Quartier La Chapelle-Pajol : chronique d'une instrumentalisation politique

C'EST CHAUD lundi 29 mai 2017

Par Leïla Khouiel @LeilaKhl ET Nassira El Moaddem @NassiraELM

Un article du Parisien publié jeudi 18 mai a défrayé la chronique dans le débat public. Il y décrit un quotidien insupportable pour les femmes fait de harcèlement, d’agressions dans le quartier très populaire de La Chapelle-Pajol. Pourtant, le problème n’est pas nouveau. Alors pourquoi cette polémique a-t-elle émergé en pleine campagne des législatives et que cache-t-elle ? Le Bondy Blog a mené l’enquête.

L’article est explosif et 10 jours après sa publication, il continue à alimenter débats télévisés, presse en ligne, tribunes et autres discussions sur les réseaux sociaux. Le moins que l’on puisse dire c’est que le papier du Parisien a fait parler de lui et du sujet qu’il a mis en avant : le harcèlement des femmes dans le quartier de La Chapelle-Pajol, dans le XVIIIème arrondissement de Paris.

Dans cet article mis en ligne jeudi 18 mai, la journaliste du Parisien, Cécile Beaulieu, décrit un quartier de “plusieurs centaines de mètres carré de bitume abandonnés aux seuls hommes et où les femmes n’ont plus droit de cité. Cafés, bars et restaurants leur sont interdits (…) Des groupes de dizaines d’hommes seuls, vendeurs à la sauvette, dealeurs, migrants et passeurs, tiennent les rues, harcelant les femmes”. 

Les écueils de l’article du Parisien

“Harcèlement : les femmes chassées des rues du quartier Chapelle-Pajol”, article du Parisien, mis en ligne jeudi 18 mai 2017 à 19h20.

Cécile Beaulieu est chargée du secteur du XVIIIe arrondissement de Paris. En regardant de plus près ses publications de ces douze derniers mois, les migrants, l’insécurité, les trafics sont visiblement des obsessions. Les témoignages sont presque tout le temps anonymes, le ton anxiogène. Autre constat : alors que la mairie du XVIIIe compte 9 conseillers d’opposition, la journaliste interroge quasiment toujours le même : Pierre Liscia, élu Les Républicains. Il est aujourd’hui suppléant de Babette de Rozières, candidate LR-UDI pour les législative de juin 2017, dans la 17ème circonscription,  connue pour ses émissions culinaires à la télévision.

Le titre initial du papier en ligne était le suivant : “Harcèlement : les femmes chassées des rues dans le quartier Chapelle-Pajol”. Sans aucune prudence, il fait de la situation décrite une généralité et parle de “chasse“. Il a été modifié vendredi 19 mai à 7h21 avec ce titre “Paris : des femmes victimes de harcèlement dans les rues du quartier Chapelle-Pajol”. “Les femmes” sont devenues donc “des femmes”, et le verbe “chasser” a disparu. Nous avons pris contact avec la journaliste qui nous a répondu “ne pas être au courant” de ce changement de titre.

D’autres éléments de la publication du Parisien nous ont interpellés. Tous les témoignages des femmes sont anonymes. La journaliste nous explique que les témoins souhaitaient garder l’anonymat par “peur car ils sont confrontés tous les jours à cet environnement”. Pourtant, Nathalie, cité dans son papier, a pris la parole à découvert et avec son identité devant la caméra de La Nouvelle Edition diffusée sur C8 lundi 22 mai. Il s’agit de Nathalie Fourmont, membre de l’association SOS La Chapelle à l’origine de la pétition mais à aucun moment, cette information n’est indiquée dans l’article.

Jamais la journaliste ne mentionne non plus dans son article les noms des deux associations “SOS La Chapelle” et “Demain La Chapelle” alors qu’elles sont les initiatrices de la pétition. Dans un entrefilet, la journaliste relaie bien cette initiative, en citant d’ailleurs quelques extraits de la pétition mais sans jamais dire qui en est à l’origine. Le lien de la pétition n’est pas non plus relayé ni sur la version web ni sur la version papier. Et pour cause : jeudi soir lorsque le papier a été publié, la pétition n’était pas encore mise en ligne. Elle le sera le lendemain matin. “Il s’agissait d’une pétition d’habitantes, pas d’associations“, nous répond étrangement Cécile Beaulieu. Pourtant, la pétition est bien menée par les deux associations et tous les médias depuis vendredi 18 mai la relaient comme telle.

Autre élément. La journaliste rapporte ceci : “une vieille dame de 80 ans, agressée sexuellement alors qu’elle rentrait dans son immeuble, et désormais retranchée dans son appartement”, sans plus de précision. Nous nous sommes rendus dans les deux commissariats du secteur, rue Marcadet et rue Clignancourt. Aucun des agents rencontrés n’a entendu parler de cette agression sexuelle. De plus, étant donné le peu d’éléments disponibles sur l’identité de la personne, impossible pour les agents de police de faire une recherche. Du côté des élus du XVIIIème arrondissement, aucun avec lesquels nous nous sommes entretenus n’en a été informé. Nous avons interrogé Cécile Beaulieu à ce sujet. Elle nous répond “ne pas l’avoir rencontrée car les gens la protègent mais j’ai eu des témoignages de gens rencontrés sur place”.

Ce qui vaut pour A, ne vaut pas forcément pour B

Nous nous sommes rendus dans le quartier à plusieurs reprises. Nous avons recueilli les témoignages d’habitantes du quartier : Amandine, 41 ans, salariée dans l’industrie pharmaceutique, Laurence, 49 ans, intermittente du spectacle, Sarah, étudiante de 21 ans, Clémence, banquière de 33 ans… La première n’a jamais été victime de harcèlement, nous dit-elle. La deuxième raconte vivre avec la boule au ventre depuis que “des dealers de cannabis squattent le hall de [son] immeuble”, situé au 4 place de la Chapelle. “Ce ne sont pas des migrants, mais de jeunes délinquants, insiste-t-elle. On se retrouve face à un attroupement exclusivement d’hommes, quand on est une femme, on n’a pas envie de s’attarder”. Même son de cloche du côté de Clémence qui dit “n’avoir droit “qu’à” des sifflements et remarques. Ce qui est déjà inacceptable”.

Mais d’autres ne veulent pas dramatiser la situation, comme Sarah, serveuse dans un pub à Grands Boulevards, en parallèle de ses études : “J’ai déjà essuyé des remarques lourdes, mais comme partout dans Paris“. Conclusion : ce qui vaut pour A, ne vaut pas forcément pour B.

“Est-ce qu’on aurait laissé la situation se dégrader à ce point si on était dans le XVIème arrondissement ?”

“Cafés, bars et restaurants sont interdits aux femmes”, poursuit la journaliste du Parisien. Sur le terrain, on est loin de ces descriptions. Exemple avec le café Le Capucin, place de la Chapelle, où deux jeunes femmes seules boivent une bière en terrasse et une fillette sirote une grenadine avec son père.

La pétition des deux associations pointe nommément deux bars-PMU : la Royale et le Cyclone. Lorsque nous nous y rendons, nous constatons devant les deux établissements des attroupements d’hommes, certains ivres, gênant l’entrée. À l’intérieur, la gent masculine est largement présente. “C’est un fait : il y a plus d’hommes, mais nous n’en sommes pas responsables !”, admet la soeur du gérant de la Royale, qui a dû, comme le Cyclone, supprimer les terrasses “pour éviter les bagarres et les nuisances” et a décidé de fermer plus tôt chaque soir, à 20h. “Ça ne donne pas envie aux femmes de pousser les portes, on le comprend, mais évidemment on n’interdit pas les femmes d’y entrer. On tient un business, on n’a aucun intérêt à interdire qui que ce soit”, justifie pour sa part le gérant du Cyclone. Les deux commerces indiquent subir autant la situation que les habitants. “Est-ce qu’on aurait laissé la situation se dégrader à ce point si on était dans le XVIème arrondissement  ?”, s’énerve un client, qui accuse la mairie et la police de laisser-aller.

Pétition en décembre 2016 passée inaperçue

Qui sont les deux associations à l’origine de la pétition ? Elles se présentent comme “laïques et non politiques” et “concernées par les récentes nuisances et les insécurités grandissantes”. Leur pétition a recueilli pas loin de 20 000 signatures en à peine quelques jours mais qui a depuis été fermée. “Nous avons eu ce que nous voulions, une médiatisation de ce problème“, affirme Antonio Tiển Marchal-Nguyen, trésorier de “Demain La Chapelle”.

“SOS La Chapelle” n’en est pas à son coup d’essai. En décembre 2016, elle avait déjà été à l’initiative d’une pétition dénonçant l’insécurité et la délinquance place de la Chapelle, adressée à l’ensemble des autorités. Le titre : “Sauvons la place de la Chapelle, pétition pour pouvoir marcher librement sur le trottoir”. La démarche avait été très peu relayée : seulement 317 signataires. A l’époque, le texte pointait pêle-mêle les vols, les agressions verbales et physiques sur les femmes, la difficulté de circuler sur les trottoirs, le trafic de drogue… Cette fois-ci, le texte met l’accent sur les femmes, “espèce en voie de disparition au cœur de Paris“. Et cela a fonctionné, à voir l’emballement médiatique depuis une semaine.

Pourtant, la question de l’accès à l’espace public des femmes n’est pas nouvelle dans le quartier. Le 2 décembre 2016, une conférence sur le harcèlement de rue avait été organisée à la mairie du XVIIIème arrondissement avec le soutien du collectif  “Stop au harcèlement de rue“. Plusieurs habitants nous indiquent en revanche ne pas avoir été informés de cette initiative. Par ailleurs, les associations “Demain La Chapelle” et “SOS La Chapelle” ont eu des contacts à plusieurs reprises avec la mairie d’arrondissement.

Une question se pose donc : pour quelles raisons cet article et cette pétition ont été publiés en cette mi-mai 2017 à trois semaines des législatives ? 

ACTE 1 : En pleine campagne des législatives, Pierre Liscia, candidat suppléant, alerte le Parisien

Profil du compte Twitter de Pierre Liscia, élu Les Républicains dans le XVIIIème arrondissement et candidat suppléant aux législatives de Babette de Rozières dans la 17ème circonscription.

Pierre Liscia, conseiller municipal à la mairie du XVIIIème arrondissement et suppléant LR aux législatives de juin 2017, est, selon nos informations, chargé de mission communication web et animation des réseaux sociaux auprès de Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France. Une information qui n’est pas rendue publique, ni par l’intéressé ni par l’administration du conseil régional. Vous comprendrez dans quelques lignes l’importance de cette information.

Fin avril, Jean-Michel Almeida, vice-président de l’association SOS La Chapelle, avec qui je suis très en contact et qui me rendait compte des réunions qu’il avait avec le maire et le préfet, m’a demandé un contact au Parisien parce qu’il trouvait que Cécile Beaulieu ne parlait jamais de SOS La Chapelle. Il m’a fait part d’un nombre en hausse de femmes du quartier harcelées et effrayées de sortir de chez elle“, nous affirme Pierre Liscia.

Le 3 mai, le candidat suppléant Les Républicains, Pierre Liscia, contacte alors à ce sujet la journaliste du Parisien, Cécile Beaulieu, “avec qui [il] est en contact régulier” et à qui “[il] donne souvent des infos”. Le candidat suppléant lui envoie un SMS. Nous avons pris connaissance du message. Le voici : “Je me permets de te faire part de nouveaux éléments concernant la situation à la Chapelle qui devient critique. Depuis plusieurs semaines, de plus en plus de femmes seules se font insulter et attoucher sexuellement par des vendeurs à la sauvette. Tout le monde, dans le quartier, est désespéré et redoute la période du Ramadan car les insultes et menaces pleuvent à l’encontre des femmes d’origine musulmane. C’est vraiment préoccupant, je suis très inquiet”. Nous avions contacté la journaliste du Parisien avant de nous entretenir avec Pierre Liscia. Elle nous a assuré alors que c’est un “riverain” qui l’a informée de la situation. Nous avons depuis essayé de la joindre à nouveau, à plusieurs reprises, sans succès.

Nous avons joint également Jean-Michel Almeida pour en savoir plus. Il n’a malheureusement pas souhaité répondre à nos questions. Même chose pour d’autres membres de SOS La Chapelle dont le président Philippe Girault et Nathalie Fourmont. Des entretiens téléphoniques avaient été calés mais ont été annulés à la dernière minute. Leur page Facebook a mystérieusement disparu depuis mercredi.

Selon Pierre Liscia, la journaliste du Parisien le rappelle “deux ou trois jours avant la publication de son article”. Le candidat suppléant prépare alors le terrain sur Twitter. Le jeudi 17 mai, à 16h18, quelques heures avant la publication du papier sur le web, Pierre Liscia twitte : “Aggravation de la situation place de la Chapelle : recrudescence des cas de harcèlements et agressions contre les femmes seules ! #Paris18″, accompagné d’une photo datant de… l’été 2016 !  Dans ce tweet, le collaborateur de Valérie Pécresse et candidat suppléant identifie plusieurs personnes dont sa colistière Babette de Rozières mais aussi les deux associations signataires de la pétition : “SOS La Chapelle” et “Demain La Chapelle”. Tout ceci arrive dans un contexte bien particulier : celui du début de campagne officielle pour les législatives. Une heure plus tard, à 17h38 précisément, Pierre Liscia annonce sur Twitter, jolies photos à l’appui, le dépôt officiel de leur candidature à la préfecture avec Babette de Rozières. Le tweet est retwitté par le compte de Valérie Pécresse.

ACTE 2 : L’article paraît au même moment qu’un débat sur les femmes dans l’espace public des quartiers populaires au Conseil régional

Jour J. Il est 19h20, jeudi 18 mai, lorsque l’article du Parisien paraît d’abord sur le site internet du journal. Pierre Liscia le partage très vite, à 19h32 avec ce commentaire : “Les femmes persona non grata au coeur du 18ème arrdt de Paris ! #Help #DirectIDF cc @karampatrick @vpecresse @mpbadre”

Pourquoi ce hashtag #DirectIDF ? Parce qu’au même moment, se tient la séance plénière du conseil régional d’Ile-de-France. En tant que collaborateur de Valérie Pécresse, Pierre Liscia le sait forcément. Joie de la synchronisation : alors que le papier est publié, le vice-président du conseil régional, le Républicain, Patrick Karam, présentait en séance le rapport politique de la ville. Initialement, cette présentation n’était pas prévue à l’ordre du jour et a été rajoutée le 11 mai comme l’indique cet additif signé Valérie Pécresse. Ce rapport (ci-dessous) fait de “la place des femmes dans l’espace public une priorité” de l’action du conseil régional, dixit Patrick Karam en séance. L’exécutif a fait des violences faites aux femmes la grande cause régionale 2017.

Rapport “politique de la ville” voté jeudi 18 mai 2017 en séance du conseil régional d’Ile-de-France qui fait de la place des femmes dans l’espace public des quartiers une priorité.

Contacté, Mohamed Mechmache, élu EELV, juge le rapport “désastreux” et regrette un texte “stigmatisant les habitants des quartiers”. Emmanuelle Cosse, l’ancienne ministre du Logement, s’étonne en séance que “ce rapport ne soit pas arrivé dans les délais de convocation classique”. Plus tard, l’élue régionale signalera à Valérie Pécresse : “Vous laissez entendre que ces sujets ne se vivent que dans les quartiers politiques de la ville”. Certains élus demandent le renvoi de l’examen du rapport. Patrick Karam le rejette arguant du caractère urgent de la nécessité du vote du texte pour le versement des crédits aux associations. Valérie Pécresse en profite pour annoncer en séance la mission sur la place des femmes dans l’espace public en Ile-de-France confiée à Marie-Pierre Badré. La conseillère régionale LR n’est autre que sa déléguée spéciale à l’égalité femmes/hommes. Timing toujours aussi parfait !

Babette de Rozières, conseillère régionale, est absente à la séance plénière et ne prend donc pas part au vote de ce rapport, le premier sur la politique de la ville de la mandature de Valérie Pécresse. Pourtant, il fait la part belle à la question des femmes dans l’espace public, un combat qu’elle dit prioritaire pour elle. Motif de son absence ? “Raisons personnelles”, nous répond la candidate LR.

Pour couronner le tout, un élu FN, Aurélien Legrand, intervient ciblant ad nominem “les coutumes et mode de vie violents et rétrogrades”, “des cultures étrangères”, “des pratiques barbares s’agissant notamment du traitement infligé aux femmes” dans des quartiers où “ce ne sont plus lois françaises qui s’appliquent”. Protestation des élus de gauche : “Facho, collabo”! Suspension de séance. Valérie Pécresse appelle à ce “qu’on écoute M. Legrand avec respect car c’est un membre de notre conseil régional”. L’élu écolo, François Damerval, interpelle Patrick Karam : “Vous donnez une tribune facile au FN, vous leur tendez un promontoire, votre place serait plutôt à côté d’eux plutôt que de faire semblant de les combattre”. L’élu FN ira même jusqu’à lire quelques extraits de l’article du Parisien. “Je n’avais jamais vu ça ! Un élu lire un article de presse en séance plénière !”, raconte Mounir Satouri, élu régional EELV qui pointe la responsabilité de la majorité. “Je pense pour ma part que cette provocation était voulue. À aucun moment, le président de séance n’a interpellé l’élu FN pour lui demander d’arrêter ses propos stigmatisants alors que ceci fait partie de leurs prérogatives. Au contraire, il nous a demandé à nous de nous taire alors que nous protestions”. 

ACTE 3 : Marche à l’appel de Babette de Rozières, arrivée de Valérie Pécresse et contre-manifestation

Avec la publication du papier du Parisien en soirée, qui plus est sur une telle thématique, c’est l’assurance de le voir repris dans les matinales le lendemain. Cela n’a pas loupé : télés, radios, presse écrite, sites d’info le relaient massivement. Comme RTL dans sa revue de presse de 8h39 où la journaliste débute ainsi : “Imaginez d’abord plusieurs mètres carré de bitume abandonnés aux seuls hommes et où les femmes n’ont plus droit de cité : cafés, bars, restaurants leurs sont interdits comme les trottoirs, la station de métro, les squares dans le quartier Chapelle-Pajol”. 

La polémique enfle. Même la presse étrangère s’empare du sujet comme le Daily Mail qui pointe une “no go-zone”, rien que ça. A 11h24, les rédactions reçoivent un communiqué de presse de la candidate LR Babette de Rozières appelant à “une marche des femmes contre l’obscurantisme” à 15h dans le quartier de La Chapelle.

Babette de Rozières, la candidate LR. Derrière elle, Jean-Michel Almeida et Philippe Girault, les vice-président et président de l’association SOS La Chapelle. Crédit photo Twitter @PierreLiscia

Elle précise être “disponible pour toute question ou pour organiser une rencontre/interview”. Bingo : les médias débarquent à Chapelle-Pajol, les journalistes étant même plus nombreux que les manifestants, selon des témoins sur place. Une contre-manifestation est improvisée : riverains, militantes féministes, refusant la stigmatisation de tout un quartier et des migrants en particulier.

Derrière Babette de Rozières, Philippe Girault et Jean-Michel Almeida, président et vice-président de l’association SOS La Chapelle, invités par Pierre Liscia, aussi présent. Valérie Pécresse, arrive alors. Elle échangera avec plusieurs riverains, habitants, membres de l’association SOS La Chapelle qui lui raconteront leur quotidien fait d’insultes, d’agressions, de menaces… Aux habitants du 4 rue la Chapelle qui l’interpellent sur un prochain recours de leur copropriété à de la sécurité privée, Valérie Pécresse répond :On peut aider les associations. Quand les villes n’aident pas (…) on a dit qu’on travaillerait avec les associations. On est prêt a vous aider et à vous financer (…) On le fera, et Frédéric Péchenard vous recevra (…) Je pense qu’il n’y a plus d’autre solutions que la sécurité privée, si la mairie ne bouge pas, si le gouvernement ne bouge pas”. (à 9’45” dans la vidéo).

Pierre Liscia aux côtés de Valérie Pécresse et de Babette de Rozières lors du rassemblement place de la Chapelle.               Crédit photo Twitter @PierreLiscia

Comment se fait-il que Valérie Pécresse ait pris part à un rassemblement a priori local ? Pierre Liscia affirme que c’est Babette de Rozières qui l’a invitée. La candidate contredit son suppléant, elle n’annonce d’ailleurs pas la présence de la présidente de la région dans son communiqué. “Valérie Pécresse n’avait rien à faire là, elle ne connait pas le quartier ! Elle s’est pointée sur place alors que je ne l’avais pas invitée”, lâche Babette de Rozières, en colère devant la tournure des évènements.

ACTE 4 : Intérêts locaux en pleine campagne des législatives

Toute la journée du 19 mai, Pierre Liscia va multiplier les interviews, prises de parole et tweets pour affirmer que cela fait plusieurs mois qu’il alerte sur la situation de Chapelle-Pajol, lui permettant par exemple de rappeler ses propositions comme celle présentée en conseil d’arrondissement de la fusion des zones de sécurité prioritaires des XVIIIème et XIXème arrondissements. Sur RTL Midi, ce même jour, il ira jusqu’à dire “craindre un drame” à la Chapelle-Pajol.

La polémique occupera presse, chaînes d’info, radio et réseaux sociaux mais aussi les discussions dans le quartier tout le week-end. Cela tombe bien : vendredi 19 au soir c’est la fête des voisins. De quoi alimenter les discussions entre riverains du XVIIIème arrondissement.

Lundi 22 mai, c’est le point d’orgue de cette séquence pour la droite locale avec le conseil d’arrondissement du XVIIIème arrondissement. L’élu LR, Pierre Liscia, ne rate évidemment pas l’occasion de rebondir politiquement sur l’affaire dont il est l’initiateur. Il l’annonce sur son compte Twitter.

En séance, il affirme ne pas “accepter qu’on remette en cause la parole des habitants, de ces femmes qui témoignent malgré la crainte et n’aspirent qu’à vivre dignement en toute sérénité, en toute tranquillité, en toute sécurité (…)”. Et de poursuivre : “Je trouve extraordinaire que la presse s’en saisisse pour qu’on soit enfin écouté”. Osé !

Pierre Liscia, pro de la com’

L’élu LR du XVIIIème arrondissement et suppléant de Babette de Rozières n’en est pas à son premier “coup“. Cette méthode, le collaborateur de Valérie Pécresse l’avait déjà appliquée au moins une fois récemment. C’était début mai 2016 concernant la porte de la Chapelle envahie par les ordures et les détritus. “C’était une déchetterie à ciel ouvert, nous déclare Pierre Liscia. J’ai alors fait un texto à Cécile Beaulieu, elle a fait un papier et c’est moi qui suis cité. À l’époque, on ne m’a pas dit que je faisais de la récupération. Quelques jours plus tard, les services sont allés sur place avec la pelleteuse pour nettoyer”. 

C’est lui aussi qui, un mois plus tard, en juin 2016, est l’auteur d’une pétition contre l’installation du camp de migrants par la mairie de Paris porte de la Chapelle. L’initiative avait été également relayée par la journaliste du Parisien, Cécile Beaulieu. Le texte avait recueilli 1 200 soutiens mais n’avait pas beaucoup fait parler.

De son côté, Pierre Liscia assume parfaitement la méthode. “Il n’y a que quand la presse met son nez, que la mairie et la préfecture s’en préoccupent”, affirme Pierre Liscia qui poursuit :”Beaucoup m’ont dit que l’article faisait la collusion entre insécurité et migrants. Si vous voulez qu’un article buzz, fallait y aller. Je me suis dit : ‘Elle a envoyé du pâté, j’espère qu’un article comme ça va faire bouger les choses’. Effectivement, il est punchy. Je n’imaginais pas une seule seconde que ça allait avoir ce potentiel de buzz”.

À qui profite la polémique ?

Antonio Tiển Marchal-Nguyen, trésorier de l’association de “Demain Le Chapelle” regrette ce qu’il appelle “une récupération” . “Mais je m’interroge, poursuit-il. C’est un enjeu local. Ce qui se passe à Chapelle-Pajol n’est pas du ressort des députés. J’ai l’impression qu’ils se trompent d’élection dans leur instrumentalisation“.

C’est certes une problématique locale mais l’accent mis sur les femmes a permis de donner une dimension nationale sur un sujet extrêmement sensible, résume un militant associatif local sous couvert d’anonymat. L’idée c’était de marquer les esprits et d’alimenter une polémique. Ca a marché ! Mais je ne suis pas sûr que l’instrumentalisation de la question des droits des femmes soit une bonne chose. Pas sûr non plus que cela profite aux habitants, la réponse policière qui a été apportée n’est qu’une solution à court terme”.  Une élue de la majorité socialiste de la mairie du XVIIIème arrondissement est formelle. Selon elle, la polémique consiste à la fois à “servir les intérêts de la droite locale et à appuyer Valérie Pécresse” dans son opposition à la maire de Paris, Anne Hidalgo, notamment sur la question des migrants.

“Ne vous inquiétez pas, le quartier va être nettoyé”, Valérie Pécresse à un habitant l’interpellant sur la question des migrants

Parmi les riverains qui ont raconté leur quotidien à Valérie Pécresse lors de son déplacement à Chapelle, un témoignage a retenu notre attention. Cet homme qui se présente comme un habitant du quartier retraité, fait état de ses difficultés. “Ce que je demande, que ces gens-là, il faut les héberger, faut pas les laisser comme ça. Pas à la Chapelle car c’est devenu pire que Barbès. Je ne vous cache pas, je suis propriétaire, j’ai travaillé toute ma vie. Faut les loger ailleurs”. La réponse de Valérie Pécresse est sans détour :”Ne vous inquiétez pas, le quartier va être nettoyé, et quand le quartier sera nettoyé, vous redeviendrez calme chez vous”. Avant de se reprendre : “Il n’y a pas que le problème des migrants, il y a le problème des trafiquants”. La phrase est lâchée mais le propos ne sera pas repris dans la presse malgré la présence de caméras.

La question des migrants se cacherait-elle derrière cette instrumentalisation politique ? Pierre Liscia et Babette de Rozières n’ont cessé de répéter lors de nos entretiens qu’ils ne faisaient aucun amalgame, que le sujet ne concernait pas les migrants. Pourtant, dans plusieurs courriers signés Babette de Rozières adressés ces derniers mois au préfet de police de Paris de l’époque, Michel Cadot, au préfet Jean-François Carenco ou au maire du XVIIIème arrondissement, Eric Lejoindre, et que nous nous sommes procurés, la candidate LR fait état non pas du problème de harcèlement envers les femmes dans ce quartier mais alerte sur la question des migrants en termes non équivoques.

S’il y en a une qui sort grande gagnante de cette affaire, c’est bien Valérie Pécresse. Non seulement, elle s’est imposée dans les médias durant plusieurs jours sur la thématique des violences faites aux femmes, mais en plus elle a réussi son pari : obliger la maire de Paris, Anne Hidalgo, à réagir avec des mesures sécuritaires. Un joli coup médiatique et politique pour celle qui préside une région qui a voté, en 2016, la baisse de près de 30% de subventions au centre Hubertine Auclert, un centre ressources… sur l’égalité femmes-hommes.

Leïla KHOUIEL et Nassira EL MOADDEM

  • Ci-dessous, le courrier adressé par Babette de Rozières, candidate LR aux législatives, à Eric Lejoindre maire du XVIIIème arrondissement de Paris le 1er février 2017.

Télécharger (PDF, Inconnu)

Télécharger (PDF, Inconnu)