Ca y est. Nous y sommes, dernière ligne droite avant la clôture des inscriptions sur les listes électorales. Mercredi 27 décembre 2006, l’association des éducateurs de rue Ville et Avenir ainsi que l’association A.P.A.R.T. ont donné rendez-vous à la jeunesse à la salle des fêtes de

la Mairie de Bondy. Au programme, danse Hip-Hop, rap, slam et diffusion des courts-métrages du collectif Kourtrajmé. Des rappeurs de beaucoup de villes mitoyennes de Bondy se sont déplacés, chacun après son interprétation sur scène faisait passer le message : soulagez-vous dans les urnes.

Mais surtout, une urne était installée, symboliquement, à l’entrée. Pas pour voter pour quelque candidat que ce soit, mais pour répondre à une question simple : pourquoi voter ?
A cette question, cinq choix de réponses possibles : voter pour exister, voter pour changer la société, voter pour aider à changer l’avenir, voter est inutile et enfin voter, oui, mais pour qui ?
Tel un vrai suffrage, les jeune étaient invités à se rendre dans un isoloir, à glisser le papier de son choix dans une enveloppe, à insérer le bulletin dans l’urne et à signer.

Laurence Ribeaucourt, assistante sociale et conseillère municipale à Montfermeil, représentante de l’association A.P.A.R.T. explique : « Aujourd’hui à l’occasion de ce concert citoyen, autour du rap et du Hip-Hop qui attire la jeunesse,  l’idée est de montrer à cette dernière qu’il est important de prendre sa carte. Nous avons installé cet espace-vote en l’accompagnant de consignes claires afin de montrer aux jeunes qui n’ont jamais voté que c’est simple et que ça ne prend pas beaucoup de temps. La question que nous leur posons « pourquoi voter » est à la fois une question utile et un instrument de sondage ».

Question utile, utile à faire réfléchir les jeunes, car prendre sa carte et aller voter sont deux choses distinctes. En effet, ce n’est un secret pour personne, l’autre versant n’est-il pas que les jeunes, qui, pour la première fois, pensent aller voter aux élections présidentielles, ne se reconnaissent dans aucun des candidats à l’investiture ? L’offre politique correspond-elle à la demande ?

« En aucun cas nous n’imposons de direction aux jeunes. Le risque bien sûr, c’est la peur du jeune qui dans l’isoloir ne saura pas quoi faire » affirme Laurence Ribeaucourt,.

En somme, un risque contre-productif. Nous demandons à un jeune ce qu’il compte faire : « je n’ai que 14 ans, mais si j’avais le droit de vote, je voterasi » affirme-t-il avec grande conviction.

Siham, en âge de voter depuis longtemps, semble déterminée à rattraper le temps perdu, « Je n’ai jamais eu ma carte d’électeur, le 31 décembre approche et cette fois, je compte aller m’inscrire sur les listes demain ! ».

Pas de panique, la municipalité a prévu d’ouvrir les portes du service des élections exceptionnellement samedi matin. Les jeunes se lèveront-ils pour accomplir ce geste citoyen ?

Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022
  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022