[PRIMAIRE DE LA GAUCHE] Au premier tour de la primaire citoyenne, Benoît Hamon avait récolté 49,4% des voix à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), loin devant Manuel Valls (24,7%). Le Bondy Blog s’est rendu dans l’un des bureaux de vote de cette ville de plus de 100 000 habitants pour voir si la tendance en faveur de l’ancien ministre de l’Éducation se confirme ce dimanche 29 janvier.

« Je suis venu voter aujourd’hui pour faire payer le gouvernement. Je suis venu pour sanctionner Valls et Macron. Promettre des choses et faire une politique contraire [à ces promesses], c’est n’importe quoi, c’est prendre les gens pour des cons. Et jouer sur la peur de Marine Le Pen, ça ne marche plus« , s’emporte Mamadou, sans mâcher ses mots. Un vote sanction donc pour ce chauffeur de taxi de 52 ans mais pas seulement. « J’adhère aussi à ce que propose Benoît Hamon sur l’avenir, sur le travail, la concurrence. Les robots vont de plus en plus remplacer les hommes au travail, alors que fait-on? » poursuit-il.

Ce dimanche 29 janvier, au bureau de vote de la salle de la Légion d’honneur à Saint-Denis, les électeurs semblent s’être mobilisés pour ce second tour de la primaire citoyenne, plus que la semaine dernière. Les électeurs se succèdent, aussi bien des hommes que des femmes. Il  y a beaucoup de parents accompagnés de leurs enfants, mais également beaucoup de retraités. « A midi, nous sommes à 181 votants contre 151 dimanche dernier à la même heure, sur 6 380 inscrits. Il y a une proportion importante de gens qui n’étaient pas venus voter au premier tour qui se sont déplacés aujourd’hui« , indique Corentin Duprey, président de ce bureau de vote et conseiller municipal d’opposition (PS) à Saint-Denis, qui espère terminer la journée à 639 votants « pour passer le seuil des 10% sur le bureau« .

« Ça fait du bien de voter en adhérant à un programme et non pas voter utile »

Sur les 164 bureaux de vote dionysiens, Benoît Hamon était arrivé en tête avec 49,4% des voix soit plus que la moyenne nationale (un peu plus de 36%). Et parmi les électeurs croisés à la salle de la Légion d’honneur, la balance penche clairement en faveur de l’ancien ministre de l’Éducation. « J’ai voté pour Benoît Hamon car je considère qu’il est le candidat qui incarne le plus les valeurs de la gauche telles que le partage, le travail, le social, la sécurité, l’écologie alors que pour moi Manuel Valls tend plus vers le libéralisme en laissant beaucoup de Français sur le carreau« , estime Bouchaïb. « Benoît Hamon porte de nouvelles idées comme le revenu universel ou la taxation des robots. On sait très bien qu’il y aura de moins en moins d’emplois. Depuis pas mal de temps, on votait pour le moins pire. Peut-être que maintenant, on va voter pour quelqu’un qui portera de vraies valeurs de la gauche. Je n’avais plus eu ce sentiment depuis Lionel Jospin », ajoute ce cadre supérieur quinquagénaire.

Vote d’adhésion à Benoît Hamon ou vote sanction contre Manuel Valls ? Les électeurs sont partagés mais assurent que la conviction l’emporte sur la contestation. « Ça fait du bien de voter en adhérant à un programme et non pas voter utile ou voter contre quelqu’un », souligne Tim, 37 ans, chef de projet dans l’humanitaire. Et d’ajouter : « J’ai été un peu choqué par la manière dont Manuel Valls a attaqué Benoît Hamon sur les questions de laïcité, notamment. C’était vraiment des coups bas. Benoît Hamon a des propositions intéressantes et innovantes comme le revenu universel« .

Un sentiment que partage Benjamin, 31 ans. « Benoît Hamon prend l’initiative de poser le débat sur des thèmes comme la dépénalisation du cannabis« , insiste l’architecte d’intérieur. « Il aborde aussi des sujets comme la transition écologique. Il propose une vision globale qui change de ce que l’on a pu entendre et qui nous fait un peu croire au changement », ajoute Morgane, 26 ans, décoratrice d’intérieur.

Duel entre deux gauches ?

Un candidat qui met l’écologie au cœur de son programme, qui est plus proche des gens et qui dispose d’une image moins autoritaire, dure, que Manuel Valls. Voici le portrait qu’ont fait de Benoît Hamon les électeurs interrogés. « Il incarne une autre vision que celle du gouvernement socialiste actuel. Une vision un peu trop utopiste, peut-être. Il y a certaines mesures qui tiennent la route mais après le revenu universel n’est, à mon avis, pas une bonne idée« , nuance Anne-Cécile, 33 ans, travailleuse sociale, qui a tout de même voter pour l’ancien député européen. « Je trouve qu’il a de bonnes idées mais je me demande comment on fait pour financer les mesures proposées ?« , s’interroge Chantal, retraitée, qui préfère garder son vote secret.

Pour la plupart des votants interrogés, le duel Hamon-Valls incarne une bataille entre deux visions très distinctes de la gauche. « Manuel Valls l’a dit lui-même, il y a deux gauches irréconciliables« , rappelle, non sans ironie, Mamadou. « J’ai voté pour Hamon que je trouve plus social, plus centriste que Valls que je vois plus à droite« , analyse Nolwenn, psychomotricienne de 27 ans. « Ça a été un vote très difficile entre deux candidats très distincts. Il y a le cœur et la raison« , résume Victoria, 70 ans, retraitée.

Kozi PASTAKIA

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021