Quand on se tape 200 kilomètres jusqu’à Lille, obligé d’aller chez nos amis belges. Le peuple du Nord se retrouve souvent de l’un ou de l’autre côté de la frontière, tantôt française, tantôt belge. Direction Mouscron (Moeskron en version néerlandaise), une commune belge située à proximité de Roubaix. Les habitations, pour la plupart des « tchotes maisons » (petite maison en ch’ti) en briques rouge. Derrière la gare, une baraque à frites devant laquelle des clients attendent d’être servis. Les voitures sont pour beaucoup immatriculées 59 (Nord). J’entre dans une pizzeria. Deux clients parlent avec le pizzaïolo.

Que peuvent-ils bien penser des « débats » qui agitent la France ? Certes, ils ont d’autres choses sur le feu, leurs problèmes entre Flamands et Wallons, par exemple. Mais dans cette ville frontalière, les Français sont nombreux, et les Belges francophones sont incollables sur la politique française.

Youssef, fonctionnaire belge âgé d’une quarantaine d’années, la chevelure poivrée ; à côté de lui, Francis, un français de Roubaix, la quarantaine également. « Je pense qu’une certaine communauté doit faire davantage d’efforts pour être acceptée par les autres. Quand on vit dans un pays, il faut y vivre comme les autres », commente Youssef pendant que le pizzaïolo sort ses pizzas fumantes du four. « Moi j’ai vécu à Roubaix avec des Algériens, je ne comprends pas ces gens qui n’arrêtent pas de dire « nique la France » à tout va ! Bah va-t-en si t’es pas content ! », dit Francis qui semble amer en pensant à ce passé. « Mais, ajoute-t-il, faut pas oublier que leurs parents sont venus travailler à la base. On a profité du fait qu’ils étaient mobiles pour reconstruire le pays. » Je laisse les deux compères terminer leur discussion.

Dans la rue, je tombe sur un jeune couple français, venu passer un week-end en amoureux : « L’ambiance est de plus en plus délétère. Je suis inquiète. Avec le coût de la vie, ça devient difficile », dit la jeune femme au bras de son compagnon. Beaucoup de Français de la région viennent passer une soirée ou un week-end à Mouscron pour décompresser. Le lieu est agréable et à proximité de chez eux. D’autres y travaillent comme frontaliers. Une facilité de déplacement qu’offre l’espace Schengen. Pas sûr que la sortie de l’UE que propose le FN plaise à cette population du Nord…

Aladine Zaïane (Mouscron)

Précédent reportage d’Aladine dans le Nord de la France : Marine-ou-le-PS,-vous-pensez-que-ma-vie-va-changer ?

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022