J’étais fière de représenter une diversité si souvent écartée. Je ne pouvais imaginer ce qui allait suivre. Il y a quelques jours, François Pupponi m’a annoncé que je devais lui verser 1000 € dans les 24 heures pour rester sur la liste comme il l’a demandé à tous les autres délégués. Je lui ai fait savoir aussitôt, qu’outre mon étonnement, je ne disposais pas d’une telle somme immédiatement. D’autant que contrairement aux autres délégués qui ont des indemnités depuis 2001, je n’ai reçu que 500€ depuis 7 ans.

Aujourd’hui, j’apprends qu’il m’a rayé de la liste. Il m’évoque en guise de justification un vote qui aurait eu lieu hier soir avec une dizaine de candidats. L’inexplicable décision prise en mon absence sans que je puisse me défendre. Sommes-nous revenus au système de l’élection censitaire pourtant aboli depuis 1848 ? Voilà qui est antirépublicain et encore moins socialiste. En éliminant la seule colistière handicapée du PS, François Pupponi se prive d’une candidate qui représente plusieurs centaines d’électeurs handicapés à Sarcelles, plusieurs millions à l’échelle nationale.

Cette décision renforce ma détermination à poursuivre le combat que j’ai engagé au sein du Parti Socialiste et de la gauche pour la diversité, toutes les diversités. Je suis donc fière d’avoir refusé la proposition de l’UMP de figurer sur leur liste en deuxième position en vue d’être premier adjoint. Le candidat UMP Patrick Toulmet a certes fait un geste d’ouverture et de diversité mais mon combat est à gauche et je reste fidèle à mes valeurs et à mes principes d’action.

Je m’engagerai et m’exprimerai d’autant plus librement au cours des jours qui viennent et lors des prochains RDV politiques qui nous attendent. Est-il besoin de rappeler cette affaire a jeté la stupeur parmi les militants socialistes et au sein du Comité national de la diversité ? Je me demande aussi ce que va en penser Dominique Strauss-Kahn qui m’a fait entrer au Parti socialiste et pour qui la cause du handicap est un combat essentiel.

Nathalie Bellity.


Voici le communiqué de presse de François Pupponi : 

Madame Nathalie Bellity affirme sur son blog qu’elle aurait été retirée de la liste que je conduis pour les prochaines élections municipales parce qu’elle a refusé de participer au financement de la campagne électorale.

Je démens ses propos et tiens à apporter les précisions suivantes : comme il est de coutume, les colistiers sont appelés à verser des dons pour le financement des campagnes électorales dont les règles sont très encadrées par la loi. Ces dons sont évidemment facultatifs, cependant, à Sarcelles, comme dans beaucoup de villes, les élus sortants qui sont indemnisés font naturellement des dons. A ce titre, tous les élus ayant une délégation participent au financement de notre campagne.

Ces précisions apportées et bien que Nathalie Bellity n’ait pas accepté de participer à ce financement, le fait que je ne l’ai pas reprise sur ma liste est exclusivement motivé pour des raisons politiques.

En effet, Nathalie Bellity a dénoncé à plusieurs reprises ma prétendue non prise en considération des questions liées au handicap. J’ai dû, durant ses derniers jours me justifier auprès de plusieurs associations après qu’elle m’ait fait porter la responsabilité de propos que je démens formellement avoir tenus.

Cet acte grave relève pour moi d’une rupture de confiance incompatible avec sa présence à mes côtés sur la liste que je conduis.

La composition de la liste déposée hier en Préfecture montre au contraire s’il en était besoin mon souci de représenter la diversité de la population sarcelloise. Face à des propos que je considère comme relevant de la diffamation, je me réserve le droit d’une action en justice.

François Pupponi – Député maire de Sarcelles

 

Nathalie Bellity

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021