[PRIMAIRE DE LA GAUCHE] Après trois débats et des semaines de meetings, le premier tour de la primaire de la gauche se déroule ce dimanche 22 janvier. 7.530 bureaux de vote sont ouverts dans toute la France pour accueillir les électeurs. Le Bondy Blog s’est rendu au centre de quartier Jean Lurçat de Montreuil, où la mobilisation est très importante.

« A voté ! » Au centre Jean Lurçat de Montreuil, en Seine-Saint-Denis, une ville historiquement orientée à gauche, Olivier, le président du bureau de vote, ne cesse d’engranger les précieux bulletins. Sur la porte d’entrée, une pancarte indique les  adresses des bureaux de vote de la ville ouverts pour l’occasion. Une autre affiche regroupe les photographies des sept candidats à la primaire de la gauche, comme pour aider les électeurs encore indécis à faire leur choix.

Une longue file d’attente depuis l’ouverture

Devant le bureau de vote du centre Jean Lurçat, Montreuil.

Devant le bureau de vote du centre Jean Lurçat, à Montreuil.

Ouvert dès 9 heures, le centre Jean Lurçat n’a cessé d’accueillir des électeurs. « On n’arrête pas. La file d’attente ne cesse de s’allonger« , confie l’un des assesseurs, entre deux contrôles de carte d’identité. En face de lui, Olivier, le président du bureau de vote affirme, le sourire aux lèvres, que « 62 électeurs sont venus » en seulement 1h30. « La participation est forte, comme souvent dans notre bureau. En 2011, nous avions accueilli environ 800 électeurs ». Une bonne nouvelle pour les organisateurs qui comptent sur une forte mobilisation pour garantir la légitimité du vainqueur.

Bien préparés, les assesseurs demandent systématiquement aux personnes venues voter de « présenter leurs cartes d’identité et d’électeur ». Lorsqu’un votant se trompe de bureau, il est orienté vers celui auquel il est affilié. Chaque électeur doit ensuite « verser un euro, puis prendre au moins deux bulletins de vote et une enveloppe » et se diriger vers l’isoloir.

Beaucoup de personnes âgées et quelques primo-votants

Dans la file d’attente, les électeurs ont entre 40 et 65 ans majoritairement. Beaucoup de personnes âgées se sont déplacées. Michèle, 63 ans, a souhaité « encourager le candidat qui l’a convaincue, Manuel Valls ». Si elle estime qu’il a « peu de chances de gagner l’élection présidentielle », elle souhaite « lui apporter son soutien pour la primaire ». A ses côtés, Philippe, son mari, semble d’accord. « Manuel Valls a de l’expérience. Il sait ce que c’est que d’être à la tête d’un gouvernement ». S’il reconnaît que « son bilan est discutable », Philippe considère que l’ancien Premier ministre « a su résister à toutes les critiques et redresser la France ».

Dans l’entrée du bureau de vote, quelques primo-votants ont également fait le déplacement. Thomas, étudiant en droit, fait partie de ces jeunes électeurs. Lui qui était déjà venu voter « à la primaire de droite pour faire barrage à Sarko » a cette fois-ci voulu « soutenir sa famille politique. Je crois dans les valeurs de la gauche et je suis sûr que le vainqueur pourra emporter la présidentielle si la mobilisation est forte, peu importe ce que disent les sondages ».

« La primaire de la gauche a permis de faire émerger de nouvelles propositions »

zohair

Zohair, 42 ans, au bureau de vote de Montreuil.

Cette forte mobilisation, les électeurs l’expliquent notamment par les idées nouvelles portées par les candidats. Zoheir, 42 ans, a suivi la campagne et a regardé les différents débats avec intérêt. Il a apprécié « les propositions modernes et innovantes de certains candidats, comme la taxation des robots ou le revenu universel », porté par Benoît Hamon.

Une idée partagée par Sandra « qui estime que la primaire de la gauche a enfin permis de faire émerger de nouvelles propositions ». Selon elle, « le revenu universel pourrait être une excellente mesure si le gouvernement avait le courage de le mettre en place. Par exemple, cela permettrait aux 18-25 ans de se former » et de bénéficier des mêmes chances pour se former. Quel que soit le vainqueur, la primaire de la gauche aura donc au moins eu le mérite d’intéresser ses électeurs. Verdict des urnes ce soir pour connaître le nom des deux qualifiés pour le second tour.

Maéva LAHMI

Articles liés

  • Burkini, la saison de trop d’une série bien française

    Alors que le conseil municipal de la ville de Grenoble a autorisé en début de semaine les femmes qui portent le voile à nager avec un maillot couvrant, la classe politique s'est déchirée devant la décision. Aux avant-postes, l'État et le Ministère de l'Intérieur qui compte une nouvelle fois empêcher les femmes musulmanes d'accéder à un service public. Nouvelle saison, d'une série tristement française. Édito.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/05/2022
  • En Seine-Saint-Denis, la NUPES « vise le strike »

    Le 17 mai, les 12 candidat·e·s de Seine-Saint-Denis de la NUPES ont déposé collectivement leurs candidatures à la préfecture de Bobigny. L'occasion d'affirmer la détermination de la gauche unie de gagner dans toutes les circonscriptions du 93. Mais l'élan Mélenchon retrouve-t-il sa légitimité sur le terrain ? Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 19/05/2022
  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022