Soleil au beau fixe, chaleur déconcertante, stars du ballon rond au rendez-vous, infrastructures au top : Tous les ingrédients sont réunis pour faire passer à plus de 100 jeunes une journée inoubliable autour d’un seul objectif : jouer au foot. C’est un rêve qu’ils tiennent du bout de leurs orteils car les deux équipes finalistes s’affronteront au cours de la mi-temps d’un match de championnat de Ligue 1. Fouler la pelouse du Parc des Princes, un objectif que chaque gosse à en tête tout au long de la journée.

On arrive dans une ambiance joyeuse, où accents de toute la France se font entendre sur chaque terrain. Suliman vient de St Etienne. Cela fait 5 ans qu’il joue au foot et nous en dit aujourd’hui un peu plus sur le déroulement de l’aventure : « Bah le Challenge Orange 12ème homme sa consiste à marquer le plus de buts possible en 1 contre1, avec un joueur qui part face au gardien adverse ». Il est âgé de 14 ans et sa motivation première pour assister à l’opération c’était bel et bien Zinedine Zidane :  » Je lui ai parlé un peu après notre photo et je lui ai dit qu’on se retrouverait ce soir au Parc des Princes pour la finale. Mon équipe et moi sommes bien partis, il nous reste un match de poule et pour l’instant c’est nickel, on s’amuse, on est motivé, on prend plaisir. Je le sens bien ».

Quant à Johan, 15 ans qui vient de Besançon, il représente la ville de Sochaux. Il nous confie avec son ami Florian : « On est arrivé hier soir, et là on vient tout juste de sortir de la photo avec Zidane, il est trop cool. Il nous a même charrié en nous demandant quel temps il faisait par chez nous ». C’est sur qu’il ne doit pas faire le même temps à Madrid…Chaque équipe a eu le droit a son petit moment avec Zidane pour une photo officielle. L’occasion de  « taper la discut’ » avec Zizou…

Autour de tant de garçons, on repère une jolie petite tête féminine qui pour l’occasion, a elle aussi, chaussé ses crampons : «  Je m’appelle Tatiana j’ai 14 ans et je viens du Nord de la France. Je fais du foot depuis 6 ans et être ici c’est vraiment génial. Après la photo, Zidane m’a félicité d’être dans les 14 meilleures joueuses. C’est un honneur car mon père jouait au foot et je veux qu’il soit fier de moi ». Mais derrière son côté masculin, se cache une vraie petite jeune fille. Elle nous sort son plus beau sourire et d’un air timide et nous dit : « Zidane m’a même dit que j’étais très belle ». Tatiana était la seule fille du tournoi mais elle a réussi à bien s’intégrer au groupe : « Les gars sont gentils avec moi parce qu’ils savent que je joue bien au foot ». Et pour ce qui est de son équipe   : « On est stressé,, on a perdu deux matchs de poule et on a un peu peur pour la suite ».

Parc des Princes, terrain 2 : avant le rêve, certains touchent le synthétique rebaptisé à ce nom pour l’occasion. Entre la fin des matchs de poule et les phases finale on s’entraîne en indoor. Et c’est très simple : on perfectionne son jeu dans la rigolade. Alexis et Zinedine ( oui oui un autre encore mais celui là c’est la version pocket ) ont 13 ans et viennent de Louvroil dans le 59. Ils admettent tous deux que cette journée c’est quelque chose de vachement sympa  à vivre à leur âge, cela les conforte dans l’idée de continuer dans ce sport : « Quand on voit aujourd’hui où Zidane est arrivé, on a forcément envie de faire la même carrière que lui ». La fatigue commence à se faire sentir, le temps n’arrange rien et pourtant on sent que dans la tête de chacun, la finale de ce soir est omniprésente. Geoffrey 13 ans et demi représente la ville de Toulouse. Il vient de Gardouche et pour lui le voyage vaut la peine  » C’est juste énorme, on a vu Makélélé, il fait super beau, on est tous réunis autour d’une même passion. On est super bien parti pour les quarts de finale en plus et on a parlé avec d’autres équipes pour les résultats ça nous a permis de faire des rencontres aussi « .

16h, il est temps de quitter l’Urban foot et de voir les deux équipes finalistes s’affronter le soir même au Parc des Princes. Lors du coup d’envoi de cette grosse affiche de foot, le stade est remplit, l’ambiance est … parisienne sans aucun doute. Sur le score de 0 à 0 et sur un air de Oxmo Puccino les jeunes finalistes font leur entrée. Et c’est avec plaisir qu’on remarque que l’équipe de Geoffrey a réussi son objectif. Ils sont en finale face à l’US Billy Bercleau. Sa y est c’est parti, tour à tour chaque joueur part du rond central et fonce vers le gardien pour jouer son 1 contre 1, l’US Billy prend vite l’avantage et le gardera pour le restant de la finale. Ils l’emportent 5 à 3. Nos Toulousains sont déçus mais heureux tout de même d’avoir pu faire ce qu’ils aiment sur un terrain comme celui du Parc des Princes. Les deux finalistes ont le droit à leur tour d’honneur devant 45 milles personnes. Le rêve pour ces jeunes passionnés du ballon rond.

Jessica Fiscal

Articles liés

  • Qui sont les femmes derrière les “salons de beauté indiens” ?

    Les salons de "beauté indiens" fleurissent dans les quartiers depuis de nombreuses années. Mais derrière les portes de ces instituts, se cachent des modèles de féminisme et d'entrepreneuriat issu de la diaspora pakistanaise, indienne ou népalaise. Amina Lahmar a franchi le pas de plusieurs établissements pour écouter une autre histoire de l'immigration en France. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 26/01/2022
  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022