« Gros tas », « Vu votre poids, vous n’aurez jamais d’enfants », « Je n’ai pas envie de vous ausculter, ça me dégoûte ». Voilà le type de discours insultants que l’on peut entendre chez certains médecins lorsqu’on est gros. Cette discrimination porte un nom : la « grossophobie médicale ». Il s’agit de commentaires, d’insultes stéréotypées et culpabilisantes à l’encontre des personnes en surpoids. On se demande alors où sont passées les bonnes vieilles règles de tolérance du serment d’Hippocrate ?

Le plus souvent, la grossophobie médicale prend forme lors de consultations ordinaires. Une patiente prend rendez-vous pour une maladie banale et se voit accablée de commentaires sur son poids : « L’an dernier, j’ai eu une bronchite tout à fait classique. Mon généraliste n’était pas là, je suis donc allée chez un autre médecin pour me faire prescrire des antibiotiques. Quand ce fut mon tour, je n’ai pas eu le temps de m’asseoir, ni d’enlever ma veste que le médecin me demandait déjà d’un ton méprisant : « Vous faites quoi pour ‘ça’ ? ». Je lui ai répondu « ça quoi ? ». Il finira par lui souligner : « Ça, votre poids ». « C’était déshumanisant. Il a passé son temps à me parler de mon poids, à me dire que je devais me faire opérer », explique Anouch, 37 ans de Marseille et membre de l’association Gras Politique.

Et ce n’est pas la seule dans ce cas. Dans les cabinets français, on a ce genre de remarques à tour de bras : « Les médecins nous font comprendre que même si on a un rhume ou une otite, c’est parce qu’on est gros », peste Audrey 37 ans, de Seine-et-Marne. Et ces propos insultants n’épargnent pas non plus les plus jeunes. Durant son adolescence, Audrey a été traumatisée par sa gynécologue : « La première fois que je suis allée chez une gynéco, j’avais 14 ans, je suis ressortie de là tétanisée. Les manipulations et les palpations étaient très violentes. Elle considérait qu’avec la graisse, ça ne me ferait pas mal ». En plus de la violence physique, la violence verbale a été toute aussi rude : « Elle me disait que j’étais qu’un gros tas, que je ne rencontrerai jamais personne à cause de mon poids et que je n’aurai jamais d’enfant ».

Parfois, cela va même beaucoup plus loin, les personnes à forte corpulence peuvent se voir refuser l’accès aux soins à cause de leur poids : « Je suis allée consulter une endocrinologue parce que j’avais des problèmes hormonaux. Elle m’a dit que c’était de ma faute parce que j’étais grosse et qu’elle ne me soignerait pas tant que je ne maigrissais pas. Je lui ai dit que j’avais des troubles du comportement alimentaire. Elle m’a répondu qu’avec un peu de volonté, ça se réglait », désespère Jeanne, étudiante en science de la bibliothèque à Lyon.

La culpabilisation : une méthode inefficace

Une démarche culpabilisante qui n’a pas du tout l’effet escompté, au contraire : « Culpabiliser une personne sur son poids est une méthode inutile et contre-productive », d’après Baptiste Beaulieu, médecin généraliste à Toulouse. « Après ces consultations, les patientes ont tendance à rentrer chez elles et à consommer plus, par culpabilité et par souffrance », explique le généraliste. C’est ce qui est arrivé à Jeanne après son rendez-vous avec son endocrinologue : « Je me suis sentie très mal, j’ai refait des épisodes de boulimie. Pendant 2-3 mois, j’ai fait une dépression, je n’arrivais plus à faire du sport ni à rien faire. À chaque fois que je me voyais dans un miroir, j’avais l’impression d’être un monstre. Tout le travail que j’avais accompli sur moi, sur l’acception de mon corps a été détruit en un rendez-vous. Suite à cela, je n’arrivais plus à aller chez le médecin parce que j’avais peur ».

Une humiliation, un sentiment de honte et de colère qui engendrent des conséquences dramatiques. Les patientes excédées et effrayées laissent traîner leur maladie et ne vont plus consulter : « Quand j’ai un problème généralement, je ne me soigne pas toute de suite. Il faut vraiment que cela m’handicap. Par exemple, j’ai des problèmes au niveau de la tyroïde. J’ai consulté un spécialiste pour ça, il n’a pas arrêté de me mettre la pression par rapport à mon poids. Cela fait qu’aujourd’hui, je n’ai plus la force de me soigner », s’attriste Katia, 23 ans de Limoges.

Après ce constat effarant, une question se pose : d’où vient cette obsession pour le poids chez les médecins ? Selon le docteur Baptiste Beaulieu, l’idée fixe du contrôle du poids découle de leur formation en fac de médecine. « A l’université, on est vraiment orienté et obsédé sur ces questions de poids en permanence à cause des risques cardiovasculaires, éclaire-t-il. Notre formation en médecine est très emprunte de technicité, de chiffres et de froideur. Tout est toujours question de risques, de taille, de poids. Quand on a une personne en face de soi, on a tendance à appliquer bêtement ce qu’on a appris en fac de médecine. Cette technicité efface le côté humain de notre métier. Mais soigner, c’est aussi composer avec des personnes qui ont un vécu parfois douloureux », regrette le médecin.

Pour Lou, sage-femme à Toulouse, il s’agit aussi d’un problème sexiste et de contrôle du corps par la société : « On est dans une société du contrôle du corps des femmes et encore plus sur les personnes grosses, avec toujours l’idée d’une norme représentée par la minceur dans les médias. Souvent, cela devient même une condition d’accès aux soins : on vous soigne mais en contrepartie, vous devez changer l’aspect de votre corps ».

Les médecins nous infantilisent

Quand on regarde les chiffres, on a l’impression que c’est toute la société qui est grossophobe. Par exemple, une femme obèse a 8 fois moins de chance d’être embauchée qu’une femme qui ne l’est pas, d’après l’Organisation internationale du Travail. Et ce n’est pas la représentation des personnes grosses à la télévision qui va arranger les choses. On se souvient tous d’un Obélix benêt ou de la stupidité de Crabbe et Goyle dans la saga Harry Potter.

« Le médecin est grossophobe car c’est un ricochet de la stigmatisation de la société, déplore Anouch, militante de la question. Dans les médias ou les séries, on représente souvent les gens gros comme des personnes bêtes, oisives, qui ne savent pas se ‘gérer’ et ne savent pas être dans la mesure. Les médecins nous infantilisent. On nous prend pour des enfants qu’il faudrait tenir par la main. Ils ont tendance à oublier que l’obésité n’est pas due au simple grignotage mais est un symptôme multifactoriel. »

En effet, l’obésité n’est pas seulement liée au mode de vie ou au mode de consommation, il a souvent une cause génétique. D’après les travaux menés au Centre d’étude du polymorphe humain par le chercheur Philippe Froguel, l’obésité serait à 70% liée aux gènes.

Obnubilés par cette question du poids et par leur a priori, certains soignants diagnostiquent mal leurs patientes comme ça a été le cas d’Anouch : « J’ai une très grande douleur dans le dos. Ça fait 25 ans que j’ai mal et la douleur ne fait qu’augmenter. Ça fait 25 ans qu’on me dit que c’est à cause du poids, sans jamais me faire passer d’examens, sans jamais m’ausculter. Cet été, les douleurs ont augmenté de manière exponentielle. Je me suis effondrée littéralement dans le cabinet de mon généraliste. Il s’est dit : ‘Si elle pleure, c’est que ça va vraiment mal’. Il m’a enfin fait passer une radio et un scanner et on a trouvé une malformation de naissance qu’on n’avait pas vu parce qu’on n’avait jamais cherché finalement. Cette douleur n’avait donc rien avoir avec mon poids. 25 ans à être diagnostiquée, c’est littéralement absurde. Quand mon médecin généraliste a vu le scanner, il m’a demandé pardon. J’ai souffert trop longtemps pour rien ».

Un matériel médical inadapté

Après les propos grossophobes, le refus d’accès aux soins, il existe une autre forme de violence médicale que l’on pourrait qualifier de « passive ». Il s’agit du matériel inadapté aux personnes grosses selon Lou, sage-femme à Toulouse : « Rien n’a été anticipé, ni prévu pour les accueillir. Le déclic, ça a été quand j’ai dû prendre la tension d’une patiente et que le tensiomètre n’était pas adapté. Je me suis dit : ‘Ça ne fait pas du tout partie de ma formation initiale, ça va être à moi de repenser mon espace médical.’ Depuis, j’ai changé ma table d’examen, ma balance, mes fauteuils dans la salle d’attente. À partir du moment où tout a été adapté, j’ai reçu de plus en plus de personnes ».

Ce qu’il regrette également, c’est le manque de choix lorsqu’il commande un tensiomètre où il n’est pas proposé systématiquement des packs avec différentes tailles comme L ou XL par exemple. Et cela participe à générer de la grossophobie médicale car tout est encore régi selon une norme, un standard. Mais le matériel ne fait pas tout, il faut aussi repenser sa méthode de travail : « Dire que l’on peut soigner tout le monde de la même manière, c’est exclure les personnes grosses du système de santé. Le corps en surpoids nécessite des méthodes de travail différentes », selon le maïeuticien.

Lorsqu’il fait un examen gynécologique sur une table d’examen classique, il a remarqué que la consultation peut se révéler très inconfortable pour la personne en surpoids : « Il va falloir prendre des speculums plus larges et ça va faire hyper mal à la patiente ». Lou décide alors d’être pragmatique et de faire des recherches sur la manière d’ausculter pour que l’examen soit le moins douloureux possible. Il découvre qu’il n’est pas obligatoire de mettre le pied à l’étrier : « Il y a des techniques toutes bêtes. Si on fait l’examen dans la position dite à l’anglaise, c’est-à-dire que la personne s’allonge sur le côté comme en position latérale de sécurité, on peut alors utiliser un speculum plus petit et l’examen est moins douloureux et plus confortable ».

En plus des méthodes de travail, des médecins comme Baptiste Beaulieu décident de s’attaquer à la source du problème pour lutter contre la grossophobie médicale. Ce dernier propose de revoir les formations des étudiants en fac de médecine en faisant de la sensibilisation dans les universités : « Ce que j’essaye de faire dans les facs de médecine, c’est de lire un texte qui m’a été envoyé par un personne en situation de surpoids où elle explique pourquoi elle a pris du poids, notamment. Quand je termine mon texte et que je vois que la moitié de mon amphi est en larmes, là, j’estime que j’ai réussi à toucher quelque chose chez eux ».

Du côté des patients, il y a également des réactions pour lutter contre la grossophobie médicale. Les méthodes sont concrètes et plus radicales. Gras Politique propose, par exemple, d’accompagner les personnes en surpoids chez le médecin pour redonner confiance aux victimes. Elle délivre également une liste de médecins « safe » et « non safe » sur leur site en partageant les expériences de chacun et chacune.

Masisilya HABOUDOU

 

Articles liés

  • Quartiers Direct : La santé reléguée

    Les habitants des quartiers populaires vivent en moins bonne santé et moins longtemps. Une alimentation défaillante, des logements insalubres et des travaux pénibles s’y conjuguent avec un éloignement du soin et une discrimination médicale. Pour tenir, les solidarités et les projets alternatifs sont essentiels. C'est l'objet du 4e numéro de Quartiers Direct, réalisé par le BB et Mediapart.

    Par Ilyes Ramdani
    Le 06/01/2020
  • La Seine-Saint-Denis prête à affronter le Sida

    Venir à bout du Sida en Seine-Saint-Denis en 2030, tel est l’objectif ambitieux du département dans le cadre de son nouveau dispositif, « s’aimer sans Sida ». Alors que le 93 est le second département de France le plus touché par l’épidémie après Paris, les avancées épidémiologiques permettent de nourrir un certain espoir.

    Par Antoine Coutin
    Le 23/12/2019
  • En Seine-Saint-Denis, la médecine de ville sans personne à son chevet

    #BestOfBB. En avril, pour Médiapart, le BB s'est penché sur la question de l'accès aux soins en Seine-Saint-Denis. Un maillage médical insuffisant, une difficulté d’accès aux droits : soigner en Seine-Saint-Denis s’apparente à un sacerdoce. Pourtant, des médecins ont fait le choix d’exercer sur ce territoire où la précarité est la norme. Notre enquête pour Médiapart.

    Par Latifa Oulkhouir
    Le 06/08/2019