On aurait dû parler d´une gauche unie dans ce vieux bastion communiste. C’était sans compter sur les relents de dissidence dans l´air blanc-mesnilois. La fronde vient du député PS Alain Ramos, adjoint au maire sortant Daniel Feurtet (PC), qui a embarqué une partie des socialistes dans son aventure. « Il n’est plus possible au Blanc-Mesnil de travailler avec le PC, tranche-t-il. Le PS ne doit pas sacrifier les habitants du Blanc-Mesnil pour plaire à Marie-George Buffet. J’ai le soutien de ma section, des anciens adhérents comme des nouveaux. Je veux changer la ville. » Ramos et ses partisans se sont ainsi ralliés au Modem. Interview avec Yann Le Pollotec, secrétaire de section du PCF du Blanc-Mesnil qui réagit à cette manœuvre.

Comment jugez-vous l´alliance entre le PS et le Modem ?

C’est plutôt triste, parce qu´il s´agit d´une alliance contre nature. Le Modem c´est quand même la droite.

Le PC a finalement signé un accord avec des élus PS. Pourquoi ?

Nous étions toujours pour la démarche d’union vis-à-vis le PS. Donc, la liste est faite, nous avons signé un accord avec les Verts, Lutte ouvrière et les élus du PS qui sont contre Alain Ramos.

Le PS est divisé entre ceux qui, à la suite d’Alain Ramos, se sont alliés au Modem et ceux qui se présentent à vos côtés. Que pensez-vous de cette division ?

C´est triste pour Alain Ramos qui est adjoint PS au maire depuis 1983. La gauche doit se réunir au nom de l’intérêt de la ville. Les élus PS opposés à M. Ramos ont pris conscience de l´importance de cet enjeu.

En quoi consiste votre projet commun ?

Nos priorités sont le développement durable, le renforcement de l´agenda 21 (programme d’actions écologique) et le développement économique. Il faut que les Blanc-Mesnilois profitent des emplois créés. Nous souhaitons également une assistance de jour comme elle existe déjà pour la nuit pour mieux lutter contre les incivilités.

Quel rôle joue Marie-George Buffet dans les municipales au Blanc-Mesnil ?

Elle est deuxième de liste et restera conseillère municipale. C’est bien, parce que comme ça, elle joue un rôle de liaison entre l’Assemblée nationale et la politique locale.

Quelle sera la prochaine étape politique pour vous ?

Jeudi le 21 février, nous allons présenter notre projet commun au public. Ce sera au Blanc-Mesnil au Forum Place de la Libération à 19 heures. Daniel Feurtet, le maire sortant, et tous les candidats de la liste seront présents.

Propos recueillis par Iris Hartl

Iris Hartl

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021