Dans la 5ème circonscription de Seine-St-Denis (Bobigny / Drancy), seize candidats sont en course pour les législatives 2007. Il n’y a aucun représentant de l’UMP, ni de l’UDF-Modem. A Bobigny, il y a un visage repérable dans tous les coins de rue : Abdel Sadi. Le premier adjoint du maire de Bobigny compte redonner au parti communiste ce siège de l’Assemblée nationale occupé par Jean-Christophe Lagarde, député-maire UDF de Drancy, qui se représente sous aucune étiquette. Abdel Sadi est délégué au sport et la tranquillité publique dans sa ville, ce n’est pas un militant communiste mais soutient le groupe PCF au conseil municipal. Interview.

Vous êtes né de parents algériens et vous avez grandi à La Courneuve. Que vous inspire cette remarque : « fils d’immigrés maghrébins – candidats aux élections législatives françaises » ? 

Je suis né en France et je suis français tout simplement. Je revendique que je suis français issu de l’immigration et je suis fier de mes origines culturelles. Cela me permet un contact plus facile avec les habitants. C’est aussi ce qui m’encourage à lutter contre les discriminations diverses.

Vous avez été choisi par le groupe communiste pour être candidat dans cette circonscription de Seine-St-Denis. Pourquoi vous ? 

Tout le travail de terrain que j’ai mené avec Bernard Birsinger [le maire défunt] et l’actuelle maire, Catherine Peyge, s’est vu dans une démarche d’accompagnement des habitants. Je suis un camarade de route du parti communiste et ses militants m’ont choisi à la quasi-unanimité.

La gauche semble très divisée dans votre circonscription. Vous êtes rangé au groupe communiste apparenté citoyen. Qu’est-ce qui vous démarque par exemple du Parti radical de gauche et de la Ligue Communiste Révolutionnaire ?

D’une part, le PRG ne fait pas partie des villes de Bobigny et Drancy. D’autre part, j’ai commencé ma campagne assez tôt, il y a 3 mois. Depuis 12 ans, en tant que maire adjoint, je mène un travail de proximité avec la population. Je suis présent tout au long de l’année. Je ne connais pas beaucoup d’élus qui reçoivent des habitants dans leur permanence tous les jours. Cela dit, je partage avec toute la gauche les valeurs de paix, de solidarité et d’échange.

Dans une interview accordée au Bondy blog, Jean-Christophe Lagarde déclare que le vote des étrangers aux élections municipales est une hypocrisie. Qu’en dites-vous ?

J’estime que les responsables d’associations, les syndicalistes, ceux qui paient des impôts, qui construisent le pays et s’investissent dans la vie de la commune, méritent d’être consultés lors des élections locales. Et de se porter candidat. C’est un minimum. Je ne fais pas de la démagogie ! Je parle du « vivre ensemble ». D’ailleurs, nous avons mis en place une consultation auprès des habitants : au moins 10 000 Balbyniens ont répondu favorablement au fait que tous les habitants de notre ville puissent voter. Enfin, je suis pour le droit de vote et d’éligibilité des étrangers à l’échelle locale comme à l’échelle nationale.

Hervé Bramy, le président du Conseil général de Seine-St-Denis (PCF) classe les membres de l’UDF-MoDem du côté de la droite notamment de l’UMP. Partagez-vous cette idée ?

Pour l’instant, je ne connais pas trop le MoDem. Mais je vois que M. Lagarde gère sa ville avec des gens de l’UMP comme son 1er adjoint, M. Saligny qui le soutient dans le cadre de ces législatives. Aujourd’hui, dès qu’une affiche de l’UMP est collée sur un panneau de Bobigny ou Drancy, elle se retrouve systématiquement arrachée.

Si vous êtes élu, que proposeriez-vous au niveau de l’Assemblée nationale ?

Je voterai tous les dossiers qui peuvent avoir un impact positif pour nos habitants – venus de droite comme de gauche. Je serai celui qui se battra sur les questions sociales: formation, droit au logement. Si j’avais une des propositions de loi à voter, ce serait celle en direction des violences faites aux femmes. Il s’agit de réfléchir avec les personnes concernées et les associations qui manquent encore de moyens financiers. Je constate que la première préoccupation de ces femmes est de pouvoir se loger. Si on fait avancer la cause des femmes c’est l’ensemble de la société qui évolue.

C’est un point que Rachida Dati, la ministre de la justice compte réformer…

J’ai entendu sa blague qui ne m’a pas plu sur le fait de construire des logements au kärcher. J’espère qu’elle aura d’autres réflexions et qu’elle se comportera autrement avec l’ensemble des habitants de la Seine-Saint-Denis.

Propos recueillis par Nadia Boudaoud

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021