[PRIMAIRE DE LA DROITE] Le Bondy Blog raconte ce deuxième tour de la primaire à droite dans plusieurs bureaux de vote de la Seine-Saint-Denis. Deuxième arrêt à Saint-Denis au bureau de l’école Gutenberg dans le quartier de la Plaine, bastion communiste, où le coeur des très rares votants rencontrés balance.

Un votant toutes les 7 minutes. C’est la lente fréquence d’arrivée des électeurs au bureau de l’école Gutenberg à Saint-Denis entre 15h et 16h ce dimanche après-midi. « Il y a à peu près le même nombre de votants qu’au premier tour », explique Tris, l’assesseur. Je pense que le taux de participation s’élèvera à 10% des inscrits ». 

Audrey, employée dans une compagnie aérienne, centriste qui a donné sa voix à Alain Juppé, trouve, elle, que « le bureau est encore plus désert que dimanche dernier. On est à Saint-Denis, je ne suis pas sûre que l’électorat de gauche fera le déplacement ». C’est toute l’interrogation de ce scrutin : quel sera le degré de mobilisation des électeurs de gauche pour ce deuxième tour ? Iront-ils voter en masse pour barrer la route à Francois Fillon ? La Seine-Saint-Denis est le seul département, en dehors de ceux de l’Aquitaine à avoir hissé Alain Juppé à la première place dimanche dernier. 

Ici aussi, précisément, au premier tour, Alain Juppé l’avait emporté devant François Fillon. Un résultat qui colle bien avec les scores finaux à Saint-Denis (51,5% pour Alain Juppé, 22,2% pour François Fillon). Pour ce deuxième tour, le résultat pourrait être plus serré. Loïc, qui travaille dans les ressources humaines à voté pour le favori. « Fillon m’a plus convaincu que Juppé lors des débats. Il faisait plus présidentiable ». Lucile et sa mère Anne, ont voté pour Alain Juppé. « Parce que François Fillon fait vraiment peur ». Marianne, chef de projet informatique, n’a pas ces appréhensions. « J’ai voté pour François Fillon parce que je déteste Alain Juppé. Je trouve qu’il est faux ».

Ce petit échantillon de votants laisse donc présager un second tour peut-être plus serré que celui de dimanche dernier, dans une des rares villes en France qui a massivement voté pour Alain Juppé.

Idir HOCINI

Articles liés

  • Burkini, la saison de trop d’une série bien française

    Alors que le conseil municipal de la ville de Grenoble a autorisé en début de semaine les femmes qui portent le voile à nager avec un maillot couvrant, la classe politique s'est déchirée devant la décision. Aux avant-postes, l'État et le Ministère de l'Intérieur qui compte une nouvelle fois empêcher les femmes musulmanes d'accéder à un service public. Nouvelle saison, d'une série tristement française. Édito.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/05/2022
  • En Seine-Saint-Denis, la NUPES « vise le strike »

    Le 17 mai, les 12 candidat·e·s de Seine-Saint-Denis de la NUPES ont déposé collectivement leurs candidatures à la préfecture de Bobigny. L'occasion d'affirmer la détermination de la gauche unie de gagner dans toutes les circonscriptions du 93. Mais l'élan Mélenchon retrouve-t-il sa légitimité sur le terrain ? Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 19/05/2022
  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022