Dans les temps anciens, Alda Pereira-Lemaître, la tête de liste PS à Noisy-le-Sec (93), a connu les longues files d’attente de la préfecture pour obtenir sa citoyenneté – « même si en tant qu’Européenne [portugaise], la situation est un peu différente », précise-t-elle –, puis adhère au PS en 1996. Poursuivant son ascension sociale, elle compte bien, à 43 ans, récupérer une ville de 48 000 habitants dirigée par sa rivale Modem, Nicole Rivoire, la maire sortante. Pour cela, elle compte bien faire valoir une équipe qu’elle veut « complémentaire et mixte en terme de parcours et d’expérience ».

A ce titre, la liste d’Alda Pereira-Lemaître ne manque pas d’égard puisque Elisabeth Guigou, la députée de la circonscription Bondy/Noisy-le-Sec/Romainville, a rejoint l’équipe (en cinquième position), au lendemain de l’inauguration du local de campagne, le 11 janvier dernier. Alors que le Comité national français de la diversité – créé pour surveiller et favoriser l’application de la diversité dans les listes électorales – a déploré le manque d’engagement des différents partis politiques, la « Gauche rassemblée, écologiste et citoyenne » de Noisy semble inverser la tendance.

Dans la même liste, Nasser Ramdane, 36 ans, président de l’association SOS Racisme Ile-de-France, fait aussi partie des 38 colistiers et s’est donné le défi de « métisser la République. J’insiste beaucoup sur cette notion, précise Nasser, le 14 février, lors de la soirée de présentation de la liste, car chacun arrive avec un passé et un vécu différent pour construire un destin commun ». Quand on lui demande quelle est son origine, il répond : « Je pense que mon origine n’est pas importante, je ne suis pas le Beur qui vient représenter les Beurs de ma ville. De toute façon, ça se voit. » Sa désignation en quatorzième position n’a pas été chose simple, vu son passé tumultueux avec les responsables du PS auquel il adhère depuis 1993. L’un de ses objectifs à moyen terme est de « mettre en place dans tous les parquets de France des pôles anti-discrimination ».

En zoomant sur le Parti radical de Gauche, on remarque l’enthousiasme de Mamadou Gueye, 48 ans, responsable du cercle PRG de Bondy/ Noisy-le-Sec. Ce chef d’entreprise d’origine sénégalaise a toujours milité pour deux valeurs fondamentales à ses yeux : l’universalisme et l’humanisme. Il s’est associé à Alda Pereira-Lemaître à l’issu d’une intense conversation « au café La Pyramides, à proximité de la gare de Noisy-le-Sec », se souvient-il. Mamadou admire le courage de la tête de liste : « Comme la plupart des enfants d’immigrés, Alda a dû se battre pour se faire une place, d’abord dans la société, puis au sein de son parti, en affirmant ses convictions. »

Parmi les dix militants Verts de la liste, Anne Deo, d’origine espagnole, née en France il y a cinquante ans, compte s’inspirer des travaux suivis par son groupe de réflexion créé il y a vingt ans, à Noisy. La candidate suppléante aux cantonales trouve dans cette liste de Gauche où elle est placée en troisième position, « une richesse et des compétences qui vont permettre de régler les problèmes sociaux de la ville ».

Nassima Bidouche, 21 ans, au punch saisissant et au sourire constant, est l’une des deux benjamines de l’équipe. Elle est affiliée au PS depuis la campagne des présidentielles 2007. En attendant de finir sa licence d’histoire, la jeune femme veut « représenter les jeunes de la ville ». Selon elle, « Alda m’a choisie car j’ai la motivation de faire bouger les choses ».

Jérôme Lourdusamy, un autre colistier, a longtemps soutenu le Mouvement Républicain de Jean-Pierre Chevènement. L’Indien naturalisé depuis 3 ans, trouve à son pacte avec la Gauche de Noisy, le tremplin idéal dans la reconnaissance de sa citoyenneté et veut « enfin apporter [sa] voix pour améliorer les conditions de l’habitat ». Il est agent d’entretien à l’Office public de l’habitat de Seine-Saint-Denis.

Dans le département, le Parti socialiste semble être rentrer dans l’ère de la diversité. Il est grand temps que tous ses membres acceptent enfin cet enjeu pour la France.

Nadia Boudaoud

Nadia Boudaoud

Articles liés

  • Zemmour à Villepinte : l’insulte aux habitants

    Eric Zemmour a tenu son premier meeting de campagne en Seine-Saint-Denis. Un département qui représente tout ce que déteste le polémiste d’extrême-droite. Nous avons choisi de déplacer le micro et de le tendre aux habitants de Villepinte et des alentours qui sont les cibles quotidiennes de ces injures. Reportage.

    Par Hannah Saab
    Le 05/12/2021
  • Frédérique Matonti : « La pensée réactionnaire est le produit d’une panique morale »

    A l’occasion de la sortie de son livre «comment sommes-nous devenus réacs?», la politiste Frédérique Matonti revient sur la progression de l’idéologie réactionnaire, de sa naissance dans les années 1980, à son triomphe actuel sur les chaînes d’information en continu. Entretien.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 16/11/2021
  • Quand Laïreche raconte Ruffin

    Ces derniers temps, Rachid Laïreche nous offrait un peu moins de ces fameuses "info Rachid" sur Twitter, des petits indiscrets sur le monde politique qui montrent comment le journaliste de Libération raconte la gauche actuelle comme personne. On a compris ce qui se tramait quand on a appris la sortie de "La revanche des bouseux" (les Arènes), un portrait du député François Ruffin.

    Par Latifa Oulkhouir
    Le 29/10/2021