Le 6 mars 2012, nous, Paroles de femmes et Marianne de la Diversité, ainsi qu’un collectif d’associations, lanceront un appel à la Résistance des femmes : refusant la capitulation de la France face à la précarité, au sexisme et à toutes formes d’inégalités, nous appelons les hommes et les femmes de ce pays à continuer la lutte, acte fondateur de la France égalitaire : « Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas« .

Droit des femmes dans les quartiers populaires ou les zones rurales, toutes ces citoyennes actives  qui font la France d’aujourd’hui continuent malheureusement à être traitées comme une minorité négligeable alors qu’elles représentent la majorité de notre Nation.

Unies sous une même bannière, ces oubliées de la République viendront de toutes les régions de la France pour montrer que le combat de l’égalité est toujours d’actualité.

Nous n’acceptons plus d’être considérées comme des minorités, nous n’acceptons plus cette politique du mépris.

A la veille de l’élection présidentielle, devant les gouvernements qui se sont succédés, devant ces gouvernants  immobiles, aux belles paroles pour si peu d’actes, nous demandons que justice et égalité soient rendues aux femmes. Devant la multiplication des viols et des violences, l’inégalité salariale toujours présente et cette précarité alarmante, nous aurions pu capituler, cédant à la panique, oubliant notre dignité, livrant le pays au sexisme, à l’inégalité et à la discrimination de toute sorte.

Non, cela nous ne l’accepterons jamais !

Rien n’est perdu d’avance. Rien n’est perdu parce que cette guerre est une guerre mondiale et qu’elle touche de nombreux pays, de la Tunisie à l’Ukraine. Dans l’univers libre, des forces immenses ne se sont pas encore réveillées. Il faut que la France, le jour de ce réveil, soit présente à la victoire. Il est temps en 2012 que cette Patrie des droits de l’homme se partage en toute égalité pour devenir la patrie des droits humains.

Alors elle retrouvera sa liberté et sa grandeur.

Tel est le but de notre grand rassemblement, du 6 mars 2012, notre seul but.

Voilà pourquoi nous invitons toutes les femmes et tous les hommes d’où qu’ils se trouvent, à nous rejoindre afin de s’unir dans l’action, la solidarité et l’espérance.
Notre patrie est en péril par trop de sexisme et d’inégalités.
Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance égalitaire et républicaine ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas.
Alors résistons et luttons tous et toutes pour la sauver.

Des étudiantes, des chefs d’entreprise, des infirmières, des fonctionnaires, des agricultrices, des syndicalistes, des féministes du Moyen-Orient et d’Ukraine ont déjà répondu à notre appel et nous rejoindront à Paris.

Nous remettrons officiellement cet appel à Nicolas Sarkozy, François Hollande, François Bayrou et à l’ensemble des autres candidats.

N’oublions pas que les femmes représentent 52% des électeurs et que le vote des femmes est une force qui comptera dans l’élection présidentielle.

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021