Je me rappelle de cette année où pour la première fois, je suis entrée dans un bureau de vote. C’était en 2007, pour les présidentielles. Dans ma famille, tout le monde vote, et lorsqu’il a fallu que j’y aille à mon tour, j’ai pris soin d’observer, dans la queue qui m’amenait à l’isoloir, comment les gens devant moi s’y prenaient. Aujourd’hui, je m’intéresse à ces nouveaux votants qui tout comme moi pour les présidentielles, vont glisser dans l’urne des municipales leur premier bulletin de vote.

C’est le cas d’Ebru, 18 ans. En 2007, trop jeune de quelques jours, elle n’avait pas eu la chance de pouvoir voter pour son candidat. En rigolant, elle me révèle que la seule fois où elle a glissé un bulletin dans une urne, « c’était à la fac, pour élire les représentants des étudiants. Au moins là, ma carte électorale servira pour la première fois ». Ebru avait reçu sa carte d’électrice juste après la présidentielle. « Pour les municipales, c’est sûr, je vote », dit-elle. Yaye, 19 ans, a participé, elle, scrutin présidentiel. Elle ne s’intéresse pas spécialement à la politique mais elle affirme qu’elle ira voter « parce que c’est [son] devoir ».

On dit beaucoup de choses sur la jeunesse de France, qu’elle est inconsciente, mais cette jeunesse se rend compte qu’elle a un rôle à jouer dans la vie politique. Voilà pourquoi, à l’approche de l’élection présidentielle, fin 2006, elle s’est réveillée et nombreux sont ceux qui sont partis s’inscrire sur les listes électorales. Espérons qu’elle ne se rendormira pas. Tout le monde ne souhaite pas militer dans un parti ou un syndicat, mais il n’est pas nécessaire d’être encarté pour être citoyen. La participation au vote suffit.

« C’est clair qu’il y en a qui pense que leur petite voix ne va rien changer mais ce n’est pas vrai », affirme Ebru. Yaye ne pense pas autrement : « Quand je suis partie voter aux présidentielles, j’ai ressenti quelque chose de bizarre puisque pour la première fois, ma voix pouvait changer quelque chose. » Ces deux jeunes filles iront voter dimanche pour faire bouger leur ville. Ebru aura une pensée pour ses parents, qui ne peuvent pas prendre part au scrutin. « Ils n’ont pas la nationalité française », m’avoue-t-elle.

Dimanche, ce sera au tour d’Ebru et Yaye d’observer, de scruter, tout comme je l’ai fait il y a un peu moins d’un an, chacun des gestes des électeurs les précédant dans la queue, pour ne pas faire tout de travers.

Axelle Adjanohoun

Axelle Adjanohoun

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués.

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022