[PRIMAIRE DE LA DROITE] Le Bondy Blog raconte ce deuxième tour de la primaire à droite dans plusieurs bureaux de vote de la Seine-Saint-Denis. Deuxième arrêt à Saint-Denis au bureau de l’école Gutenberg dans le quartier de la Plaine, bastion communiste, où le coeur des très rares votants rencontrés balance.

Un votant toutes les 7 minutes. C’est la lente fréquence d’arrivée des électeurs au bureau de l’école Gutenberg à Saint-Denis entre 15h et 16h ce dimanche après-midi. « Il y a à peu près le même nombre de votants qu’au premier tour », explique Tris, l’assesseur. Je pense que le taux de participation s’élèvera à 10% des inscrits ». 

Audrey, employée dans une compagnie aérienne, centriste qui a donné sa voix à Alain Juppé, trouve, elle, que « le bureau est encore plus désert que dimanche dernier. On est à Saint-Denis, je ne suis pas sûre que l’électorat de gauche fera le déplacement ». C’est toute l’interrogation de ce scrutin : quel sera le degré de mobilisation des électeurs de gauche pour ce deuxième tour ? Iront-ils voter en masse pour barrer la route à Francois Fillon ? La Seine-Saint-Denis est le seul département, en dehors de ceux de l’Aquitaine à avoir hissé Alain Juppé à la première place dimanche dernier. 

Ici aussi, précisément, au premier tour, Alain Juppé l’avait emporté devant François Fillon. Un résultat qui colle bien avec les scores finaux à Saint-Denis (51,5% pour Alain Juppé, 22,2% pour François Fillon). Pour ce deuxième tour, le résultat pourrait être plus serré. Loïc, qui travaille dans les ressources humaines à voté pour le favori. « Fillon m’a plus convaincu que Juppé lors des débats. Il faisait plus présidentiable ». Lucile et sa mère Anne, ont voté pour Alain Juppé. « Parce que François Fillon fait vraiment peur ». Marianne, chef de projet informatique, n’a pas ces appréhensions. « J’ai voté pour François Fillon parce que je déteste Alain Juppé. Je trouve qu’il est faux ».

Ce petit échantillon de votants laisse donc présager un second tour peut-être plus serré que celui de dimanche dernier, dans une des rares villes en France qui a massivement voté pour Alain Juppé.

Idir HOCINI

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021