Le Président des États-Unis nouvellement élu, Barak Obama, affirme dans son deuxième livre autobiographique qu’il faut « de la jugeote et du courage, ingrédients indispensables pour s’élever au delà de ses conditions de naissance ». Chef d’entreprise depuis 10 ans, issu des quartiers populaires, acteur impénitent de la vie associative locale, l’idée qu’avec de la volonté et du bon sens on peut réaliser ses rêves s’est imposé à moi tout au long de mon parcours. Je dirige désormais une société d’une quinzaine d’employés qui à construit de nombreux immeubles en région parisienne. Suis-je pour autant un modèle de réussite ?

Les critères de réussite sont variables d’un individu à l’autre mais l’essentiel réside selon moi dans la sensation de bien-être, pour ne pas dire de bonheur, à réaliser ses ambitions. Certes, la reconnaissance sociale et la recherche du confort matériel sont des moteurs puissants mais restent en définitive modestes à mes yeux comparé à sa propre réalisation.

Fort de ce constat, j’ai malheureusement trop souvent observé que la principale difficulté que rencontrent nos jeunes porteurs d’ambitions n’est pas tant le choc d’une discrimination ou le manque de moyens financiers, mais les limites qu’ils se créent eux-mêmes par leurs propres barrières mentales.

Combien de fois n’ai-je pas entendu : « Ce n’est pas pour moi, laisse tomber » ou encore : « C’est toujours les mêmes, aucune chance de réussir », sans oublier l’amusant : « Je connais personne de chez personne. »

Et pourtant les exemples de réussite dans nos quartiers sont multiples. Rien que parmi mes amis d’enfance ou mes voisins, je ne compte plus les PDG ou les cadres supérieurs qui après des doutes inhérents aux personnes ambitieuses ont réussi brillamment à atteindre leurs objectifs et souvent à créer leur entreprise. J’en veux pour preuve les remises des distinctions aux « Talents de Cités » ou autres soirées « Dérouilleurs » qui pullullent de parcours exemplaires de réussite pourtant originaires de nos banlieues.

Un des intérêts du symbole Obama est qu’il doit contribuer à tordre le coup à ces chimères et galvaniser notre jeunesse, car il illustre de façon éclatante qu’avec de l’audace et du travail rien ne lui résistera !

Yacine Djaziri

Yacine Djaziri

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021