Quand on se tape 200 kilomètres jusqu’à Lille, obligé d’aller chez nos amis belges. Le peuple du Nord se retrouve souvent de l’un ou de l’autre côté de la frontière, tantôt française, tantôt belge. Direction Mouscron (Moeskron en version néerlandaise), une commune belge située à proximité de Roubaix. Les habitations, pour la plupart des « tchotes maisons » (petite maison en ch’ti) en briques rouge. Derrière la gare, une baraque à frites devant laquelle des clients attendent d’être servis. Les voitures sont pour beaucoup immatriculées 59 (Nord). J’entre dans une pizzeria. Deux clients parlent avec le pizzaïolo.

Que peuvent-ils bien penser des « débats » qui agitent la France ? Certes, ils ont d’autres choses sur le feu, leurs problèmes entre Flamands et Wallons, par exemple. Mais dans cette ville frontalière, les Français sont nombreux, et les Belges francophones sont incollables sur la politique française.

Youssef, fonctionnaire belge âgé d’une quarantaine d’années, la chevelure poivrée ; à côté de lui, Francis, un français de Roubaix, la quarantaine également. « Je pense qu’une certaine communauté doit faire davantage d’efforts pour être acceptée par les autres. Quand on vit dans un pays, il faut y vivre comme les autres », commente Youssef pendant que le pizzaïolo sort ses pizzas fumantes du four. « Moi j’ai vécu à Roubaix avec des Algériens, je ne comprends pas ces gens qui n’arrêtent pas de dire « nique la France » à tout va ! Bah va-t-en si t’es pas content ! », dit Francis qui semble amer en pensant à ce passé. « Mais, ajoute-t-il, faut pas oublier que leurs parents sont venus travailler à la base. On a profité du fait qu’ils étaient mobiles pour reconstruire le pays. » Je laisse les deux compères terminer leur discussion.

Dans la rue, je tombe sur un jeune couple français, venu passer un week-end en amoureux : « L’ambiance est de plus en plus délétère. Je suis inquiète. Avec le coût de la vie, ça devient difficile », dit la jeune femme au bras de son compagnon. Beaucoup de Français de la région viennent passer une soirée ou un week-end à Mouscron pour décompresser. Le lieu est agréable et à proximité de chez eux. D’autres y travaillent comme frontaliers. Une facilité de déplacement qu’offre l’espace Schengen. Pas sûr que la sortie de l’UE que propose le FN plaise à cette population du Nord…

Aladine Zaïane (Mouscron)

Précédent reportage d’Aladine dans le Nord de la France : Marine-ou-le-PS,-vous-pensez-que-ma-vie-va-changer ?

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021