[PRIMAIRE DE LA DROITE] Le Bondy Blog raconte ce deuxième tour de la primaire à droite dans plusieurs bureaux de vote de la Seine-Saint-Denis. Deuxième arrêt à Saint-Denis au bureau de l’école Gutenberg dans le quartier de la Plaine, bastion communiste, où le coeur des très rares votants rencontrés balance.

Un votant toutes les 7 minutes. C’est la lente fréquence d’arrivée des électeurs au bureau de l’école Gutenberg à Saint-Denis entre 15h et 16h ce dimanche après-midi. « Il y a à peu près le même nombre de votants qu’au premier tour », explique Tris, l’assesseur. Je pense que le taux de participation s’élèvera à 10% des inscrits ». 

Audrey, employée dans une compagnie aérienne, centriste qui a donné sa voix à Alain Juppé, trouve, elle, que « le bureau est encore plus désert que dimanche dernier. On est à Saint-Denis, je ne suis pas sûre que l’électorat de gauche fera le déplacement ». C’est toute l’interrogation de ce scrutin : quel sera le degré de mobilisation des électeurs de gauche pour ce deuxième tour ? Iront-ils voter en masse pour barrer la route à Francois Fillon ? La Seine-Saint-Denis est le seul département, en dehors de ceux de l’Aquitaine à avoir hissé Alain Juppé à la première place dimanche dernier. 

Ici aussi, précisément, au premier tour, Alain Juppé l’avait emporté devant François Fillon. Un résultat qui colle bien avec les scores finaux à Saint-Denis (51,5% pour Alain Juppé, 22,2% pour François Fillon). Pour ce deuxième tour, le résultat pourrait être plus serré. Loïc, qui travaille dans les ressources humaines à voté pour le favori. « Fillon m’a plus convaincu que Juppé lors des débats. Il faisait plus présidentiable ». Lucile et sa mère Anne, ont voté pour Alain Juppé. « Parce que François Fillon fait vraiment peur ». Marianne, chef de projet informatique, n’a pas ces appréhensions. « J’ai voté pour François Fillon parce que je déteste Alain Juppé. Je trouve qu’il est faux ».

Ce petit échantillon de votants laisse donc présager un second tour peut-être plus serré que celui de dimanche dernier, dans une des rares villes en France qui a massivement voté pour Alain Juppé.

Idir HOCINI

Articles liés

  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022
  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022