Etudier dans une carte postale, au coeur du quartier latin, peut avoir des inconvénients. Mais avec un peu de recul, la Sorbonne, ça le fait.

Toute la journée c’est le même manège. Les mêmes touristes qui prennent en photo une façade. Les mêmes qui supplient des vigiles de les laisser entrer dans les bâtiments malgré les panneaux interdisant les visites. Les mêmes, encore, qui s’émerveillent et qui contemplent les années d’histoire des bâtiments de la Sorbonne. Le quartier et principalement l’université sont des lieux incontournables du tourisme parisien et y être étudiant relève parfois du parcours du combattant !

Tout commence dans le RER, où la station Saint-Michel ne désemplit pas au fil de la journée. Touristes et étudiants se croisent, les uns pressés de découvrir une jolie part du patrimoine parisien et les autres en retard pour le cours de Monsieur Durand dans l’amphi Michelet à 14h. Deux mondes. Deux mondes qui cohabitent sans communiquer.

Ensuite, sur le chemin de la fac, on n’échappe pas à ces mêmes touristes, perdus et qui tentent désespérément d’obtenir des indications face à des étudiants souvent trop pressés ou qui ne comprennent tout simplement rien au brassage linguistique anglo-franco-espagnol. Palme à ce touriste allemand ou hollandais qui me gratifia d’un magnifique « S’il vous plait, where is le Sœur-Bonne ? », auquel je n’ai pu répondre que par un éclat de rire !

Après, vient l’épreuve de la place de la Sorbonne, continuellement bondée, surtout par beau temps. Ici, les flashs crépitent. Vers l’université, mais aussi vers les étudiants à la recherche de quelques instants de pause entre deux cours ! Je ne critique en rien les belles avenues de Bondy city ou le quartier fantastique de Porte de Clignancourt dans lesquels j’ai effectué le reste de mon parcours scolaire, mais comment dire… ça change !

À quoi peuvent-ils bien penser tous ces gens ? « Qu’est-ce qu’ils ont de la chance ces Français » ou encore « C’est quand même beau Paris ». Quant à nous, étudiants, on passe devant les bâtiments, dans les couloirs sans se rendre compte de l’endroit ou l’on est et des années d’histoire qui nous contemplent. Je vous le disais, deux mondes… Alors, permettez-moi un petit peu d’autosatisfaction, tout de même, parce que ce n’est pas donné à tout le monde d’évoluer dans un tel milieu. Je suis étudiant à la Sorbonne, fier de l’être et heureux de me balader au milieu de touristes envieux !

Jonathan Sollier

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021