La liste des candidats s’élargie à Aulnay-sous-Bois (93). Un nouveau mouvement citoyen et indépendant a pris place, Aulnay vers le haut.  Le nouveau parti joue sur la différence en adoptant une stratégie de communication différente des autres candidats (approche basée sur l’éthique et l’engagement). Emploi, réussite éducative et développement économique sont les grandes thématiques de leur programme.

Marié, père de deux enfants, entrepreneur, Moktar Farhat est à l’origine du mouvement citoyen Aulnay vers le haut. Ce jeune trentenaire est connu dans sa ville pour son implication et les actions menées. Co-fondateur de « Créo-adam », structure d’aide à la création d’entreprise. « Cette association a accompagné la création de plus de 500 entreprises sur Aulnay. Ces entreprises locales ont elles-mêmes créé plus de 1000 emplois dans notre ville » précise-t-il.

Aulnay vers le hautAulnay vers le hautL’engagement en politique lui vient comme une évidence « Pouvions-nous rester de simples observateurs ? Notre objectif, c’est de donner du sens aux préoccupations des citoyens !  Nous sommes en train d’éveiller les consciences. Les habitants doivent se sentir libres et sortir de ce fatalisme ambiant. Ils ont le pouvoir d’agir et peuvent espérer un vrai changement ». Sans étiquette, Moktar Farhat souhaite appliquer une politique citoyenne, proche des habitants « ni de droite, ni de gauche mais vers le haut ! ».

Une campagne interactive

Internet et les réseaux sociaux sont au cœur de leur stratégie de communication.  Une stratégie très différente des autres candidats d’Aulnay. Tout commence par le lancement de campagne, le 15 janvier dernier. Un clip est lancé sur les réseaux sociaux. Aucune personnalité, juste un teaser avec une musique de fond  annonçant le lancement du parti politique et son slogan « Aulnay s’éveille, Aulnay s’engage, Aulnay rassemble, Aulnay développe, Aulnay emploie, Aulnay innove, Aulnay s’élève ! ».

S’en suit une campagne interactive et citoyenne du 25 janvier au 4 février. Chaque jour une thématique est proposée aux internautes qui sont invités à s’exprimer et donner leurs avis. Depuis le 10 février, chaque semaine, une partie de l’équipe est dévoilée sur la toile (site et réseaux sociaux). « Ce sont des gens intègres qui n’attendent pas de contrepartie pécuniaire. Ce sont des personnes qui ont déjà prouvé leurs compétences par le passé et qui apportent un bilan, une réussite, une intégrité, une valeur morale… ». Parmi elles, Céline Ezzi (dirigeante d’entreprise), Rachid Mokran (ancien conseiller de ministre), Issaga Diarra (éducateur sportif).

Cette campagne numérique, à l’anglo-saxonne, est semblable à la stratégie de communication de Barack Obama (notamment celle de 2012).  Quand la remarque lui est faite, Moktar ne dément pas et s’en amuse « notre directeur de communication est Québécois ! ». Cette communication sur la toile s’accompagne aussi d’un travail sur le terrain « ce n’est pas une campagne 100 % web, nous sommes présents sur le terrain et avons mené en amont des réunions et des réflexions avec des habitants, des professionnels de différents secteurs d’activités, des étudiants, des séniors, des entrepreneurs, des professeurs, des militants associatifs… »

Un programme autour de l’éthique et du développement économique

Chef d’entreprise, Moktar Farhat a voulu mettre l’emploi et le développement économique  au cœur de sa campagne sans en oublier l’éthique. « La fonction politique a oublié l’éthique » et insiste sur la nécessité de « définir les règles du jeu dès le début ». Oublier le clientélisme, l’écharpe ou l’emploi en contrepartie, il mise sur « la passion de l’engagement pour autrui » et la volonté de changer les choses.

Concernant la réindustrialisation de PSA Peugeot Citroën, Moktar prévoit dans son programme un projet de compétitivité, un pôle d’excellence « il faut instaurer un dialogue avec PSA, préparer un réel projet d’avenir. Je crois que nos enfants et nos parents le méritent ».

Pour la réussite éducative, le candidat aimerait développer du soutien scolaire sur tout le territoire Aulnaysien, créer une université sur la ville « nous voulons redonner le goût du travail à la jeunesse, l’envie de réussir et livrer un message d’espoir aux générations futures. » Dans ce mouvement citoyen, l’idée est de développer l’éducation par le biais du sport, de « permettre l’épanouissement des jeunes sans oublier leur réussite scolaire, notamment par la création d’un sport-étude sur la commune ». A quelques jours du scrutin, ce nouveau mouvement n’a qu’une seule envie « porter Aulnay vers le haut !».

Imane Youssfi

httpv://www.youtube.com/watch?v=v5vDIFOGnFY

 

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021