« En banlieue, ça fait vingt ans qu’on est “gilets jaunes”. » En présentant Les Misérables à Cannes en mai dernier, Ladj Ly avait interpellé Emmanuel Macron pour lui proposer de venir découvrir le film dans sa cité de Montfermeil. Le président de la République l’a finalement vu sur DVD courant novembre. Et il en aurait été « bouleversé », à en croire le JDD. Un indiscret qui a fait bondir les acteurs de terrain, qui ne digèrent pas la façon dont le chef de l’État a balayé, en mai 2018, les travaux menés par Jean-Louis Borloo.

Cette séquence a marqué les esprits et elle continue plus d’un an après à masquer la politique de la ville du gouvernement. Depuis le début du quinquennat, « tout ce qu’on a fait n’a pas toujours été bien fait, mais ce qui est sûr c’est qu’on a énormément travaillé », se défend Julien Denormandie, ministre en charge de la ville et du logement, qui débat avec Mohamed Mechmache, porte-parole de l’association ACLEFEU et président de la coordination nationale Pas sans nous.

Interrogés par Ellen Salvi de Mediapart et Ilyes Ramdani du Bondy Blog, les deux hommes abordent la question des violences policières (1’50), au cœur du long-métrage de Ladj Ly, avant de revenir sur les débats autour du voile, du communautarisme et de l’immigration, qui ont pollué la rentrée et ont poussé Mohamed Mechmache à quitter le « Conseil présidentiel des villes » créé par l’exécutif pour trouver des solutions pour les quartiers populaires (15’49).

Le militant se dit « fatigué d’avoir alerté pendant des années ». Il en a « marre de ne pas être entendu »« On continue de nous traiter comme des exceptions », regrette-t-il face à Julien Denormandie qui assure de son côté vouloir porter une « politique de réussite républicaine ». Dans la deuxième partie de l’émission, tous deux reviennent dans le détail sur les urgences vieilles de trente ans qui minent les quartiers populaires et les moyens nécessaires pour résoudre enfin celles-ci : rénovation urbaine, services publics, école, asphyxie des associations, discrimination à l’embauche…

Articles liés

  • « On assiste à une offensive généralisée contre tout ce qui déplait au gouvernement »

    Le Conseil d'État a validé, le 4 janvier dernier, l'application de trois décrets qui élargissent les fiches de renseignement. Trois fichiers : le Pasp (prévention des atteintes à la sécurité publique) de la police nationale; le Gipasp (gestion de l'information et prévention des atteintes à la sécurité publique) pour la gendarmerie et l'EASP (enquêtes administratives liées à la sécurité publique) pourront contenir des informations liées aux opinions politiques, la religion, et la santé. Une escalade dans la surveillance étatique qu'analyse l'historienne et politologue Vanessa Codaccioni. Entretien.

    Par Anissa Rami
    Le 08/01/2021
  • Marwan Mohammed : « C’est une chasse débridée et violente qui s’est ouverte »

    #BestofBB Avec le sociologue du CNRS Marwan Mohammed, le Bondy Blog revient sur l’emballement médiatique et politique après l’assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie et d’éducation morale et civique, le 16 octobre à Conflans Sainte Honorine, visé par un attentat meurtrier pour avoir enseigné la liberté d’expression en montrant dans son cours les caricatures reprises par Charlie Hebdo. Entretien. 

    Par Nawfel Achache
    Le 29/12/2020
  • 20 ans de loi SRU : l’échec de la mixité sociale

    Sabrer ou ne pas sabrer le Champomy ? La question se pose au lendemain du vingtième anniversaire de la loi SRU (solidarité et rénovation urbaine) qui impose 20 % de logements sociaux aux communes de plus de 3500 habitants (1500 en Ile-de-France). D’un côté, on ne peut que saluer l’existence et la survie de cette loi, de l’autre on ne peut ignorer sa fragilité, ses limites et ses résultats d’autant plus visibles en période de crise sociale et sanitaire. Analyse.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 15/12/2020