La messe est dite. Quinzième épisode de la chronique dominicale de Lansala. La vie politique est comme une série télévisée du style : « Dallas ». Qui sont les éternels rivaux J.R. Ewing et Bobby Ewing ? Notre chroniqueur du dimanche récolte l’eau du bain des derniers remous à l’Assemblée.

La vie suit son cours, je laisse mon empreinte le temps d’ un set !
La météo se déchaîne : orage, tonnerre, pluie, crue, ciel obscur … Ce temps révoltant réveillent nos oiseaux de mauvaises augures, hommes d’État, hommes de pouvoirs. Quelle est la température du côté de l’Agora ? Je suis très loin de l’élégance de Sébastien Folin ou de la plastique d’une miss météo, mais bon ça ira. La politique n’est pas un monde sans réelle accalmie ! Dualité, réalité altérée, malversation, depuis la nuit des temps on connaît la chanson … Après la diffusion de la déclaration du patrimoine, nous avons maintenant le renoncement aux indemnités ministérielles.

Il en faut toujours un pour montrer l’exemple, un pseudo bon élève de classe politique … Sans se soucier si ça va jaser ou pas, il fallait quelqu’un qui fonce à travers les champs médiatiques, les foudres météorologiques. Cet homme se met tout le monde à dos comme jadis, ce célèbre Titan Atlas. Le champion de la discorde et des prises de position qui se veut avant-gardiste n’est autre que le vice-président de l’UMP, Laurent Wauqiez. Allez soyons sympas, pas de bonnet d’âne pour celui-là, l’ex-ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche se veut studieux … Il fut le premier à défrayer la chronique le 7 avril avec sa déclaration du patrimoine, même s’il n’y avait pas de quoi sabrer le champagne. La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit m’a-t-on dit. Le 19 juin, le député-maire du Puy-en-Velay disait s’opposer aux régimes de retraite des parlementaires. Est-ce un héraut ou un ménestrel ? Anti-Ayrault ça c’est sûr, il parle, chante, saute et danse sur la place publique comme une sauterelle.

Il n’est pourtant pas seul à plaider cette abolition, ils sont dix et arborent les différentes couleurs de la classe politique : PS, Europe-Écologie Les Verts, UMP. La culpabilité serait-elle en train de noyer la cupidité ? J’imagine très bien Julien Lepers poser cette question : « Qui suis-je ? Top ! Je perçois plus d’argent que le commun des mortels, mon patrimoine dérangerait même la couronne d’Angleterre, je suis … » Et là j’écraserai le buzzer de tout mon poids et répondrai à la vitesse de la lumière : « Bill Gates » ! « Je suis désolé Lansala mais il s’agissait de nos chers ministres. » Est-ce de la sincérité ou de la communication, telle est la question ?

En politique les vérités sont des mensonges par omission. Les hommes politiques ne sont en fait pas des menteurs mais juste des personnes étourdies. Vous me concéderez que c’est une façon de voir les choses. Je demande quelle sera la tendance de demain, c’est fini les voitures de fonction, les ministres passeront tous au Pass Navigo. Les repas d’affaires se dérouleront dorénavant aux Quick, McDonald’s et pourquoi pas au KFC. Je mangerai des kébabs avec Valérie Pécresse, des sushis avec Martine Aubry et des huîtres avec Marion Maréchal-Le Pen, quel programme ! Il y a quand même du bon dans la moralisation de la vie politique. Allez on y est presque, il y a un début de piste qu’il faudrait davantage développer mes chers ministres. Sans blague on ne badine pas avec le progrès.
C’est une éternelle mascarade qui se trame sans mascara !

Lansala Delcielo

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021