Je me rappelle de cette année où pour la première fois, je suis entrée dans un bureau de vote. C’était en 2007, pour les présidentielles. Dans ma famille, tout le monde vote, et lorsqu’il a fallu que j’y aille à mon tour, j’ai pris soin d’observer, dans la queue qui m’amenait à l’isoloir, comment les gens devant moi s’y prenaient. Aujourd’hui, je m’intéresse à ces nouveaux votants qui tout comme moi pour les présidentielles, vont glisser dans l’urne des municipales leur premier bulletin de vote.

C’est le cas d’Ebru, 18 ans. En 2007, trop jeune de quelques jours, elle n’avait pas eu la chance de pouvoir voter pour son candidat. En rigolant, elle me révèle que la seule fois où elle a glissé un bulletin dans une urne, « c’était à la fac, pour élire les représentants des étudiants. Au moins là, ma carte électorale servira pour la première fois ». Ebru avait reçu sa carte d’électrice juste après la présidentielle. « Pour les municipales, c’est sûr, je vote », dit-elle. Yaye, 19 ans, a participé, elle, scrutin présidentiel. Elle ne s’intéresse pas spécialement à la politique mais elle affirme qu’elle ira voter « parce que c’est [son] devoir ».

On dit beaucoup de choses sur la jeunesse de France, qu’elle est inconsciente, mais cette jeunesse se rend compte qu’elle a un rôle à jouer dans la vie politique. Voilà pourquoi, à l’approche de l’élection présidentielle, fin 2006, elle s’est réveillée et nombreux sont ceux qui sont partis s’inscrire sur les listes électorales. Espérons qu’elle ne se rendormira pas. Tout le monde ne souhaite pas militer dans un parti ou un syndicat, mais il n’est pas nécessaire d’être encarté pour être citoyen. La participation au vote suffit.

« C’est clair qu’il y en a qui pense que leur petite voix ne va rien changer mais ce n’est pas vrai », affirme Ebru. Yaye ne pense pas autrement : « Quand je suis partie voter aux présidentielles, j’ai ressenti quelque chose de bizarre puisque pour la première fois, ma voix pouvait changer quelque chose. » Ces deux jeunes filles iront voter dimanche pour faire bouger leur ville. Ebru aura une pensée pour ses parents, qui ne peuvent pas prendre part au scrutin. « Ils n’ont pas la nationalité française », m’avoue-t-elle.

Dimanche, ce sera au tour d’Ebru et Yaye d’observer, de scruter, tout comme je l’ai fait il y a un peu moins d’un an, chacun des gestes des électeurs les précédant dans la queue, pour ne pas faire tout de travers.

Axelle Adjanohoun

Axelle Adjanohoun

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021