Pour inaugurer comme il se doit le nouveau comptoir de sa compagnie à l’aéroport d’Orly, Air Caraïbes proposait il y a quelques jours la promotion de l’année : « Les Caraïbes à 100 euros TTC aller/retour ! Il ne va pas falloir trainer au lit ! » Pas une pas deux, ledit comptoir a été pris d’assaut…

Du 1er au 5 avril, cinquante billets aller-retour devaient être mis en vente chaque jour pour la modique somme de 100 euros. Et quand on voit les six destinations proposées, il fallait s’attendre à un buzz commercial : Martinique, Guadeloupe, Guyane, Saint-Martin, Haïti et République Dominicaine. Pour obtenir son billet, il fallait se présenter au comptoir de la compagnie entre 8 heures et 12 heures chaque jour à compter de lundi 1er avril. Beaucoup se voyaient déjà en possession de leur billet, dès 8 heures pétantes.

De nombreuses personnes ont même dormi sur place, certaines étaient présents devant le comptoir dès dimanche vers 15 heures. Mais l’opération tant attendue par des centaines de personnes a viré au fiasco. Dès 3 heures du matin, les problèmes ont débuté. « Un tas de gens se bousculaient et la tension a commencé à monter. En y allant à 4 heures du mat’ je me suis dis que je serai dans les trente premiers, tu parles… j’ai fais demi-tour », indique Steve sur son compte Facebook. Certains ont senti l’anguille sous roche : « Franchement je me suis dis que c’était une blague au début. Mais j’ai quand même tenté. Après tout, pourquoi auraient-ils menti sur une telle opération ? Je me voyais déjà chez moi quelques temps au soleil à Pointe-à-Pitre ! Je resterai avec ma doudoune à Melun ».

Une connaissance que je « follow » sur Twitter s’en est amusée toute la matinée : « Ce fut un réel plaisir que de se rassembler en ce lundi de Pâques mes chers compatriotes. Il manquait plus que le boudin, le planteur et Kassav ! » Un autre d’ajouter : « C’est le plus gros poisson d’avril de l’année ! Et comme des moutons, on y a tous cru ! »

Les forces de l’ordre on du intervenir, tant le grabuge était énorme. Sous l’effet de masse, la compagnie Air Caraïbes a soudainement modifié l’offre. Elle a d’abord annoncé qu’elle ne distribuera qu’un billet par famille, avant d’annuler l’opération. Cela n’a fait qu’embraser la foule qui brûlait déjà d’impatience.

Quelques heures plus tard, la page Facebook de la compagnie indiquait : « Pour des raisons de sécurité et en accord avec les autorités de l’aéroport de Paris Orly, Air Caraïbes a suspendu l’opération promotionnelle au comptoir de Paris Orly Sud. Elle sera assurée via les moyens modernes, notre site web  et les réseaux sociaux. Cette solution nous permettra de tenir nos engagements et même de doubler l’offre initialement proposée : au lieu de 250, vous aurez à disposition 500 billets. Les conditions seront disponibles dans les heures prochaines. »

Lundi soir, le site était encore victime d’un énorme bug et personne n’avait pu effectuer une réservation. Victime d’un succès inattendu, l’offre alléchante de la compagnie a été complètement débordée jusqu’à provoquer une mini-émeute au sein de l’aéroport d’Orly. A présent, l’émeute se passe sur la toile et tout le monde attend de voir si les engagements seront tenus.

Inès El laboudy

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021