faire en sorte que la vaccination gagne en proximité.

Avec le Val d’Oise, la Seine-Saint-Denis a taux d’incidence le plus élevé du territoire. Pourtant le taux de vaccination du département dépasse à peine 8% (8,23%) et fait partie des plus faibles de France. En tant que maire, quel est votre regard sur cette situation ? 

Malheureusement la campagne vaccinale engendre des inégalités territoriales au sein du territoire national mais aussi au sein du département de la Seine-Saint-Denis. Comment peut-on expliquer aux personnes que certaines villes de la Seine-Saint-Denis ont des centres de vaccination et d’autres non ? On accompagne pas les villes à avoir des centres de vaccination de proximité.


Comme Azzedine Taïbi, Stéphane Peu, le député de la 2ème circonscription de Seine Saint Denis, s’inquiète de l’accès au vaccinodrome de Stade de France, où les habitants du département ne seraient pas forcément prioritaires. 

Vous avez été très en colère après l’annonce de l’ouverture du vaccinodrome de Saint-Denis, pourquoi ?  

Je ne suis pas contre l’ouverture du vaccinodrome à Saint-Denis. Quand j’ai appris la nouvelle je me suis dit que l’on va devoir redoubler nos efforts pour avoir un centre de vaccination à Stains. J’ai bien peur que l’ouverture de ce centre augmente les inégalités sociales et territoriales en Seine-Saint-Denis.

Il faut élargir la vaccination et commencer à vacciner les personnes actives c’est-à-dire les personnels des écoles, les personnes de premières de corvées, les personnes exerçant des métiers de la ville. Effectivement, avec ce vaccinodrome le risque serait d’accroître les inégalités déjà existantes.

Emeline Odi

Articles liés

  • Syndrome méditerranéen : quand le racisme et la violence s’invitent à l’hôpital

    En France, pour de nombreuses personnes racisées, l'accès aux soins peut aussi être une source de danger. Symptômes négligés, soins baclés, douleurs ignorées : des pratiques qui peuvent entraîner de graves séquelles jusqu'à des drames, souvent sous les radars médiatiques. Notre plus jeune contributrice, Kadidiatou Fofafana, s'est entretenue avec une soignante, témoin de violences hospitalières, pour comprendre la réalité du phénomène. Analyse.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 03/06/2021
  • Les étrangers meurent plus que les autres en France

    Professions plus exposées au Covid-19, logements plus petits, discrimination dans l’accès au soin… Tout au long de leur vie, les étrangers sont confrontés à la précarité et aux discriminations. Un drame social que l’on retrouve aussi dans le nombre de décès en France des personnes nées à l’étranger qui a augmenté deux fois plus que celui des autres en 2020. Témoignages et analyses.

    Par Pauline Chambost
    Le 04/05/2021
  • Avoir ses règles en prison : la double peine

    Comment les prisons françaises gèrent-t-elles les menstruations de leurs détenues ? Alors que la question de la précarité menstruelle a soulevé un large débat médiatique et politique au cours des derniers mois, la question de la condition des femmes détenues reste toujours invisibilisée. Témoignages et analyses.

    Par Eva Fontenelle
    Le 30/04/2021